02 octobre 2017

Mémoires et radotages (13) – Politiciens inutiles

GSMEcrit le 29 octobre 2015

Les enfants… C’est une sacrée responsabilité que nous prenons quand nous les mettons sur terre… Il y a des fois, de plus en plus souvent d’ailleurs, où je me dis que je n’aurais jamais du faire cela. Si j’avais pu savoir à cette époque que la vie en France en 2015 serait une vie de merde avec un avenir de merde pour mes gosses, je crois sincèrement que je me serais abstenu d’en faire.
 
C’est pourtant de la responsabilité de nos élus, ce qui se passe actuellement. Mais qui a voté pour ou contre eux ? Qui les a fait venir au pouvoir alors que leurs projets n’étaient pas de défendre la Patrie en danger ? C’est bien nous… et c’est bien moi, même en votant blanc, même en rejetant ce système, même en votant contestataire, puisque ne comptent que les votes concernant les deux partis frères machiavéliques, ceux-là mêmes qui nous ont menés dans cet abime, dans cette guerre que nous perdons chaque jour au dépends de l’avenir de notre jeunesse…
 
Si ces politiciens infâmes, menteurs, lâches, veules ne se sentent pas responsables de cette décadence, moi je m’en sens responsable. Je ne m’exonère pas d’avoir fait les mauvais choix, même si je ne pouvais légitimement pas savoir que ces enculés seraient autant des enculés… Mais cependant, ce sont eux qui ont droit à ma haine, parce que les escrocs c'est eux, alors que nous ne sommes que les victimes…
 
Je ne tombe plus dans le panneau de ces commisérations, commémorations, apitoiements sur-joués de Hollande, de ses comparses de droite ou de gauche, se déplaçant pour le moindre mort, à seule fin de tenter de faire remonter leur cote…
 
Ils n’ont qu’une façon, une seule… de remonter dans mon estime, c’est de défendre l’ensemble des Français, contre l’avidité de certains Français, et contre la rapacité du système libéral mondialiste… Mais là, il n’y a plus personne « C’est comme ça… On n’y peut rien… C’est pas nous, c’est l’Europe… C’est pas nous c’est le monde », etc, etc, etc…
 
Et alors, pourquoi donc vote-t-on pour des gens qui n’ont aucun pouvoir ? Pourquoi élisons-nous des gens inutiles ? Simplement pour leur donner des rentes à vie ? Simplement pour qu’ils se votent à eux-mêmes tous les privilèges dont ils ont envie ? Simplement pour leur donner les clés de la caisse, dans laquelle ils puisent bien largement, pour eux-mêmes et pour leurs complices ?
 
Quand va-t-on enfin prendre conscience… une conscience individuelle et collective… que nous sommes revenus dans une organisation féodale de la société ?
 
Quand va-t-on enfin comprendre que plus nous nous laisserons faire, plus cet asservissement prendra le pas sur notre vie et nous rabaissera davantage dans les limbes de l’inhumanité ?
 
Peut-on enfin nous unir pour nous opposer à cette volonté perverse des seigneurs actuels ?
A-t-on encore cette capacité de colère et de révolte ? Pouvons-nous retrouver cette volonté de construire notre avenir, fut-ce au prix d’une révocation forcée de tous ces bons à rien, qui ne savent pas servir les citoyens de leur pays ?
 
Le mécontentement grandit. Il faut reconstruire un pacte social honnête, sinon, la démocratie (qui n’en est plus une) risque de s’effondrer, faute de légitimité.
 
Cela pourrait nous mener aux pires extrémités… Mais finalement, ne sommes-nous pas tentés par les pires extrémités quand petit à petit nous n’avons plus rien à perdre ?

Posté par zalandeau à 09:11 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :