29 septembre 2017

Bulletin N° 6 Mercredi, 31 mai 2000

GSM

 
Rubriques du bulletin
 
 1  Travail
 2  Moral
 
Travail
 
J’ai affaire à des entreprises qui sont les mêmes gros cons que j’ai côtoyé à la F.D.B (Fédération départementale du Bâtiment)... Forcément on est dans le même département de gros cons !
Ils font des devis à la louche en deux lignes pour décrire tout un chantier comprenant des dizaines de prestations et divisent leurs prix par 3 en une journée, ce qui en dit long sur leur façon de faire des prix.
Aucune culture du service au client.
Toujours est-il, qu’une de ces entreprises (certifiée d’ailleurs!) n’intervient pas. J’angoisse, bien que je me sache non responsable. J’ai des brûlures d’estomac et ma tension est montée à 16/10. Aucun moyen de pression ne les affecte. Et si on les menace de pénalités, ou de procès, ils s'en foutent. Jamais vu ça !
J’ai voulu un petit salaire, je l’ai!
J’ai voulu un travail peinard, c’est loupé!
 
Et pour couronner le tout, mon patron l'architecte, pour faire des économies m'emmène à une réunion de chantier... 160 KM/H, tout au long du trajet sur des routes vicinales !!! Dans l'habitacle, il règne une odeur de distillerie ! Lui, il n'a pas peur, puisqu'il est bourré ! Mais j'ai bien cru y laisser ma peau, surtout quand on a fait un demi tête à queue !!!
Crever pour un si petit salaire, non !!!
Je n’ai plus qu’à rechercher un autre job. Ça n’a pas l’air, mais c’est difficile de chercher un boulot quand on travaille!
Moral
 
Mon moral est bas. Ma tension est haute!
 
Parce que je fais un début de dépression, d’après mon toubib. Alors j’ai fait un petit tri croisé sur mon anxiété. Qu’est-il le plus dur?
 
Résultats :
 
-Me rendre compte de mon insignifiance                                               53,5 points.
-Me sentir minable                                                                                  52,5 points.
-Ne pas pouvoir me servir de mon savoir faire                                       52    points.
-Savoir que les gens de 50 ans ne sont pas embauchables (ou si peu)    48,5 points.
-Avoir peur de l’avenir                                                                            46,5 points.
-Etre incapable de maîtriser mon travail actuel (mais qui le pourrait?)  45 points.
-Voir diminuer mes facultés intellectuelles                                             42,5 points.
-Etre anxieux pour les études des deux petits                                         42    points.
-Avoir un petit salaire                                                                             41,5 points.
-Avoir à terme une petite retraite                                                            41,5 points.
-Avoir beaucoup de soucis dans mon travail                                          41,5 points.
-Avoir à terme un petit chômage                                                            41    points.
-N’être plus cadre                                                                                   40,5 points.
-Ne pas avoir droit au chômage dans un avenir proche                         40,5 points.
-Avoir un C.D.D. de 3 mois                                                                   37,5 points.
-Avoir de l’appréhension pour l’avenir de mon fils aîné (alors que lui s’en fout) 37    points.
-N’être pas aimé de ma compagne                                                        34    points.
-Avoir perdu ma force physique                                                            27,5 points.
 
 
 
En fait, je ne gagne pas assez de salaire pour vivre, mais j’ai en même temps l’impression de gagner trop pour les résultats professionnels que j’obtiens. Étrange paradoxe qui me met en mauvaise posture pour revendiquer plus, et même, pour vouloir continuer. Il me faut ajouter que cela fait maintenant 4 fois que je vois le taulier en état de distillation prononcée (sans compter les fois où je ne suis pas là pour le voir).
 
Je ne présage rien de bon à continuer de travailler pour un homme présentant des pertes de mémoires pouvant m’être préjudiciable, qui se prend pour Don Quichotte quand il est plein et qui redevient Sancho Pança à jeun.
 
Je n’ai plus qu’à placer mes espoirs dans mon sixième entretien qui aura lieu la semaine prochaine.
 

Posté par zalandeau à 09:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :