09 juillet 2018

Ma chronique – Décryptage de la logorrhée Elyséenne

GSM

Écrit le 19 octobre 2010.
 
Depuis l’accession au trône du bouffon aidé par une série de mensonges éhontés, les Français commencent (avec quelques retards à l’allumage, il faut bien dire), à comprendre le babillage du monarque…
 
Quand Sarko dit « Blanc », il faut bien entendu comprendre « Noir ».
Petit lexique du Sarko pour débutants :
« Oui = Non » ;
« réforme pour sauver… = casse pour détruire » ;
«  équitable = injuste » ;
 
Mais les Français qui commencent à comprendre cette langue nouvelle, ont fait des progrès…
 
Par exemple : Le gouvernement a dit « on ne manquera pas de carburant ». Les Français ont de suite pris d’assaut les pompes à essence…
 
Alors extrapolons un peu… En pleine bagarre sur les retraites, Napoléon le petit a comme à son habitude, amusé le tapis, en lançant pour détourner l’attention « … juste réforme fiscale… » !
 
Ouille-ouille-ouille ! Je crains le pire et les Français aussi… Avant, ils auraient compris « enfin, on va imposer plus équitablement et répartir l’impôt suivant la situation de richesse des contribuables »… Mais c’était avant…
 
Maintenant, tous ont compris :
-Que l’on va supprimer le bouclier  fiscal (+ 600 millions de rentrées fiscales), mais supprimer l’ISF (moins 5 ou 6 milliards). Résultat global : Nouveau cadeau de 5 milliards aux nantis…
-Que l’on va supprimer les niches fiscales : Ahhh, voilà une idée, qu’elle est bonne ! Va t-on empêcher les riches de déduire de l’impôt des gros milliards dans des placements que seuls eux peuvent abonder ? Que nenni ! On va taxer les assurances vies, les livrets A, supprimer les demi-part des divorcés ou mariés, ce qui frappera les foyers modestes, puisque ces demi-parts étaient plafonnées et ne profitaient que peu aux gros revenus…
-Et puis pour les pauvres cons (ceux du « casse-toi »), qui ont le mauvais goût d’être trop pauvres pour payer des impôts, et bien il n’y a plus qu’à augmenter la TVA et à leur augmenter les prélèvements de CSG et de RDS, pourquoi pas ? Ces cochons de pauvres, ils ne croient pas qu’il vont tout garder pour eux quand –même ?
 
Alors encore une fois : « Ouille-ouille-ouille ! Ça va faire très, très mal ! De manière inique, brutale, cynique, tyran-nique (sa grand-mère la Hongroise, car Hongrois qu’on baise, mais on baise pas,  c’est plutôt nous qui nous faisons hongrer)…
 
Retour en 2018 : Le Hongrois n'a pas eu le temps de supprimer l'ISF, mais seulement de l'amoindrir... Mais L'Amienois qui le remplace actuellement à ce poste l'a partiellement fait sur les biens non immobiliers. Perte : 4 milliards pour l'état. Et la dette se recreuse, comme du temps du Hongrois maudit... Comme quoi les mêmes causes produisent les mêmes effets...
Quant à la logorrhée Élyséenne... « En même temps = rien de plus » ; « Les premiers de cordées = les privilégiés » sont venues se rajouter à notre quotidien ; mais on a toujours : « réforme pour sauver = casse pour détruire » ; «  équitable = injuste ».
Rien n'a changé sous les cieux écœurants de l’Élysée...

Posté par zalandeau à 08:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :