GSM

Rubriques du bulletin
 
 1  Travail
 2  Moral
 
Travail
 
J’ ai fini lundi 24 chez l’escroc.
Six jours de travail gratuit.
C’était trop beau pour être vrai !
 
J’ai fait mon enquête...
   
Cette boite est en redressement judiciaire, on me l’avait caché.
Le gérant n’a pas fait de déclaration préalable à mon embauche, ainsi qu’il aurait du le faire.
Il ne m’a pas donné de contrat d’embauche comme je l’exigeais.
Il ne m’a pas présenté au personnel comme je l’exigeais.
Deux de ses sous-traitants n’existent pas officiellement, n’ont pas de Numéro Siret et n’ont pas de téléphone fixe!
 
Avant moi, beaucoup de prédécesseurs se sont succédés à un rythme effréné.
Certains étaient même partis en emportant une partie des dossiers; je présume que ces procédés ne se pratiquent que par des salariés en fort contentieux avec leur employeur.
 
Lorsque j’ai pris le gérant à part pour lui dire qu’il aurait du me dire la situation de son entreprise, il m’a répondu qu’il avait oublié !
Sa secrétaire chargée de me faire un contrat, que je n’ai jamais eu, m’a annoncé que le gérant m’embauchait 1000 f plus cher que prévu alors que je ne demandais rien qu’un contrat...
J’ai dit “bizarre, bizarre” ? Comme c’est étrange !..
Il voulait faire un procès à un ancien cadre et prétendait ne pas régler le solde d’un autre. Pas rassurant pour un successeur à cet emploi...
Tous les gens des bureaux n’avaient qu’une ancienneté de 8 jours à un mois et aucun n’avait eu droit à un contrat d’embauche.
Le chef de chantier non plus, lui qui avait déjà perçu une paye  comportant une “erreur” de 3000f en moins sur le brut mensuel.
J’étais un peu méfiant avant d’accepter ce poste, mais pas assez.
En effet, j’aurais du me renseigner avant et non après avoir commencé ce poste.
 
 
Moral
 
Du coup je n’ai toujours que trois mois de travail salarié derrière moi. Il me manque un mois, un tout petit mois, pour avoir droit au chômage. Pas que je souhaite être chômeur, mais ça m-aiderait à tenir pendant mes recherches d'emplois... Le pognon file en attendant... 6 jours de déplacement sans rémunération...
Décidément qu’il est difficile d’être salarié et d’avoir cinquante ans.
Je comprends pourquoi j’avais trouvé cette place inespérée.
De toute façon ce gérant ne pouvait pas m’écarter à cause de mon âge, puisqu’il ne paye plus de cotisations depuis 2 ans, et de plus ma paye et mon destin aurait été à sa guise.
Je devrais plaindre également ceux qui y sont encore et qui se feront avoir dès la paye.
J’ai recommencé à chercher un emploi  mais la saison ne s’y prête pas.
Mon père râle au téléphone et me dit que je n’avais qu’ à ne pas courir deux lièvres à la fois. (Si mon père râle, c’est qu’il va mieux !)
 
      
 
Je me demande si je n’ai pas rêvé tout cela.
Vais-je un jour me réveiller dans un monde où tout va bien et se passe normalement ?
Heureusement que je me confie à ce bulletin parce que sinon, quelle soupape pourrais-je bien actionner ?