07 mai 2018

Mémoires et radotages (175) – La cabale anti Trump sur le 13 novembre 2015


GSM

Écrit le 06 mai 2018
 
Dans sa croisade pour le maintien de la liberté de détention d’armes aux Etats-Unis, s’agissant du massacre djihadiste à Paris le 13 novembre 2015, qu’il a pris pour exemple, Donald Trump a déclaré : 
 
« Elles ont été tuées brutalement par un petit groupe de terroristes qui avaient des armes. Ils ont pris leur temps et les ont tués un par un. Pom, viens là ; pom, viens là ; pom, viens là », a raconté le président américain, mimant avec sa main droite un djihadiste tirant sur les victimes. « Mais si un employé, ou juste un client avait eu une arme, ou si l’un de vous dans l’assistance avait été là avec une arme pointée dans la direction opposée, les terroristes auraient fui ou se seraient fait tirer dessus, et ça aurait été une tout autre histoire ». 
 
Aussi sec, l’ensemble de la France politiquement correcte conspue le président américain et entre autre le capitaine de pédalo François Hollande, qui était président de la République au moment des attaques a vomi avec un rictus haineux, en dénonçant les propos « honteux » et les « simagrées obscènes » de Donald Trump.
 
Je crois que les réactions de toute la classe politique, allant même à s’indigner du manque de respect envers les victimes,  sont orientées par leur haine envers Trump.
 
Celui-ci est vraiment atypique, il faut le rappeler. Ses propos taillés à la serpe, ne sont bien évidemment pas politiquement corrects !
 
Mais que dit-il stricto sensu dans les propos rapportés ci-dessus ? Tout simplement que s’il y avait eu un (ou des) gens armés dans la salle ce soir là, le bilan aurait été beaucoup moins élevé, parce que les terroristes auraient rapidement subis des pertes, interdisant leurs tirs et les poussant à la défensive.
 
Ces propos sont l’expression du simple bon sens ! Je ne vois pas pourquoi le reprendre sur ce point. De plus il ne manque d’aucun respect envers les 130 morts et plus de 400 blessés, tout au contraire…
 
Mais où le raisonnement de Trump est un sophisme, c’est dans le fait, que la libre circulation des armes en France, s’il s’agissait que les citoyens aient tous le droit d'être armés, provoquerait immanquablement davantage de drames et de tueries à longueur d’année et le soi disant remède serait ainsi bien pire que le mal terroriste actuel… Donc, la démonstration de Trump mérite d’être remise dans un contexte réel, pour démonter que sa proposition n’est pas bonne.
 
La seule réaction raisonnable à cette tempête dans un verre d’eau a été celle du Quai d’Orsay qui a déclaré : 
 
« La France est fière d’être un pays sûr où l’acquisition et la détention d’armes à feu sont strictement réglementées. Les statistiques de victimes par arme à feu ne nous conduisent pas à remettre en cause le choix de la France en la matière. La libre circulation d’armes au sein de la société ne constitue pas un rempart contre les attaques terroristes, elle peut au contraire faciliter la planification de ce type d’attaque. » 
 
Je crois que la réponse est tout à fait satisfaisante. Par ailleurs, il serait judicieux de rappeler à Trump, que les tueries dans les écoles (ou ailleurs) aux Etats-Unis, à chaque fois, ne rencontrent aucune riposte de la part des gens pris pour cibles… Preuve qu’il n’a qu’à faire le ménage chez lui, les choses ne s'y passant pas du tout comme il le souhaiterait…
 
Trump tient des propos outranciers, fait des démonstrations qui sont fausses, mais qui ont le mérite d’être facilement contrées, par le simplisme de leurs teneurs… 
 
Maintenant, on peut aussi avancer, pour revenir sur le sujet du Bataclan et c’est mon point de vue, qu’il aurait été souhaitable que des policiers en civil et armés se trouvent parmi les spectateurs… On aurait certainement eu un bilan moins lourd…

Posté par zalandeau à 08:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,