03 mars 2018

Amertume

GSM

Il faut s’habituer à cohabiter avec le commun des mortels. L’on s’aperçoit que c’est parfois très difficile.
 
Après avoir fréquenté en début de carrière des gens dont les valeurs étaient certes, différentes, mais plus proches des miennes que depuis lors, je baignais dans ces envies d’aventures, de dépassement et de courage. Ces valeurs que nous réinventions chaque jour, pour notre plus grande satisfaction, prisonniers d’un devoir que nous nous imposions à nous-mêmes.
La vie civile, je l’ai vécue avec constamment ces désirs de justice, d’équité et une façon de percevoir l’existence sous son meilleur angle. Tant mieux, si certains avaient la même vision de la vie ! Mais force est de reconnaitre, que nous étions et que nous sommes très peu nombreux de par le monde et très éparpillés…
 
La destinée ordinaire est davantage remplie de bassesses, de lâchetés, de coins sombres, de trouille, de démissions, de petitesses, que je côtoyais et qui me dégoûtaient……
 
Et je me retourne aujourd’hui sur ce passé, dont j’ai été si fier, mais dont j’ai honte maintenant…
Honte d’avoir été fier de ces principes, honte de n’avoir pas su profiter, combiner, réussir. Je n’ai pas voulu le faire et je le regrette à présent…
 
Je suis parti de zéro, pour n’aboutir à rien, je n’ai de merci à dire à personne… Ou à si peu de gens…
 
J’aurais du… Refrain des remords… J’aurais du rester au sein de ceux qui partageaient mes valeurs… La vie normale est bien trop solitaire finalement…

Posté par zalandeau à 09:41 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :