GSM

Sur sa boite email, il remercie tous ceux qui lui ont rendu visite à la Saint Sylvestre et aujourd’hui même. Ses camarades et amis n’y sont d’ailleurs pas pour rien…
 
Il a comme l’impression que cet élan de vœux sincères, lui a porté chance…. Le vrai amour n'est-il pas celui des amis ?
 
Hier, il a quitté ses activités assez tôt… Impossible de dire l’heure, sauf en consultant ses derniers écrits, mais ça ne présente pas le moindre intérêt…
 
Diner, une pince à linge sur le nez, avec son grand petit dernier, la mère de ses enfants, la belle-doche…
Ils regardaient les 100 plus grosses conneries de Dechavanne à la TV, pendant que lui se levait fréquemment pour aller dans une chambre regarder la suite de Zorro…
 
J’abrège, parce que ça risque de faire long. Je ne suis qu’ange gardien, pas écrivain. Il n’a pas tout vu, mais Zorro a gagné comme d’hab…
 
L’ambiance étant lourde, il a pris son grand fiston à part et lui a souhaité une bonne année anticipée. Il devait être 11h30. Il est parti vers le domicile de son grand amour de printemps… Il faisait froid dans sa voiture, sur le trottoir d’en face…
Soudain la lumière s’allume dans le hall de son immeuble… La silhouette, là… Mais ? Il croit que c’est elle ! Il bondit comme un diable hors de sa boîte…Se provoquant une vive douleur dans le rachis… (Il est un âge où on ne peut plus rejouer les scènes commandos, surtout avec le froid qui gèle les tuyaux du corps)…
 
Oui, c’est elle… Elle se retourne… Il arrive en courant et en boitant… Elle lui ouvre ses bras… Il lui souhaite une bonne année, elle aussi… Il l’enlace et ils échangent un baiser, long très long, même s’il leur a paru très court. Elle s’est blottie dans ses bras… Il ne sentait plus du tout le froid glacial de l’hiver… Pour lui, c’était le printemps !
 
Il lui manque. Elle lui manque. Ils se manquent l’un à l’autre. Du moins, c’est ce qu’ils se sont dit… Elle voulait le faire entrer. Il lui a dit qu’il était préférable de ne pas succomber à un désir passager et que pour sa part, il souhaitait, si elle le désirait, reprendre leur amour, là où il s’était arrêté…
Ils se sont fixés rendez-vous…
 
Dans quelques heures, il sera fixé… Et il attend devant l’horloge que s’égrènent ces secondes qui le rapprochent d’elle, comme un jeune amant qu’il est encore une fois redevenu…
 
« Ah, mon Dieu, faites que… Pourvu que… Ah, c’est incroyable… C’est un vrai conte de la Saint-Sylvestre… Et pourtant c’est vrai… J’ai le cœur qui bat à une vitesse !!!
Je vais la voir… J’espère qu’elle n’aura pas changé d’avis… Nous allons nous embrasser, comme hier soir, c’était si bon !.. Nous allons faire l’amour, du moins je l’espère »…
 
Il est content, de formaliser par écrit, ce qu’il vient de vivre, ça lui occupe l’esprit et le temps passe ainsi plus vite, qui le rapproche de mon petit oiseau d’amour… « Pourvu que ça marche… Pourvu que »….
 
« Et si je mettais ma combinaison para, celle que j’avais quand nous nous sommes rencontrés ?.. Il faut que je l’essaye, j’ai tellement grossi »…