30 septembre 2017

Les larmes de la vie

GSM

Les larmes de la vie rouges du sang de la mort, sèchent au sol de mon désespoir. Où est la si douce jeune fleur, compagne de l’oubli, qui était comme amie que je n’aurais pas eue ?
Elle si attachante, à l’orée de ma nuit, est partie pour toujours sans un dernier regard.
A l’aube de sa vie est une étrange histoire, que mon cœur ne sait pas, mais qu’il a bien compris. La vie me quitte, par mon corps et mon cœur et les larmes de sang inondent mes matins. Je sais une douce amitié, qui à elle me lie, torturée par l’absence au silence de mort.
La noirceur du jour, ténèbres de la nuit, ne guident plus mes pas, à l’errante destinée.
Je m’arrache les poings aux murs sombres qui m’enserrent, mais il n’est pas d’issue pour la retrouver. Les aurores de nuit, aux déchirantes heures, s’écoulent comme le sang qui s’enfuit de mon cœur.

Posté par zalandeau à 09:16 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


29 septembre 2017

Bulletin N° 6 Mercredi, 31 mai 2000

GSM

 
Rubriques du bulletin
 
 1  Travail
 2  Moral
 
Travail
 
J’ai affaire à des entreprises qui sont les mêmes gros cons que j’ai côtoyé à la F.D.B (Fédération départementale du Bâtiment)... Forcément on est dans le même département de gros cons !
Ils font des devis à la louche en deux lignes pour décrire tout un chantier comprenant des dizaines de prestations et divisent leurs prix par 3 en une journée, ce qui en dit long sur leur façon de faire des prix.
Aucune culture du service au client.
Toujours est-il, qu’une de ces entreprises (certifiée d’ailleurs!) n’intervient pas. J’angoisse, bien que je me sache non responsable. J’ai des brûlures d’estomac et ma tension est montée à 16/10. Aucun moyen de pression ne les affecte. Et si on les menace de pénalités, ou de procès, ils s'en foutent. Jamais vu ça !
J’ai voulu un petit salaire, je l’ai!
J’ai voulu un travail peinard, c’est loupé!
 
Et pour couronner le tout, mon patron l'architecte, pour faire des économies m'emmène à une réunion de chantier... 160 KM/H, tout au long du trajet sur des routes vicinales !!! Dans l'habitacle, il règne une odeur de distillerie ! Lui, il n'a pas peur, puisqu'il est bourré ! Mais j'ai bien cru y laisser ma peau, surtout quand on a fait un demi tête à queue !!!
Crever pour un si petit salaire, non !!!
Je n’ai plus qu’à rechercher un autre job. Ça n’a pas l’air, mais c’est difficile de chercher un boulot quand on travaille!
Moral
 
Mon moral est bas. Ma tension est haute!
 
Parce que je fais un début de dépression, d’après mon toubib. Alors j’ai fait un petit tri croisé sur mon anxiété. Qu’est-il le plus dur?
 
Résultats :
 
-Me rendre compte de mon insignifiance                                               53,5 points.
-Me sentir minable                                                                                  52,5 points.
-Ne pas pouvoir me servir de mon savoir faire                                       52    points.
-Savoir que les gens de 50 ans ne sont pas embauchables (ou si peu)    48,5 points.
-Avoir peur de l’avenir                                                                            46,5 points.
-Etre incapable de maîtriser mon travail actuel (mais qui le pourrait?)  45 points.
-Voir diminuer mes facultés intellectuelles                                             42,5 points.
-Etre anxieux pour les études des deux petits                                         42    points.
-Avoir un petit salaire                                                                             41,5 points.
-Avoir à terme une petite retraite                                                            41,5 points.
-Avoir beaucoup de soucis dans mon travail                                          41,5 points.
-Avoir à terme un petit chômage                                                            41    points.
-N’être plus cadre                                                                                   40,5 points.
-Ne pas avoir droit au chômage dans un avenir proche                         40,5 points.
-Avoir un C.D.D. de 3 mois                                                                   37,5 points.
-Avoir de l’appréhension pour l’avenir de mon fils aîné (alors que lui s’en fout) 37    points.
-N’être pas aimé de ma compagne                                                        34    points.
-Avoir perdu ma force physique                                                            27,5 points.
 
 
 
En fait, je ne gagne pas assez de salaire pour vivre, mais j’ai en même temps l’impression de gagner trop pour les résultats professionnels que j’obtiens. Étrange paradoxe qui me met en mauvaise posture pour revendiquer plus, et même, pour vouloir continuer. Il me faut ajouter que cela fait maintenant 4 fois que je vois le taulier en état de distillation prononcée (sans compter les fois où je ne suis pas là pour le voir).
 
Je ne présage rien de bon à continuer de travailler pour un homme présentant des pertes de mémoires pouvant m’être préjudiciable, qui se prend pour Don Quichotte quand il est plein et qui redevient Sancho Pança à jeun.
 
Je n’ai plus qu’à placer mes espoirs dans mon sixième entretien qui aura lieu la semaine prochaine.
 

Posté par zalandeau à 09:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

28 septembre 2017

Mémoires et radotages (38) – Pour faire l’Europe, quittons l’UE !

GSMEcrit le 4 avril 2016

On le voit à longueur de journée à travers des reportages précis, avec preuves à l’appui : L’état ne fait rien contre les malfaisances de l’Europe…
 
 

 

 
Tous les coups sont permis pour favoriser la concurrence déloyale et casser le système social Français… Vive le retour en arrière !
 
Je l’ai déjà dit maintes fois : En économie, comme en emploi, les seules augmentations d’activité et de bien-être ne peuvent être obtenues que par la régulation et encore… Une régulation efficace, basée sur le colmatage des fuites financières à tous les niveaux : Fraudes à la TVA, paradis fiscaux, délocalisations, travailleurs détachés, importations…
 
Mais notre état, malgré ses dénégations, diminue les moyens de contrôle et de répression, permettant ainsi une récession sociale sans précédant. Il obéit également aux injonctions imbéciles de cette commission européenne assassine …
 
On pourrait se demander quel intérêt nos dirigeants successifs ont, à participer aussi activement au naufrage de notre pays… mais outre le manque de courage, le manque d’imagination et le confort d’une position aisée sans obligation de résultats, il y a vraiment me semble-t-il, des intérêts particuliers, du genre corruption qui sont en jeu…
 
Mais nous, citoyens de base, nous ne pouvons plus supporter un semblable laxisme, ni cet alibi européen, pour justifier de la casse sociale dont nous sommes victimes…
 
L’Europe, si c’est cela, et bien on n’en veut plus ! Sortons de cette union européenne qui est un véritable attrape-nigaud !
 
Ah ! Ca y est j’entends les cris d’orfraie : « Nationalistes ! Fascistes ! Rétrogrades ! »
Les Français ne sont pas anti-européens ! Pas du tout ! Nous sommes simplement contre la façon ultra-libérale de construire l’Europe sur la tombe des peuples !
Il n’est plus question d’écouter les berceuses qui nous disent « Mais ne vous inquiétez pas ! Cela va se régler au fur et à mesure ! ». Cela n’est pas vrai ! Rien n’est fait ! On laisse le capital s’accaparer des profits en même temps qu’il aspire la substance sociale…
 
Bien sur que nous voulons l’Europe, mais la seule façon, c’est d’en sortir d’abord et ensuite de recommencer à zéro les négociations pour reconstruire cette entité sur des bases saines !
 
On en sort, sur une simple lettre à Bruxelles révoquant les traités signés, puis on rétablit le contrôle de la circulation des personnes et des biens (douane, contrôle des changes, monnaie nationale, etc…) et on refixe nos règles hexagonales (celles qui ont été abolies par les traités de merdes que nous avons laissé signer par la cohorte de nos dirigeants irresponsables.
 
On nous serine à longueur de journée « Ce n’est pas possible ! »… Il n’est qu’à voir l’exemple de la Grande Bretagne ! Celle-ci est très peu incluse dans les institutions de l’UE et ce n’est pourtant pas l’apocalypse… Nonobstant la moindre gène qu’elle subit, elle a quand même, une forte envie d’en sortir… Nul doute que c'est son intérêt ! Et pourquoi pas nous ?
 
Ce n’est pas parce qu’on quittera l’UE qu’on ne sera plus en pleine Europe ! Avant l’UE, nous avons su construire des projets communs nous avons su avoir des relations commerciales, malgré les taxes douanières et les contrôles et je dirais même grâce à ces mécanismes régulatifs…
 
Puis, on établit un cahier des charges et on renégocie avec les pays qui nous entourent… Ceux qui veulent accepter ces règles, s’associeront à nous… Les autres, qu’ils aillent se faire foutre ! Un Smic commun, un socle commun d’assurances sociales et des ministères communs, compris une armée commune et des services régaliens communs, un vrai contrôle régulatif des personnes et des biens à nos frontières extérieures…
 
Cela ne ressemble pas à cette Europe poussive, maladive, inutile qui nous amène progressivement au chaos… Oui, au chaos ! Parce que cela ne passe plus ! On ne veut plus de cette Europe ! Tout ce qui risque de se produire, c’est une haine de l’Europe qui se transformerait en haine des autres européens ! Autant dire, l’opposé du but ‘affiché’ et ‘prétendu’ de l’UE…
 
Sortons de l’UE, pour la reconstruire correctement…

Posté par zalandeau à 09:12 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

27 septembre 2017

Nono assassiné dimanche 8 juin 2008 en Algérie.

GSM

A l'ami disparu trop vite parti, dans cet attentat abject de Dimanche en Algérie.
 
Tu étais un compagnon souriant, enjoué, que toute notre promotion appréciait et aimait.
Tu n'avais aucun don pour la méchanceté.
Toujours rieur, toujours de bonne humeur,
tu restes pour nous, cet ami, que l'on aime,
Mais qu'on ignorait, envoûtés par la vie,
qui nous prend dans son tourbillon.
Et c'est à cet instant de ta disparition,
où ton manque cruel nous frappe,
où l'on sait impossible l'instant de te revoir,
que nous réalisons combien tu nous manques et combien tu nous manqueras.
 
Note de Zalandeau : A cette époque nous n'étions pas touché sur notre sol, par cette engeance islamiste... La bombe avait pété en Algérie... C'était loin... Cela frappait une entreprise Française, un expatrié... Et nous pensions que c'était pour faire partir les éléments qui participaient au développement de l'algérie, afin d'isoler davantage le gouvernement algérien... Une histoire de politique intérieure algérienne... Alors nous étions, nous camarades de promo de 'Nono', dans la seule émotion, la tristesse de voir disparaitre un ami apprécié...
Si nous avions su que les intentions étaient bien plus criminelles encore !

Posté par zalandeau à 09:16 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

26 septembre 2017

Mémoires et radotages (135) – Solférino : " Macron m'a tué "

GSMEcrit le 25 septembre 2017

Ils vendent le 10 rue de Solférino… les socialopes ! Hé, hé, hé ! Enfin !
 
Depuis 1981 que je subissais (comme bien d’autres Français), l’occupation de ces Mitterrand (l’homme de l’attentat bidon de l’observatoire), de ces Fromage… Non ! Hollande (dans quelques mois, on n’saura même pas qu’il a existé ce bon à nib) ! Et l’autre illettré qui se bidonnait des faux CV… Comment déjà ?... Ah oui : Camp-bat-des-lisses… Et les honnêtes touristes réguliers de la Suisse : Cahuzac et tutti quanti ! Eclatés, vaporisés, façon puzzle ! Y’a longtemps que j’attendais ça ! Enfin !
 
Y’en a un (enfin je crois) qui a émis l’idée de se réunir dans une cabine téléphonique, histoire de ne pas être à l’étroit avec le nouvel effectif ! Y’en a un autre, plus futé, qui lui a répondu que ça n’existait plus les cabines téléphoniques, mais qu’ils pourraient se réunir par téléphone mobile avec le double appel…
 
Le parti socialope terminé !... Oui mais ils sont ailleurs, parfois nulle part, parfois chez Méluche, parfois transfuges entre Marine et Jean-luc (on ne sait plus)… mais surtout y’en a qui sont chez Macron ! Les socialistes libéraux sont partis chez lui en premier ! Mais les autres ?
 
……….
 
Macron, le plus socialiste des libéraux et le plus libéral des socialistes… Celui qui est socialiste pour attirer à lui ses électeurs socialopes « petits, petits, petits » et qui est ultralibéral pour donner la France à l’Allemagne, à l’Europe, au monde, à l'immigration et au capital : « La France est morte, vive la France » (Traduction en langue Macronienne " La France est morte, enfin, c'est pas trop tôt ! ")…
 
D’abord les Français, c’était que des faignants, des voleurs qui ont des retraites imméritées, des salauds de pauvres qui piquent l’argent des riches en percevant bien trop d’APL. Alors on va à l’étranger dénoncer ces connards de Français en attendant de les enterrer par des millions de migrants plus taillables et corvéables et qu’on fera voter, afin de faire fermer leur claquemerde à ces bons à riens de ‘Francis’… Et puis, on fera venir tout plein de travailleurs détachés, comme le fait la copine Merkel… Oui, c’est vrai, que le système Allemand mis en place sous Schröder, c’est exactement ce qu’il faut : Des travailleurs clandestins low-cost, des emplois à 1 euro de l’heure, des allemands avec un chömage à 400 euros et des jobs-centers qui contrôlent et rayent des listes ceux qui osent refuser le moindre minijob ou qui ont le malheur de ne pas répondre aux questions inquisitrices les plus déplacées, un taux de pauvreté multiplié par 3 en quatre ans… De vrais emplois qui sont devenus des emplois précarisés, avec des salaires paupérisés ! Ca, c’est le paradis du « Miracle Allemand »… Macron veut le même pour les Français !
 
Quel paradis ce serait pour tous ceux qui se feraient encore plus de fric ! Enfin nos industries pourraient employer ouvertement des sous-traitants Roumains dont les salariés sous-payés et exploités de manière éhontée feraient la nique à ces ouvriers prétentieux aux revendications totalement anti-capitalistes !Les Français n'aiment pas les réformes... Pourtant il faut remettre les choses en ordre : Le pognon pour les riches et la misère pour les pauvres. Sinon où va-t-on ?
 
Hé oui, le reste des socialistes 'non-encore-libéraux', il est là : Chez le fossoyeur Macron… Alors, c’est vrai… ils n’ont plus besoin de siège… A part pour prendre un bain du même nom, après la sodomie qu’ils viennent de subir…

Posté par zalandeau à 09:41 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :


25 septembre 2017

Le point de vue d'un Corse fatigué et conscient sur l'islam

GSM

Le point de vue d'un Corse fatigué et conscient...
XXXXXX XXXXXX, Officier de Réserve, parachutiste, cadre dans l'informatique, 52 ans, 3 enfants, habitant de Bastia.
 
«  Les relations entre l’Islam et la Corse sont très anciennes et remontent à plus de mille ans. Ces relations n’ont jamais été fraternelles et pacifiques mais durant des siècles belliqueuses et emplies de haine. Il faut rappeler que plus de 30 000 Corses, hommes, femmes et enfants ont été « razziés » durant plus de trois siècles sur les côtes corses par les barbaresques musulmans à la solde de l’Empire Ottoman basé en Algérie et au Maroc. En proportion c’est comme si 4 millions de Français avaient été capturés et mis en esclavage durant cette période.
 
Les nombreuses tours pisanes et génoises construites sur le littoral corse témoignent de la persistance et de l’importance du danger au cours des siècles. Ces sentinelles de pierre assuraient la surveillance permanente du littoral avertissant les populations de l’arrivée  des sarrasins pour qu’ils puissent fuir dans les montagnes.
 
Certaines zones de Balagne et du golfe du Valinco ont été même islamisées durant plusieurs décennies. C’est l’intercession de l’Impératrice du Maroc, Davia Franceschini, très belle jeune femme capturée par les barbaresques sur les côtes de Balagne et devenue l’épouse du Sultan qui a fait arrêter ces incursions vers la Corse avec l’aide de son compatriote Napoléon.
 
L’Islam a commencé à s’installer durablement en Corse avec l’arrivée des pieds noirs qui les engageaient à l’instar des pratiques en Algérie comme travailleurs agricoles. Durant plus d’une décennie il n’y avait que des hommes. A partir de 1976 ces travailleurs, pratiquement tous originaires des mêmes provinces marocaines, ont pu faire venir leurs familles. Le développement économique de la Corse a pu aussi offrir de nombreux postes subalternes aux ressortissants marocains venus s’installer dans toutes les zones agricoles de Corse mais aussi dans les cités urbaines en plein essor démographique. A tel point que des communes comme Ghisonaccia ou Porto Vecchio sont peuplées en 2016 par plus de 35% d’habitants d’origine maghrébine. Les pratiques religieuses se sont cantonnées à l’origine dans de toutes petites salles mais l’accroissement rapide de la population musulmane a suscité l’arrivée d’Imams pratiquement tous originaires du Maroc.
 
Les prêches se faisaient uniquement en langue arabe et sont toujours pratiqués ainsi dans la plupart des lieux de culte.
 
La Corse n’a pas de mosquées mais certaines salles de prières dépassent maintenant les deux cent pratiquants le vendredi. A partir de la fin des années 80, le hijab qui n’était porté surtout que par des vieilles femmes musulmanes plus par tradition que par conviction a commencé à se propager chez les jeunes filles et les jeunes femmes qui n’avaient connu que la Corse comme lieu de vie permanent. Puis dans les années 2000 sont apparues les premières tenues intégrales et les premières revendications pour les repas de substitution dans certaines écoles. Le phénomène était bien moins visible que sur le continent mais les interdits alimentaires de l’Islam commençaient à « irriter » la population corse pour laquelle la consommation du porc et du vin a été la base historique de son alimentation.
 
Refuser de consommer du porc en Corse et de boire du vin dans une région qui en a fait par sa qualité un des points forts de son économie est considéré malgré tout comme un refus de la tradition et du mode vie insulaire. Comment intégrer des populations qui refusent par dogme religieux de consommer des aliments qui ont permis durant des siècles aux corses de pouvoir survivre dans les montagnes ?
 
A partir du milieu des années 2000 a commencé à émerger un véritable rejet de ce genre de comportement qui a engendré de nombreux actes délibérément racistes envers des musulmans. La mentalité des pieds noirs ouvertement xénophobes face aux maghrébins n’a fait qu’accentuer ce phénomène.
 
Aujourd’hui en 2016 la population d’origine maghrébine est estimée à 50 000 personnes sur une population insulaire de 320 000 habitants, ce qui en fait la deuxième région de France en proportion après l’Île de France. Contrairement à ce que les médias nationaux laissent souvent transparaître il y a proportionnellement très peu d’actes réellement racistes en Corse, mais depuis deux ans les manifestations de l’Islam radical commencent à s’affirmer dans la société insulaire. Des jeunes corses (4 ou 5) se sont convertis et fortement radicalisés. Certains sont partis en Syrie ou ont tenté de le faire depuis 2014 mais il y a eu surtout une tentative de mainmise des salafistes sur la jeunesse d’origine musulmane dans les quartiers à forte densité maghrébine (Pifano, L’Empereur, Les Cannes, Lupino).  On conseille « fortement » aux jeunes filles de ne plus se rendre en ville prendre un verre ou bien on leur demande porter le voile.
 
Il y a 9 personnes fichées S en Corse dont l’Imam aumônier de la prison de Borgo ! Celui-ci n’est pas nommé directement dans le communiqué du FLNC mais il est bien désigné en tant qu’indicateur de police.
 
En fait certains services estiment que le nombre d’individus pouvant être considérés comme potentiellement dangereux avoisine 50 et il en suffit d’un seul qui passe à l’acte pour déclencher quelque chose de bien plus grave que l’attentat qu’il pourrait commettre.
 
Sans entrer dans la thèse du complot, l’enchaînement des incidents qui frappent la Corse depuis décembre 2015 ne sont peut-être pas tout à fait le fruit du hasard. Les incidents de l’Empereur, de Sisco, de Carbuccia et de Porto Vecchio dénotent des comportements nouveaux de certains maghrébins et décembre 2015 c’est aussi l’arrivée des nationalistes à la tête de l’exécutif corse !
 
La coïncidence est l’ennemie de la vérité mais l’apparition dans cette série d’incidents de l’émirat du Qatar à la suite des révélations d’un ex sous-directeur de la DGSE pose question. On sait que depuis l’incident de l’année dernière durant le match PSG-Bastia où l’on a pu voir une grande banderole sur laquelle était inscrit « Le Qatar finance le PSG et le terrorisme » les proches de l’émir ne doivent pas porter la population « mécréante » de l’île dans leur cœur.
 
Il est certain qu’une action djihadiste sur l’île déclencherait immédiatement une réaction ultra violente des corses. Les corses possèdent des armes en grand nombre et l’impact émotionnel des événements de Paris, de Nice et de Saint Étienne du Rouvray suscite la plus grande méfiance de la part des insulaires. Beaucoup s’attendent à une réaction suite aux incidents ultra médiatisés de l’Empereur et de Sisco et beaucoup s’y préparent.
 
La Corse a été le premier département à se libérer du joug fasciste en septembre 1943. Les résistants corses ont libéré l’île en un mois de sanglants combats. Une fois qu’elle était pratiquement intégralement libre, un détachement de goumiers marocains a combattu courageusement les restes de l’armée de Rommel qui battait en retraite à Bastia. Si des marocains ont effectivement participé à la libération de la Corse c’est d’abord le sacrifice des résistants corses qui a chassé d’abord les troupes italiennes (80 000 hommes) puis allemandes (20 000 hommes) de l’île.
 
Le port du hijab, de la burqa ou du burkini est perçu ici comme ailleurs comme un drapeau de l’Islam intégriste, une allégeance à la vision wahhabite de DAECH, du Qatar ou de l’Arabie Saoudite. Alors, bien sûr, la revendication du droit à la liberté de se vêtir est perçue d’abord comme une belle hypocrisie. Si un touriste avait l’idée de porter un T-Shirt orné d’une grande croix gammée pourrait-on n’y voir qu’un simple bout de tissu ? Une inscription du genre « Je suis Menguélé » passerait-elle bien sur une plage de Tel Aviv ? Pourtant ce ne sont que des bouts de tissu.
 
Avec ce mélange d’inquiétude légitime, d’impression de provocation, d’orgueilleuse arrogance de la part des salafistes et surtout de la vision d’impuissance désespérante du pouvoir régalien, la tension atteint un paroxysme en Corse. Nous sommes au bord d’une conflagration dont l’onde de choc se propagera bien au-delà du territoire insulaire.
 
Les élus tentent légitimement de la contenir mais ils savent bien que le détonateur est au point et que la moindre étincelle mettra le feu au baril de poudre sur lequel nous sommes tous assis. Ils ont la tête sur une enclume. Ils ne peuvent se résoudre à dénoncer une réalité qui finira par les obliger à prendre parti et ils ne peuvent soutenir les propos des Cassandre tels que ceux tenus par Eric Zemmour.
 
Zemmour, ce juif berbère qui possède ce don inné des juifs : sentir les dangers qui nous menacent avant tout le monde. Le sage montre la Lune, le singe regarde le doigt et comme le chantait Guy Béart « le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté ».
Il est facile d’imaginer la réaction des corses à un attentat de style daechien sur le territoire de l’île. Ce sera une répétition de la Saint Barthélémy à coup sûr et une disparition ultra rapide de la visibilité de l’Islam dans l’espace public. La conséquence en sera d’abord l’état de siège et la disparition de facto du pouvoir nationaliste mais l’onde de choc sera considérable sur le continent.
 
Beaucoup de musulmans quitteront la Corse mais 90% préfèreront rester en abandonnant la visibilité de leur religion.
 
En bref : la guerre civile et à terme rapide l’intervention de l’armée sur tout le territoire français.
 
Le manque de courage des élites politiques et leur état de compromission électoraliste dans de nombreux endroits du territoire français se paiera au prix du sang.
 
Ce qui est lamentable c’est que les avertissements multiples des intellectuels français de gauche n’auront jamais été entendus au nom d’une pseudo laïcité bien lâche et d’une république incapable de sortir de ses atermoiements droit-de-l’hommistes. La collaboration factuelle des mouvements d’extrême gauche et des verts avec une idéologie profondément totalitariste sera à mettre au débit de la disparition de la gauche. La plupart des « musulmans » seront ravis qu’on les débarrasse de ces barbus bien gênants et l’Islam disparaîtra en France de l’espace public. Le problème résidera  dans le nombre d’innocents qui paieront pour les autres.
 
J’espère que nous n’en arriverons pas là mais l’accélération de l’histoire ces temps-ci fait craindre le pire.
Nous ne regardons plus l’abîme, nous sommes dedans. »

Posté par zalandeau à 09:23 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

24 septembre 2017

Organiser, prévoir, informer

GSM

Ecrit en septembre 2014
 
J’ai commencé par toi, mon Nono. Il fallait bien que je m’y mette. Juste pendant le trajet pour aller à ton code.
Je crois que j’ai bien dosé, pas trop stressant, disons light. Je suis content d’avoir eu ce courage (car Dieu sait que ce n’est plus ma caractéristique principale) et surtout, d’avoir eu cette inspiration, qui m’a fait parler comme j’écris (ce qui devient bien plus rare avec la désorganisation de mes pensées).
Et je suis content d’avoir su être si bref et concis et surtout que tu m’écoutes, car tu es celui avec lequel j’ai le plus grand mal à communiquer. Peut-être ton adolescence tardive ?
J’espère que tu auras compris qu’il y a maintenant urgence à prendre ton envol, aussi bien dans ton intérêt que dans celui de ta mère. Il faut trouver un taf !
D’ici un certain temps, je t’en remettrai une couche, mais là, avec des faits plus précis.
 
En attendant, il faut que j’entretienne ton grand frère Toto, sur le même sujet. Mais je crois que je serai moins light avec lui qu’avec toi, car je pense qu’il est sur un petit nuage et que cela nécessite plus de puissance dans le propos pour l’en faire redescendre. Et pour lui, il y a urgence, car sa nonchalance passée l’a placé hors circuit. Bien sûr son inquitude actuelle est réelle, mais on ne rattrape pas plusieurs années de recherches menées en dépit du bon sens et à l'inverse des conseils des gens d'expérience. On n’embauche pas les gens qui sont sans travail depuis longtemps. Oui, je vais être un peu, voire beaucoup plus percutant, je crois.
 
Quant à Kikson, je ne sais que lui dire. Il travaille comme une brute pour des clopinettes. Il a énormément de mérite et je ne puis décemment lui faire aucun reproche. Je ne peux que lui recommander de bien veiller sur toi, ton frère et votre mère. Car c’est vraiment lui qui est votre Grand frère Poule et fils poule aussi (par analogie à Papa poule). Maintenant il lui faut aussi à très court terme parvenir à payer son électricité et tous ses loyers, mais je le lui dirai de manière light, il comprend à demi-mot, ton aîné, car il a l’intelligence du cœur…
 
NDLA : Toto finira par trouver un job en juillet 2015 en acceptant de prendre n'importe quoi du moment qu'il y avait une paye au bout. Quant à Nono, il en est toujours au même point sauf qu'il a acquis son permis de conduire...

Posté par zalandeau à 09:34 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

23 septembre 2017

Mémoires et radotages (133) – Une baguette pas cuite s’il vous plaît !

GSM

Écrit le dimanche 17 septembre.
 
Sur le coup de midi et demi, je vais à la boulangerie en ce dimanche, pour acheter une baguette. La queue est parallèle au présentoir de pâtisserie. Je prends ma place… Devant moi, plusieurs femmes, dont une, la cinquantaine environ, la plus éloignée de moi, face à la caisse, regarde dans ma direction… Supposant qu’elle cherche des yeux un gâteau particulier afin de compléter sa commande, je m’écarte du présentoir et me tourne vers celui-ci, afin d’éviter le regard de la dame, qui me semble inquisiteur… Les autres gonzesses se sont écartées elles aussi, semblant indiquer qu’elles sont dans le même groupe… Peut-être me parle-t-on, mais, sourd, je n’y prête guère attention… Une des serveuses que je connais bien me demande combien de baguettes je voulais. Je réponds, tout en pensant que les bonnes femmes qui me précèdent, sont donc, comme je l’avais supposé, accompagnatrices de celle de tête qui s’était tournée vers moi. D'ailleurs je sens toujours des regards. J'attendais ma baguette ‘pas cuite’, quand soudain la curieuse me fait sursauter en me parlant, car elle avait parcouru les trois mètres qui nous séparaient : « Vous ne seriez pas un ancien militaire ? ».
 
Je la regarde ainsi que ses copines toutes tournées vers moi… C’est quoi, me disais-je, un dîner de cons ? J’en ai plein le cul, encore mon habillement qui a frappé ! Et puis les interrogatoires de police, ça suffit ! Les gens de mon âge ont tous plus ou moins été militaires, ce n'est pas pour ça qu'il faut nous faire chier… Mais au lieu de répondre cela, je lui lance tout de go : « Moi, je ne vous ai rien demandé ! ». Elle est retournée à sa place en maugréant très fort avec ses copines, mais ma surdité m’a privé de la teneur de leurs propos surement pas amènes à mon égard. J'ai vaguemnt entendu 'Quel culot', 'Pour qui il se prend"... Pendant ce temps, je prenais ma baguette tendue par la serveuse, je payais par-dessus le présentoir et prononçais mon fameux « M’sieurs dames »… Comprenant que l’émoi était encore à son comble, d'après le brouhaha qui régnait parmi le troupeau de meufs, je rajoutais cependant à haute voix : « Qu’est ce que c’est mal fréquenté aujourd’hui ! »
 
C’est bête, peut-être que j’ai loupé une discussion avec une femme et peut être une invitation et voire même une coucherie et peut-être même une vraie partouze, qui m’aurait fait passer une après-midi excellente d’un point de vue sensuel, va savoir ?
 
Plus sérieusement, il m’étonnerait fort que j’accepte un jour, une relation avec une rombière qui me parle sur un ton inconvenable et dont les exigences n'ont d’égal que la curiosité !
 
Qu’elle et ses copines aillent se faire foutre… mais ailleurs ! Je ne vais pas leur raconter ma vie dans une boulangerie-pâtisserie, non mais ! Le dîner de cons… c’est traumatisant et je crois que j’ai déjà donné… Et même si ç’avait été un déjeuner de foutre… Très peu pour moi, ça ne m’intéresse plus ! Et puis quant à elles "pour qui elles se prennent", ces connasses ?
 
..........
 
Écrit le mardi 19 septembre.
 
Je traverse le marché à pieds, pareillement habillé que dimanche, pour aller acheter ma baguette pas cuite. Il y a un mec qui s'arrête et me détaille de la tête aux pieds avec une moue bizarre. Je le regarde : Il a un chapeau avec une sorte d'étoile de Shériff et surtout une grande plume de je ne sais quoi, glissée dans le galon de son feutre...
 
Je m'immobilise devant lui et lui dis : " Qu'est-ce qui te déranges ? Toi, il ne te manque qu'une plume dans l'cul ! ".
 
Décidément !

Posté par zalandeau à 09:03 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

22 septembre 2017

Mémoires et radotages (134) – Le départ de Philippot

GSM

Écrit le jeudi 21 septembre 2017.

 
La victoire de Macron, on le voit bien depuis son élection, a eu un impact sur les oppositions morcelées qui ont été vaincues, parce que divisées, aux présidentielles ainsi qu’aux législatives. Le parti socialiste a carrément explosé en vol, on est en train de rechercher les morceaux. Le front de gauche éclate dans une lutte de domination entre communistes et Mélenchonistes. La droite décontenancée par la défaite en rase campagne de Fillon est décomposée et se cherche un leader pour reconstruire sur les ruines. Pour finir, le FN, vient de trouver un fusible et le fait sauter, pour sanctionner sa défaite de mai et juin dernier : Florian Philippot.
 
De fait, Marine le Pen, se défausse sur Philippot pour tenter de se sauver elle-même. Après tout c’est quand même elle qui l’avait choisi comme numéro 2. De plus, la catastrophe du débat de l’entre deux tours, c’est quand même elle qui en est la coupable à 100%. Je suis à peu près certain, qu’à sa place, Philippot se serait beaucoup mieux sorti de cette joute oratoire avec Macron.
 
Philippot est surtout responsable d’avoir gardé trop longtemps dans la campagne, le concept de ‘sortie de l’euro’. Si je suis convaincu qu’il faille sortir de l’euro, ce n’est pas pour cela que l’on doive en parler. Je l’avais dit : Il ne faut pas en parler, mais il faudra le faire le moment venu. Ce trop-plein de vérité a desservi le ralliement d’une frange d’électorat. Après tout, Macron n’a-t-il pas menti en promettant des choses qu’il ne fera pas ? Pourquoi ne pourrait-on pas aussi mentir en ne parlant pas des choses qu'on fera !
 
Ce que le FN n’admet pas c’est sa défaite. Il lui faut des coupables, des purges, des exclusions… Ce qui est dommage, c’est simplement l’énorme différence de score entre Macron et Marine, dont je viens d’expliquer les raisons. Mais en vérité, il était impossible que le FN gagne ces élections, pour la bonne et simple raison que ce parti n’avait pas su rallier des appuis politiques, ni su nouer des alliances.
 
Le FN, avec le départ de Philippot, perd aujourd’hui ses arguments sociaux et économiques et va perdre les électeurs qui allaient avec. Le front se retrouve dès demain avec la seule ligne politique : Identité nationale, immigration, sécurité, la même qu’à ses débuts, gardant seulement son électorat du début et perdant tout le bénéfice populaire qu’il avait engrangé depuis les dernières années. De plus le "vieux" (Jean-Marie le Pen), va reprendre de l'influence, de son influence néfaste et nauséabonde, teintée de jeux de mots drôles bien que déplacés. Même avec sa maitrise absolue de la conjugaison au subjonctif, sa présence va bien évidemment favoriser le départ des sympathisants !
 
J’avoue que la ligne Philippot me plait assez ainsi que celle de Dupont-Aignan. De plus, le personnage médiatique Philippot a bien plus de charisme que celui de Dupont-Aignan. Je suis persuadé que certains électeurs aimeraient un pacte entre ces deux hommes politiques. La question est : Un Gaullo-Chevènementiste peut-il faire alliance avec un Gaulliste ?
Leurs caractères peuvent-ils s’accorder ? Une rivalité peut-elle faire capoter cette coalition que personnellement je souhaiterais ? C’est bien possible. L’avenir le dira.
 
En tous cas, Philippot à créé son mouvement ‘Les Patriotes’. Il n’a pas d’appui, pas de financement… Chacun sait que l’argent est le nerf de la guerre… Macron le sait bien, lui que les banques ont soutenu…
 
Le problème à mon sens, c'est que Mélenchon risque de récupérer les voix des électeurs déçus par le durcissement imminent de la ligne du FN. Hélas, le front de gauche serait une véritable passoire immigrative et un non-sens économique, ce qui n'en fait pas à mes yeux, LE parti du dernier recours !
 
Je dis « bon vent » à Philippot, n’en déplaise à Marine le Pen, en souhaitant qu’il ne finisse pas comme Bruno Mégret dans l’anonymat définitif.

Posté par zalandeau à 09:13 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

21 septembre 2017

Mémoire et radotages (35) – Epoque de merde

GSM

Je relis certains de mes radotages, où je dis que je ne tends pas l’autre joue… Il est bien vrai, que je n’ai aucune affinité pour cette particularité ‘chrétienne’ qui consiste à pardonner… cette charité que même les athées ont adoptée… Il y a des trucs que je ne pourrais pas pardonner… La barbarie dont il est question dans mes écrits en fait partie…
Décidément, je ne suis pas chrétien et je m’en fous. Tolérer et aider les faibles mais être intolérant avec les intolérants, les pourris et les barbares, c’est à peu près tout ce que mon cerveau sait faire…
 
La loi du talion est presque une règle de vie, pour moi… C’est peut-être dur à entendre, mais, c’est ce qui m’a permis de tenir, pendant toute une vie… Sinon… aurais-je défendu mes équipes ? Aurais-je extirpé une femme de sa voiture qui menaçait de cramer ? Aurais-je sauvé mes… Et puis merde… trop de choses finalement qui ne m’ont rien rapporté, mais m’ont aidé à supporter ma vie… Comme une sorte de but…
 
Et c’est là que je tombe dans la désespérance, maintes fois exprimée… Si j’avais su ce que serait l’époque présente, je n’aurais pas fait d’enfants… Et cette responsabilité me ronge… J’aurais du savoir ! J’aurais du prévoir !
 
Bien sur, qu’ils m’ont donné énormément de bonheur… j’ai extrêmement honte d’en avoir profité, comme si j’avais été égoïste… Mais c’est bel et bien un remord lancinant qui me ronge chaque jour tant et tant. Qu’ai-je fait ? Quand on aime ses enfants, ont ne les met pas au monde dans ce monde pourri par la double barbarie islamiste et libérale…
 
Car même si je donnais ma vie pour sauver la leur, cela ne fonctionnerait qu’une seule fois… et après ?
Je sais, je n’ai pas voulu cela et j’ai beau me dire que je ne suis pas coupable, cela ne diminue pas le poids que j’ai sur la conscience…
 
Je sais ce qui va se passer… et je sais que je ne serai plus là pour agir et que si je prenais les devants, la société à travers ses institutions régaliennes ne me laisserait pas faire…
Ce que je fis, jadis, finalement, n’était que peu de chose par rapport à l’énormité de l’injustice actuelle…
Nous sommes de la chair à canon pour la guerre économique ultralibérale, nous n’avons que le droit de nous taire, de ne rien faire de ce qu’il faudrait faire…
 
Et c’est cela qui va nous mener au chaos…

Posté par zalandeau à 09:23 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :