GSM

Écrit le 06/04/2018

 

Je cite un blogueur (Trublion) :

 
 
« Est-il normal en démocratie, qu' un président élu avec une minorité de voix, dispose d' une majorité écrasante à l' assemblée ?
Comment peut on prétendre représenter le peuple quand les courants politiques ne sont pas représentés, ou n'ont aucun  pouvoir !
La  seule solution serait théoriquement la proportionnelle intégrale, qui respecterait les votes des français !
Mais on se doute que les partis majoritaires ne veulent pas en entendre parler ! »
……….
Il est vrai que la proportionnelle serait bien plus démocratique.
Mais ce serait revenir à l'instabilité de la IVème république. Ce dont de Gaulle ne voulait pas...
Et c'est ce qu'on peut reprocher au grand homme : Ce qui était bon à son époque (Où lui seul avait plus de 50% sur son nom) fonctionnait bien, mais ce n’est plus bon du tout, lorsque l'on a des candidats tous largement minoritaires, puisque l’opinion des Français n’est plus représentée après le deuxième tour des présidentielles.
L'exemple allemand, montre que pendant des mois la chancelière a été hors circuit : Il y avait vacance du pouvoir... Mais les députés Allemands ont fini par réussir à former une coalition... Serait-ce possible en France ? Quand on voit la 4ème république, il est très légitime de penser que même à l’époque actuelle nous reproduirions les mêmes comportements que nous avions eus avant 1958... Alors comment avoir une représentation proportionnelle sans avoir de crise du pouvoir toutes les 10 minutes ? Le référendum était un outil Gaullien qui permettait de surseoir à ce genre de crise... Mais il n'est pas utilisable pour tout (Pour les impôts par exemple, les français diraient NON à chaque augmentation, même justifiée)...
 
Personnellement, je milite pour transformer le mandat présidentiel, qui est un véritable chèque en blanc de 5 ans et donc une véritable escroquerie, en un mandat conditionnel, avec des référendums périodiques qui permettraient aux électeurs de foutre à la porte en cours de mandat, un président qui ne respecterait pas ses promesses. Celui-ci, pour comparer au monde du travail, serait donc continuellement en période d'essai…
 
Ipso facto, cela implique que son programme électoral soit clair, sans mensonge, car celui-ci serait bien évidemment une pièce contractuelle du mandat du président élu…
 
Cela permettrait que le président soit élu avec davantage de confiance, sachant qu’en cas de trahison, le peuple pourra lui retirer son quitus. Cela limiterait également le nombre de vocations attirées seulement par l'appât du gain au lieu de l'intérêt supérieur de la nation…
 
Quant aux députés ? Je pense qu’il faut faire pareil… A condition bien entendu de savoir comment chacun d’entre eux a voté sur chaque loi… Si le député trahit notre confiance en jouant un jeu politicien au lieu de représenter strictement ses électeurs, il faut que la loi permette à ces derniers de destituer leur député, périodiquement…
 
Une telle épée de Damoclès sur les têtes de nos représentants permettrait une bien meilleure tenue de ceux-ci et surtout exigerait une plus grande transparence de leurs actes et de leurs comportements…
 
Il y a probablement d’autres solutions variantes et je suis preneur…
 
A quand une nouvelle république ?