GSM

Ecrit le jeudi 6 mars 2014.
 
Chacun sait que Marc Fazio a été licencié de chez Veolia en Avignon en juillet 2013 pour avoir refusé de fermer trop de robinets. On ne racontera pas l'histoire du fontainier qui refusait d'assoiffer les plus démunis. On ne parlera pas non plus de ces maires qui font privatiser le service des eaux, au mépris du service public du à leurs électeurs.
 
Je pose seulement une question : Qui d'entre nous l'aurait fait ?
-Est-ce que vous l'auriez fait ?
-Est-ce que je l'aurais fait ?
 
Une personne sur combien l'aurait fait ? La peur de perdre son boulot, la peur de voir compromettre sa carrière et son avancement aurait conduit la plupart des gens à affecter l'indifférence, à se trouver des excuses, à regarder de l'autre coté, voir à tenir bon jusqu'à une mutation dans une fonction où on ne voit pas les clients, une fonction où on a bonne conscience de ne rien voir…
 
Une personne sur combien ? Une sur 20 ? Une sur 100 ? C'est probablement de cet ordre-là.
 
Alors, j'ai envie de parler de Marc Fazio :
 
Parce que cet homme est humain !
Parce que cet homme est courageux !
Parce que cet homme devrait être un héros, c'est le seul mot qui puisse décrire une telle noblesse d'âme. Mais je sais que peu de gens voudraient le reconnaitre pour tel, parce que ce serait mettre à jour leurs propres faiblesses, leur lâcheté, leur veulerie, leur moralité à géométrie variable, leurs petits arrangements avec la conscience... 
 
Monsieur Fazio, je vous souhaite de réussir à vous en sortir au mieux devant les prudhommes, face à ces… Pour eux il n'y a pas de mot, aucun mot...