GSM

ADIA Lettre d'infos n°13 du 23/11/2017

 
 
Bonjour cher(e)s ami(e)s Anciens élèves et élèves en formation
 
Ce que nous venons d'apprendre nous laisse sans voix

Notre collègue Mohamed ATOUF, ancien élève de la promotion 1990, a fait part au bureau de l'ADIA de son étonnement et de son irritation en constatant que sa candidature au poste d'administrateur du Conseil d'Administration de l'amicale n'avait pas été retenue pour être soumise à vos suffrages le 2 décembre 2017.
A jour de ses cotisations, il a fait acte de candidature et a transmis sa profession de foi dans les délais en date du 2 octobre 2017, bien avant la date limite du 16 octobre précisée dans le courrier transmis par le président et son équipe.
Son irritation est d'autant plus forte et justifiée, que fait unique à notre connaissance, il a reçu le 10 octobre un appel téléphonique du secrétaire général lui demandant ses motivations et les raisons de sa candidature au poste d'administrateur de l'amicale.
Quelle ne fut donc pas sa stupeur de constater qu'il ne figurait pas parmi les candidats listés sur les bulletins transmis aux suffrages des adhérents.

Cela nous paraît d'autant plus grave que notre camarade Mohamed ATOUF subit cette situation injuste pour la deuxième fois, puisqu'il avait déjà posé sa candidature l'année dernière pour l'assemblée générale du 3 décembre 2016.
Candidature qui avait subi le même sort que celle de cette année.
Nous nous interrogeons sur ce double oubli et sur la conception que se fait l'équipe Deveaux des principes démocratiques.


Comment de tels faits peuvent-ils être seulement dus au hasard ? Y a-t-il eu volonté de limiter les candidatures ?

Ces faits sont intolérables, inacceptables et démontrent une nouvelle fois l'incapacité de Sébastien Deveaux et de ses compères d'assurer la mission de gestion qu'ils s'entêtent à vouloir poursuivre et qui pour certains expriment leur autosatisfaction dans leur nouvelle profession de foi.
Cette injustice patente qui frappe notre camarade Mohamed ATOUF doit être sanctionnée par votre vote en préférant donner vos suffrages à une nouvelle équipe d'administrateurs qui ont eu le courage de postuler et dont l'expérience nous laisse à penser qu'ils seront à la hauteur de leur mission pour que notre association retrouve la sérénité perdue depuis la prise de pouvoir irrégulière de Sébastien Deveaux. Nous vous invitons donc à donner vos suffrages à :
Éric Gibert, Jacques Perrin, Bernard Tournadre et Michel Uttaro

En outre ; dans un récent communiqué spécial le bureau de l'amicale se permet de nous accuser d'avoir créé la tempête.

Cette manière d'appréhender la situation est d'autant plus curieuse que la tempête qu'ils évoquent a débuté simultanément à leur prise de pouvoir irrégulière pour la gestion de l'association.
Elle résulte de leur refus systématique d'accepter un nouveau verdict des urnes afin que le résultat des élections ne soit plus sujet à caution et ainsi clore le débat ; procédure que nous avons proposée dès le début mais qui malheureusement restée sans échos nous a contraint à faire appel à la justice pour faire constater toutes les irrégularités de procédure et de gestion et les entorses répétées faîtes au pacte statutaire.

1-Ils n'hésitent pas à nous traiter de menteurs alors que c'est pour eux une pratique courante !!!

2-Ils se targuent d'avoir scrupuleusement respecté le code des marchés publics alors qu'ils n'ont organisé aucune mise en concurrence pour désigner le bailleur social « Logis Cévenols ».
Bien au contraire après avoir évincé le titulaire du bail à construction (Un toit pour tous) et lui avoir versé la somme de 213000€ au titre de dédommagement, ils ont délégué la maitrise d'ouvrage à Logis Cévenols sans mise en concurrence.
Délégataire qui étonnamment a retenu comme maître d'œuvre et entreprise principale les deux qui avaient été sollicitées en 2013 pour réaliser un avant projet. Méthode fortement sujette à caution et qui pourrait être dénoncée comme délit de favoritisme.
Ils prétendent que « Un toit pour tous » a refusé de construire, ce qui est faux et attesté par les propos des représentants de l'école lors de l'AG du 6 décembre 2014.
Il aurait été plus simple de confier cette opération à « Un toit pour tous » ce qui aurait permis d'économiser 213 000€ de dépense inutile qui participe au déficit constaté au bilan des comptes.

3-Ils prennent pour excuse l'obsolescence des statuts pour justifier leurs exactions alors que le projet qu'ils ont rédigé a été rejeté massivement à deux reprises par le vote des membres de l'assemblée générale et qu'ils ont refusé de prendre en compte les remarques importantes faites par les membres du groupe d'opposition.
Membres qu'ils n'avaient pas hésité à radier arbitrairement et à tord (puisque rétablis dans leurs fonctions par jugement du 24 mai 2016). Cette manœuvre ayant eu pour effet de les priver des réunions du CA pendant 9 mois. Période qu'ils ont mis à profit pour établir un projet validant toutes leurs exactions et incompatible avec le statut ARUP (Association Reconnue d'Utilité Publique)

4-Le trésorier qui a reconnu publiquement à l'AG du 3 décembre 2016 être incompétent pour exercer sa mission est toujours en place à ce jour alors qu'après s'être autoproclamé en novembre 2012 président du groupe Cévennes, il squatte le poste depuis cette date sans jamais l'avoir remis en jeu de peur de le perdre.

Pour cette nouvelle élection, ils dérogent une nouvelle fois à plusieurs reprises à de nombreux points du pacte statutaire, notamment :

a)-Accepter une élève comme candidate au poste d'administrateur alors qu'il est écrit dans les statuts que les élèves sont représentés par le président du cercle.

b)-Autoriser le vote de plus de 370 élèves sans validation de l'AG et en dénaturant l'esprit dans lequel a été écrit l'article 3 des statuts pour permettre à quelques élèves diplômés hors école et venus faire une formation complémentaire de participer à la vie de l'amicale.
Pour preuve les termes de cet article sont contredis par le règlement intérieur qui mentionne : « anciens élèves diplômés ». Ce qui est l'essence même de l'objet de l'association. Vote qui peut également déstabiliser les équilibres actuels et permettre aux occupants de logements de s'autogérer, de fixer le montant du loyer, de révoquer le directeur de la maison des élèves…….

c)-Demander à ce que les procurations soient transmises au bureau avant le 24 novembre (abus de pouvoir).

d)-Oubli de transmission de la convocation à de nombreux collègues même à jour de leur cotisation alors que selon les termes de l'article 1-3 du règlement intérieur tout membre à la possibilité de voter s'il régle sa cotisation le jour de l'assemblée générale.

e)-Exiger une inscription préalable pour participer à l'AG

La liste de leurs exactions est trop longue pour être relatée exhaustivement sur cette lettre d'infos n°13 ; aussi pour terminer nous rappellerons simplement quelques faits notoires pour ceux qui ne sont pas encore tout à fait convaincus du bien fondé de notre action dont le seul but est de protéger l'amicale des graves dérives qui se produisent depuis le début de la gouvernance de l'équipe Deveaux.

1-Que les 5 assignés au lieu d'accepter le jugement du tribunal du 16 juin 2017 préfèrent faire appel et continuer à faire supporter à l'association leurs frais d'avocat qui s'élèvent à ce jour à plus de 200 000€.

2-Que la plupart des administrateurs fidèles à Deveaux n'ont aucun scrupule à avoir plusieurs années de retard de cotisations y compris le président. Situation qui selon le pacte statutaire ne leur confère plus de légitimité pour siéger au CA et auraient dû faire l'objet d'une procédure d'exclusion.

Pour étayer nos dires, vous pouvez si vous le souhaitez par un simple clic prendre connaissance (copier-coler dans votre explorateur) :
- du jugement du 16-06-17:
http://ekladata.com/QfNhXIBZj9F8bWyz36qVRNPwTWU/JUGEMENT-15-06-2017.pdf
- de la note remise à tous les administrateurs la veille du CA du 25-09-2017:
http://ekladata.com/mqNDilC6Tw3lmMEVKwS9WWOvfTs/Note-aux-administrateur-du-23-09-2017.pdf​

Comme beaucoup l'on déjà fait, nous vous invitons donc à rallier en nombre l'ADIA pour la soutenir et l'aider à mettre en place une nouvelle équipe plus soucieuse de la défense de l'intérêt général que des intérêts particuliers.
Pour cela il vous suffit de voter pour les candidats cités en fin du premier paragraphe qui soutiennent son action et ses principes. A savoir : Éric Gibert, Jacques Perrin, Bernard Tournadre et Michel Uttaro



A bientôt avec toutes nos amitiés eschouliennes.

                                                                                                                      Le bureau de l'ADIA