GSM

Arrivée des états unis, la Fête des familles nombreuses a été instaurée en France en 1920. Le Cartel des gauches à partir de 1926 en fait la promotion et en 1929 la Fête des mères est instaurée et ensuite fêtée mais sans plus.
 
En revanche, dès 1941, le Maréchal Pétain en fait une célébration quasi-liturgique, la mère étant mise sur un piédestal. Il faut faire des enfants pour donner des soldats au grand Reich !
 
La mère est glorifiée par la propagande comme “l’âme de la famille”. Et tous les français sont poussés à célébrer sa "journée". Protectrice comme la patrie, féconde comme la terre (qui ne ment pas), gardienne des traditions et des vertus familiales, symbole du sacrifice, la mère devient une des figures centrales de la Révolution nationale. La féminité se résume à la maternité. Et jusqu’à sa chute, avec de plus en plus de faste, l’Etat Français va célébrer la fête des mères.
 
Après guerre, populaire, la fête des mères survit à la Libération. Il faut encore repeupler la France. Pour la première fois, un texte de loi, le 24 mai 1950 instaure la fête des mères.
 
Puis les commerçants s’en emparent et cela devient une fête du chiffre d’affaire comme les autres…
 
Je n’ai pas besoin de cette fête de saligauds pour penser à toi, maman… Tu existeras toujours, dévouée, attentionnée, sacrifiant tout à tes enfants, toute ta vie… Et ta vie est finie… Quels remerciements en as-tu eu ? Je t’aime Maman.