GSMEcrit le 10 juillet 2011

Mes chers fils, je vous aime.
 
Oui je sais, pour vous cela est une évidence qu'il n'est pas besoin d'exprimer. D'ailleurs vous ne l'exprimez pas. Il faut du courage pour le dire, pour franchir cette barrière de la pudeur que le passage à l'émancipation imprime dans nos cerveaux. Il vous faut couper le cordon ombilical pour permettre votre envol vers une vie personnelle et la fondation de votre propre foyer...
 
Oui, je sais tout cela...
Mais je sais aussi le regret et les remords qui m'assaillent, de n'avoir pas dit mon amour à mon Papa et j'espère qu'il me le pardonne, là où il est désormais...
 
Mes enfants, excusez-moi, pour cette tendresse que je vous donne et qui vous gêne.
Pardonnez-moi, pour ce bisou que je quémande quand vous êtes là, parfois de passage, à votre réveil et aussi pour celui du soir avant d'aller me coucher... J'ai besoin de vous faire partager le fait que je vous aime, de façon que vous soyez rassurés quand je ne serai plus là. J'ai envie également de ces bises qui sont mon bonheur de la journée, comme une drogue, comme un euphorisant me redonnant pour un temps, goût à la vie...