22 mai 2017

Les 35 heures

GSM

J’ai une certaine sympathie pour Lionel Jospin (beaucoup moins pour ses idées que pour l'homme) et je pense que lui, au moins, aurait pu en d’autres circonstances vraiment incarner le « Président normal » que les Français attendaient, par son attitude, son comportement…
Cependant, il y a quelque temps celui-ci lors d’une émission télé a déclaré que cette disposition des 35 heures avait créé vraisemblablement 400.000 emplois.
Je m’inscris en faux contre cette assertion provenant de son entourage qui a  vraiment intérêt de prêter au système politique de l’époque des résultats qu’il n’a pas engendré.
Le fait était qu’à l’époque (année 2000 environ) du commencement de la mise en place de ce nouvel horaire légal, après quelques années d’une énième crise, la reprise mondiale était telle que même la France en a bénéficié. Les multinationales, en particulier américaines, ont pour des raisons de qualité de nos compétences, investi massivement sur notre territoire, entraînant une bulle immobilière et un accroissement de l’activité importants. C’est cette reprise forte et soutenue qui a permis d’amoindrir, d’amortir les effets néfastes de l’accroissement de masse salariale et/ou de diminution de la productivité que les 35 heures engendraient.
 
Hélas, cette interprétation fallacieuse de l’action d’Aubry, Jospin et du PS, par eux-mêmes est extrêmement pernicieuse, car elle tend à donner une valeur positive a un type d’action hautement toxique pour l’économie dans un monde qui se veut ouvert sur le monde et surtout sur la concurrence. Ce type de mesure n’aurait été totalement efficace que dans une France protégée par des barrières douanières, ce qui n’est pas le cas. 
 
Personne parmi le salariat n’avait revendiqué cette diminution d’horaire légal, mais bien évidemment tous ceux qui en bénéficiaient en était fort contents, à l’époque. Allez refuser un tel cadeau ! C’est bien humain.
 
Par contre en terme de gestion de l’entreprise, autant les grosses boites pouvaient pratiquer sans dégât un tel changement (avec d’ailleurs de fortes aides de l’état en sous-mains), autant les PME prenaient de plein fouet un abaissement de leur rentabilité, confrontées à résoudre des cas d’embauches d’emplois partiels irréalisables, des organisations cauchemardesques et des chutes de productivité difficilement "enrayables"…
 
A présent, même si les 35 heures restent seulement une base réglementaire de calcul des salaires de base, il est désormais acquis, car absolument nécessaire que les horaires réels de travail soient d’une quarantaine d’heure, payés pour quarante heures (sauf dans le secteur public, bien entendu). Il faudrait aussi supprimer les majorations d’heures supplémentaires jusqu’à 40 heures ainsi que les RTT qui sont aussi des diminutions d’horaires déguisées.
D’ailleurs, la difficulté de calcul et de gestion de la fiche de paye est depuis cette époque d’une complexité hors des capacités ordinaires des TPME, obligées depuis de recourir aux services coûteux de comptables ou bien alors de contourner la loi…
 
Mais cela, allez le faire comprendre, à des gens complètement « hors-sol », déconnectés qu’ils sont des réalités économiques du terrain ! Ils ne savent que complexifier les choses sans en percevoir les effets.
 
C’est pourquoi à chaque annonce de simplification par chacun des gouvernements, je sais que tout sera plus compliqué encore, parce qu’ils ne sauront jamais faire simple, efficace, utile, rentable, intelligent !

Posté par zalandeau à 09:49 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :