GSM

Écrit le 23 avril 2018
 
Dans les années où je travaillais dans la région parisienne, c'est-à-dire la quasi-totalité de ma carrière, j’empruntais souvent le périphérique, ou bien ces autoroutes et voie rapides qui rayonnent autour de Paris… Comme j’avais du temps dans les embouteillages, j’avais essayé de comprendre le mécanisme de formation de ces « bouchons »… En analysant les phénomènes de propagation de la formation de ces ralentissements, j’en étais arrivé à des équations… Je les formais dans ma tête et je les calculais. A l’époque je possédais encore tout mon bagage mathématique et toute ma puissance de raisonnement et de calcul…
 
Hélas, je n’ai jamais formalisé par écrit le résultat de mes cogitations et, la vieillesse venant, je suis devenu incapable de transcrire ces formules et calculs que j’ai oubliés et que je ne saurais plus réanalyser, synthétiser ni aboutir…
 
Si j’en parle, c’est précisément parce que je me souviens simplement que ces phénomènes de ralentissement et de ‘bouchons’ sont :
-Le résultat des flux d’entrées et de sorties par les bretelles ainsi que des incidents ou accidents ou travaux, ou changement du nombre de voies de la chaussée.
-Ils obéissent à une loi mathématique dont le minimum peut être une vitesse nulle et le maximum dépend de la folie des automobilistes, de la puissance de leurs véhicules et du nombre de radars si toutefois ils inspirent de la peur...
-Ils se propagent (en fonction des événements cités plus haut) comme une onde et l’intensité des ralentissements est sensiblement proportionnelle au carré de la vitesse initiale.
 
De sorte que plus la vitesse initiale est élevée, plus le ralentissement qui se forme sera important, à tel point que le peu de temps gagné avant le ralentissement est bien inférieur au temps perdu ensuite…
 
Il n’en avait pas fallu plus pour conclure avec mes calculs mentaux que baisser la vitesse autorisée de 90 à 80 sur le périphérique, permettrait de parcourir celui-ci plus rapidement, de manière plus fluide quand l’une ou l’autre des conditions créant les ralentissements se produisait… Et pour cela il fallait bien évidemment que ne prolifèrent pas les excités du champignon pulvérisant la vitesse autorisée… Cela exigeait bien entendu une augmentation de la peur du gendarme ou des radars…
De fait progressivement ce sont les radars qui ont poussé comme des champignons, modérant ainsi la pression du pied des fadas sur celui de leur voiture…
 
Puis j’ai cessé de travailler et d’emprunter les routes d'île de France dont le périph…
 
J’ai eu l’occasion de revenir sur cette route lorsque la vitesse limitée avait été baissée à 80 km/h… Et j’ai effectivement pu constater que la circulation était bien plus fluide, beaucoup moins en « accordéon » et très agréable…
 
Ensuite bien plus récemment j’ai appris que la circulation sur ce périph. Passait de 80 à 70… J’avoue que ne sachant plus calculer, je ne sais plus si cette nouvelle limitation marquerait une nouvelle amélioration du trafic, ou bien rien du tout, ou bien le contraire… Je n'avais pas fait le calcul à l'époque pour un abaissement à 70 km/h...
Parce qu’il ne faut pas oublier que le trafic ne doit pas être considéré que dans le périphérique mais également dans les voies qui mènent aux bretelles de raccordement de celui-ci. C’est un ensemble… Et que par trafic, il faut considérer non seulement la durée moyenne des parcours mais aussi le flux…
Sans compter que de ces évolutions d’embouteillage découlent des variations importantes de consommation de carburant et de pollution… Ainsi que la gravité des accidents dont l’analyse est fort plus complexe, tant que les motos seront « autorisées » par l’absence de répression à rouler comme des dingues et à être encore plus dangereux plus la vitesse des automobiles est basse…
 
Enfin bref, je ne suis pas retourné sur le périph depuis cette nouvelle limitation à 70 et je ne sais pas si les effets en sont bénéfiques. Je pense que cela doit être le cas, mais n’en suis pas certain…
 
Car, autant qu’il me souvienne, en dessous d’une certaine vitesse limite, il faut bien le dire, dans mes calculs de l'époque, le résultat s’inverse : Les effets bénéfiques (durée, pollution etc...) seraient effacés par les maux engendrés d’une vitesse limite trop basse…