09 février 2018

Histoire de France - La panne de l'ascenseur social

Ecrit le 2 juin 2016
Il est  bien certain que l'égalité, dans l'idée de beaucoup de Français, est prise dans son sens pécuniaire.
Je sais bien qu'il s'agissait tout d'abord, dans l’esprit révolutionnaire, d'une égalité devant la loi.
 

GSM

Outre que cette égalité devant la loi n'est pas franchement avérée actuellement, parce que certains magistrats jugent avec une optique idéologique : jugements trop sévères ou trop laxistes, il y a l'inapplication des peines partielles ou totale. Même en matière d'affaires non délinquantes, une décision de justice (dommage et intérêt, pension alimentaire, etc...) est la plupart du temps inexécutée faute de moyens.
 
Alors ces constatations étant posées, il est bien évident que la justice est davantage du coté de ceux qui ont les moyens de payer des avocats, des huissiers, des conseils juridiques.
 
En ce qui concerne le reste de la vie des citoyens, elle est aussi décrite dans notre constitution, en termes d'égalité d'accès et de suffisance de moyens.
 
La période qui vient de s'achever, marque bien que les Français percevaient bien un net recul de nos droits en termes d'éducation, de santé, de travail, de retraite ou même d'assistanat des plus pauvres. Ils ont bien vu la mise en place d'un système à deux vitesses, synonyme d'un retour aux privilèges de l'ancien régime...
 
Par voie de conséquence, les Français sans le savoir, ont raison : L'égalité pécuniaire serait un vecteur d'égalité totale, y compris judiciaire... Ce n'est pas réciproque, bien sur. Car la justice peut être injuste du fait de celui qui juge, ou du fait de la loi. Là encore, il y a à réorganiser le système humain des tribunaux, afin d’éviter les abus de pouvoirs judiciaires et pour ce qui est des lois, le "peuple", devrait pouvoir s'opposer à celles qui sont injustes!
 
Car franchement, peut-il y avoir une réelle liberté sans justice ? Peut-il y avoir une réelle fraternité sans justice ?
 
Comme on le voit les trois termes de la devise de notre république «  LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ », sont intimement liés.
Ce qui prouve que ces mots ont été mûrement réfléchis et c'est peut-être cette devise qui devrait guider nos gouvernements, autant si ce n'est plus, que le seul respect de la constitution...

Posté par zalandeau à 09:23 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :