GSM

Loi de moralisation politique : Et cela continue…
Après tout le tintouin, la main sur le cœur, affirmant la volonté inébranlable de moraliser la vie politique, que s’est-il passé ?
 
Les députés avaient voté un amendement LREM à l'article 1 du projet de loi ordinaire de « confiance dans la vie publique » prévoyant une « peine complémentaire obligatoire d'inéligibilité » en cas de manquement à la probité. En commission, cette mesure a ensuite été supprimée au profit du casier judiciaire vierge de toute condamnation pour manquement à la probité pour postuler à une élection, comme le portait le candidat Emmanuel Macron.
 
A ce stade là, on pouvait dores et déjà constater que la partie « punition » était supprimée… Bon, il restait quand même l’impossibilité de faire entrer dans le cercle des éligibles les gens ayant un casier… C'est-à-dire qu’avant l’élection on devrait être honnête, mais qu’après être élu, on pourrait désormais comme avant mettre les doigts dans le pot de confiture…
 
Et bien ils sont allés bien plus loin, puisque ces députés LREM ont supprimé en commission parlementaire l’obligation d’un casier vierge pour pouvoir se présenter à des élections…
En effet, un casier feuillet 2 ne comprend pas seulement les crimes et délits à la probité, mais aussi, d’éventuelles condamnations pour des délits d’opinions ou autres qu'il ne conviendrait pas de sanctionner. Au lieu de revenir à la première solution, on abandonne tout ! Tour de passe-passe réussi !
 
Bravo ! Finalement, on revient à ce qui était le système actuel, où on peut être malhonnête avant, pendant et après un mandat… Quelle avancée !
Les anciens condamnés pourront continuer de se porter candidats à une fonction élective et ceci parce que, peut-être, le conseil constitutionnel aurait, peut-être, refusé cette mesure qui aurait été, peut-être, anticonstitutionnelle. Décidément quand on veut refuser de voter une loi, on fait tout pour la dénaturer…
Il est en revanche constitutionnel d'exiger un casier judiciaire vierge pour devenir fonctionnaire, militaire ou magistrat. Deux poids deux mesures, ce n’est pas anticonstitutionnel, ça ?
 
Monsieur Macon, vos ouailles sont bien "ET de droite ET de gauche" comme avant… Et vous qui laissez faire (qui ne dit mot consent)… Et bien vous êtes de droite et de gauche, contrairement à vos propos de campagne qui stipulaient le contraire. Comme ceux d’avant, vous faites partie du système, contre lequel les Français, dans un grand élan de niaiserie, se sont révoltés en vous portant à la fonction suprême…
 
Encore une trahison… Encore dix points de moins dans les sondages…