GSM

Lettre d'un  élu politique, paysan   béarnais  particulièrement  ...cultivé. Il  n'y  manque  rien. Tout  est  dit.
Biographie de l'auteur
Alexis Arette, chevalier de la Légion d'Honneur, est un  agriculteur béarnais, écrivain, homme politique et poète français né en 1927, combattant volontaire en Indochine.
Emprisonné pour cause d' "Algérie Française", il le sera à nouveau en tant que Président National de la Fédération Française de l'Agriculture.
Il part en Indochine en 1949 dans une unité de béret rouge[1]. Blessé, il reçoit la légion d’honneur et la médaille militaire.
En 1953, il reprend la ferme de ses parents et est élu « premier paysan de France » au concours du CNJA-SIMA, interviewé à ce titre par Jacques Chancel et reçu « maître en gai savoir » du Félibrige en 1957.
En 1967, il est le premier présentateur du festival de Siros, dédié à la chanson béarnaise. Il est vice-président de l’Académie de Béarn en 1970, président de la Fédération française de l’agriculture en 1982, élu conseiller régional d’Aquitaine en 1988.
………………..
Le 4 Janvier 2018
Alexis Arette
Paysan retraité
invalide de guerre
                                                                                                                                               A : monsieur Macron,
 
                                                                                                                                               Président de la République
                                                                                                                                               Palais de l’Elysée
                                                                                                                                               Paris
  Monsieur le Président,
 
Lorsque vous avez présenté vos vœux aux français, ma femme venait de recevoir le nouvel avis d'imposition sur sa retraite Agricole. Celle-ci passait de 6, 50 % à 8,50. Cette nouvelle l’a empêché de goûter vos propos à leur juste valeur.
 
Je sais bien que ma femme, ayant eu quelques enfants de plus que la moyenne, et ayant été quelques années chef d’exploitation, est une privilégiée avec une retraite de 850 Euros mensuels, alors que certaines de nos agricultrices n’en touchent que la moitié ; mais son caractère la porte à se référer à la devise républicaine qui contient toujours le terme Égalité.
 
Or, dans une nation où quantité de citoyens touchent 10 fois plus qu'elle, et où Sénateurs et députés viennent d'augmenter leur traitement d'un montant équivalant à ce qu'elle perçoit par mois, cela lui paraît faire un peu désordre, et je crains qu'elle ne finisse par porter des jugements répréhensibles sur le chef de l'État. Et comme, en tant qu’agriculteur, je touche un peu moins qu'elle, vous comprendrez que mes arguments contraires en votre faveur ne lui paraissent pas recevables.
 
C’est qu'en fait je suis un mauvais agriculteur, m’étant un instant distrait de mes labours pour être combattant volontaire dans une guerre que je croyais nationale. En fait, la France depuis De Gaulle était devenue l’hexagone, mais les cérémonies du 11 Novembre faisaient encore illusion. Je pense qu'aujourd’hui les Hexagonaux sont devenus plus réalistes que je ne l’étais, et que s'il y avait ordre de mobilisation pour sauver l’Hexagone en danger, la jeunesse prendrait le maquis, puisque de toute façon l'Hexagone a pris l’habitude de perdre les guerres.
 
A SUIVRE ...