GSM



Ton petit corps d'amour repose à mes cotés
Et je sais un amour, si joyeux, si sublime,
Que tout le ciel jaloux, n'en a pas cet éclat
Et de toi ma chérie, dont je guette l'éveil,
J'ai fait muse de mon coeur et de tous mes écrits.
Ton visage d'enfant si pur et si gracieux,
Me donne l'envie puissante d'un homme de vingt ans,
De te faire l'amour, aurores de velours.
Tu glisses dans mes veines, comme un parfum nacré,
Nos tendres aurores de la mort en sursis,
Nous donnent la vie de toute éternité.
Nous avons dans le coeur comme un grand soleil,
Dont le feu brillera encore après la vie.
La douceur de ta peau, comme un parfum léger,
M'accompagne au dedans, dans un futur présent.
Il n'est pas de barrière qui n'arrête l'amour,
Que nous avons, chérie, dans ces matins subtils,
Où ton corps endormi, sonne mon doux réveil.