14 septembre 2017

Mémoires et radotages (128) – Le complexe de l’habillement

GSM

Je parlais récemment du « Friday ware » que j’avais fait pénétrer chez mon dernier employeur…
Je dois préciser que lorsque j’avais pris la décision sur mon dernier chantier, d’organiser la rotation des camions de livraison, parce qu’aucun andouille parmi mes collègues ne voulait se lancer là-dedans, je me changeais de tenue et adoptais le treillis et les rangers pour aller mettre les pieds dans la boue l’hiver ou revenir blanc de poussière l’été… Deplus la tenue lézard influençait beaucoup l'aptitude à l'obéissance des différents chauffeurs et personnels de manutention...
Personne n’avait osé me faire da remarque sur mon habillement ! Sauf le Directeur d’affaires que j’avais envoyé bouler en lui rappelant qu'autrefois dans sa caserne, il était peut-être tiré à quatre épingles, mais qu’en manœuvre je ne pense pas que ç’avait été le cas (C’était un officierl de carrière, retraité en tant que Lieut-Col, appartenant à cette catégorie de rombiers qui ont le droit de piquer le travail des chômeurs en plus de leur retraite et de critiquer ceux dont ils ne sauraient même pas faire le boulot) !
 
Je me souviens que le patron précédent (père du dernier et supérieur du Directeur d'affaires), décédé au boulot, avait failli lourder un jeune Tech Sup à peine embauché, parce qu’il était venu le premier jour au boulot en pantalon de velours, pull et sans ceinture ! Quel crime abominable ! J’avais pris le jeune homme à part et lui avait demandé « Veux-tu rester dans la boite ? »… Je lui avais expliqué le code vestimentaire obligatoire à arborer dès le lendemain et lui avais donné son après-midi pour faire ses emplettes… Il a ensuite été très apprécié !
……….
Personnellement, depuis que j’ai quitté la vie professionnelle, j’ai un gros problème avec l’habillement, ou du moins, j’ai en moi un conflit entre habillement et apparence !
 
Je déteste être mal habillé lorsque je n’ai pas d’activité salissante… Je me "costardise" donc !... Pour des raisons pratiques, j’aime bien avoir tout sur moi et ne pas trimballer un sac  comme certains le font… Les costards civils ne sont pas pratiques à cet égard… J’ai opté depuis des années pour des tenues militaires d’occasion, que j’obtiens pour des bouchées de pain et que je modifie pour les mettre à ma taille. Elles comportent 4 poches extérieures boutonnées, ce qui me convient parfaitement… J’ai 'civilisé' ces costumes en mettant des boutons ordinaires et des cravates fantaisies… Je me suis d’ailleurs confectionné deux d’entre eux. Je suis bien dans ma peau ainsi ! Sauf que le regard des autres m’insupporte au plus haut point ! Plus personne ne s’habille en costard, ni en plus, comme les miens… Alors des gens me regardent comme des vaches regardent passer les trains… J'emprunte donc des trottoirs de rues moins fréquentées, parce que je ne cherche pas à me montrer aux autres mais à me plaire à moi-même ! Mais bien sur, je ne parviens pas à écarter tous les regards inquisiteurs, surtout dans les lieux fréquentés… Même en treillis, on me regarde !
 
Finalement, ça me fait chier ! Le monde me fait chier ! Je ne regarde pas les autres. Que les autres regardent ce qu’ils veulent, mais cessent de me regarder ! Ils m’emmerdent !
 
Cruel dilemme entre habillement et apparence ! Je ne trouve pas la soluce…

Posté par zalandeau à 09:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :