GSM

Note de Zalandeau : Suite à mon article sur un mégalothymiaque

http://zalandeau1.canalblog.com/archives/2018/08/10/36611861.html

, il est utile de donner un éclairage sur cette pathologie non traitée par la médecine...

 

Écrit le 7 décembre 2017 par Théo Richard
 
Comment les philosophes voient-ils l’homme du XXIe siècle ? Comment est perçue cette tendance que nous avons tous à consommer ? 
 
En philosophie antique, on décompose l'âme humaine en deux pôles,  à savoir : 
 
    l’eros, à comprendre comme le centre de nos désirs et pulsions,
    le thymos, à comprendre comme le centre de notre désir de reconnaissance
 
Ne sommes-nous pas dans une société où l’Eros prime, et a domestiqué le Thymos ? C’est la thèse que soutenait Francis Fukuyama dans son livre La Fin de l’Histoire, oeuvre philosophique très mal interprétée, et notamment reprise par des étudiants en tant qu’oeuvre qui annonce, après la chute du mur, la fin du monde occidental. Or, ce n’est pas là l’objet de son œuvre.
 
En partant du constat que les hommes sont animés par ces deux pôles émotionnels, Fukuyama va tenter d’établir une théorie de l’âme, afin d'expliquer nos tendances actuelles, cet attrait que nous avons pour la consommation, et le désintérêt que nous avons à nous surpasser pour nous même. Il fonde à partir de ces deux pôles deux concepts ; celui de mégalothymie, et celui d’isothymie. 
 
Que de grands mots ! 
 
Mais vous allez voir, ce n’est pas si compliqué que cela : 
 
    la mégalothymie est le thymos poussé à son extrême : le désir d’être reconnu supérieur! Supérieur à ce que l’on fut, et supérieur aux autres.
    l’isothymie est au contrait le thymos domestiqué et canalisé, le désir non plus de se surpasser, mais d’être reconnu comme égal aux autres.
 
Ainsi, l’avènement des démocraties libérales contemporaines nous aurait conduit à plonger dans l’ère de l’isothymie, dans laquelle les tendances mégalothymiques de nos âmes sont canalisées, dans le business ou les sports extrêmes par exemple. C’est ce qui conduit alors Fukuyama à reprendre la thèse du Dernier Homme de Nietzsche. Le concept du Dernier Homme désigne « le plus méprisable des hommes ». Celui qui n’a aucun désir d’élévation, et qui arrive selon Nietzsche avec le socialisme. Si cette théorie est finalement erronée, Fukuyama s’en servira pour affirmer que l'homme démocratique est un homme qui, tout comme le Dernier Homme : 
 
    fuit toute douleur
    vénère la santé
    déteste toute grandeur
 
Or, nous ne semblons pas être si éloignés que cela de ce Dernier Homme. Le XXIe siècle prime sur le désir d'immortalité et de parfaite santé. Les programmes de télévision les plus populaires sont médiocres, et sans intérêt réel à part celui qu'on appelle "easy watching". Nous détestons souffrir, et voir les autres souffrir, et cela se traduit par exemple dans notre façon de manger: désormais, tout morceau de viande industriel est coupé dans tous les sens, de sorte à ce qu'on ne puisse plus s'imaginer qu'il était auparavant membre d'un corps vivant... 
 
Note de Zalandeau : Je modérerai le dernier paragraphe en disant qu'une partie de l'humanité est quand même attirée par la violence, les pulsions les plus troubles de mort et aime voir et faire subir la souffrance aux autres...