GSM

C'était en août 2014...
 
L’autre jour, nous sommes allés chercher notre grand fils à 300 kilomètres.
 
1ère période : Avant le départ, l’anxiété de l’accident qui foutrait mes trois fils dans une merde… Anxiété de vieux, de ces vieux qui perdent l’allant et la confiance de leur jeunesse…
 
2ème période : Trajet en bagnole, où, petit à petit, me sont revenues l’ivresse de la vitesse, le bonheur de l’action, un faux sentiment d’utilité, une immense liberté, la plénitude de la conquête d’espaces infinis. C’était le départ joyeux vers l’aventure… Comme un retour vers la jeunesse… La conquête de l'ouest et la fièvre de l'or...
 
3ème période : On s’est promené à pieds avec mon fils aîné, dans cette grande ville, qu’il a voulu nous faire visiter... Mal aux pieds, mal aux hanches, mal au dos, épuisement, plusieurs stations assises un peu partout, sur des marches, sur des plots en béton, sur n’importe quel mobilier urbain… Une souffrance physique prononcée et une lenteur pour arquer, comme de vieilles machines rouillées… Un vrai enfer… L’enfer de la décrépitude physique des vieux… 
 
4ème période : Le retour n’était pas comme l’aller. D’abord parce qu’il y avait tous ces connauds du « chassé-croisé » inter-mensuel estival et ensuite parce que notre destination était le retour vers la prison… La prison des habitudes, du monotone, de l’ennui, la promiscuité de cette population écœurante et à chier de la microrégion où j’ai eu le malheur d’habiter... L’endroit des ondes négatives et des envies mortifères. L'endroit où les vieux retrouvent leur stress de vieux…