28 février 2017

Le ciel est gris, comme un ciel de mort (6)

GSM

2014
 
Je me souviens même que mon fils ainé s’était tapé un tube de mayonnaise en un repas… Mes parents n’étaient pas contents. La mayonnaise il ne fallait en mettre que pour donner du goût. C’était bien trop cher.
Moi, je les ai laissé faire parce que j’avais les moyens et que s’il ne restait pas d’argent à la fin du mois, ce n’était pas grave… Alors comment leur expliquer que pour certains, Papy-Mamie avant et moi maintenant, la fin de mois, elle est bien avant le dernier jour du mois ?
Et pourtant Dieu sait que mes parents nous recevaient bien. Il y avait à manger en abondance. Bien sur, il n’y avait pas de caviar, d’ortolan, de foie gras ni de champagne.
Les cadeaux qu’ils offraient à mes gamins à Noël étaient vraiment des cadeaux de pauvres, mais heureusement les mômes n’ont jamais fait de réflexion.
 
Du coup, plus mes travaux dureront autour de la douche plus je vais économiser d’eau ! Hé, hé, hé… Bande de petits branleurs, je me lave au gant depuis des années et je ne dis rien, merde !
Mes morpions se prennent pour des fils à Papa, ou bien ils croient que je suis Américain, je ne sais pas !
Ils doivent juger à l’apparence. C’est vrai que j’ai des belles fringues, même s’ils ne savent pas qu’elles sont d’occase, alors que les parents de leurs copains sont fringués au mieux comme des bouseux, au pire, comme… des bouseux… Mais ils ont des SUV...
 
Alors évidemment j’ai la couleur du riche, j’ai l’air d’un riche. Enfin, ils commencent à comprendre au fil des années quand je dis à l’un ou à l’autre que dorénavant, je ne pourrais plus offrir ou payer ceci ou cela… Mais pour l’eau, ils devaient croire que c’était gratuit, probablement…
 
Je reviens sur les fringues : Il y en surtout un qui a honte d’être vu avec moi, donc il faut que je les dépose en ville à l’abri des regards de leurs potes…
Evidemment un type en pantalon à pli et veste à quatre boutons métalliques, ça leur fout la honte, surtout quand les gens voient que c’est un uniforme. Certes je transforme ces tenues : Je peins les boutons brillants avec de la peinture mate de la couleur de la veste ou bien je couds des boutons ordinaires. Tout signe distinctif militaire est soigneusement enlevé… Mais aucun des jeunes de maintenant n’ayant vu de vrais militaires dans de vrais uniformes, ils font l’amalgame dans leur imaginaire…
 
Comme pour ma voiture : « Ton père a une BM ? Pfffff ! »… Ben oui, une occase aussi, au prix de l’argus… Mais tellement brillante que… Enfin, ce que les gens sont cons ! Tout ce qui brille n’est pas or ! Bande de sales ploucs ! Ce sont les mêmes imbéciles envieux dont les parents offrent à chacun de leurs futurs héritiers une maison. Ils ont raison, si je pouvais le faire, je le ferais… Aisés, ils le sont, mais de plus envieux, bouseux et cons !
Qu’est-ce que je suis venu faire dans cette galère ? Je ne savais pas que j’étais dans une région d’UMP quand je me suis installé… Et pourtant j’en ai fréquenté des régions UMP ! Paris, Neuilly, Chantilly, Auteuil… Jamais aucun ostracisme, jamais de problème ; des gens courtois, riches, mais polis et respectueux !
 
Il faut croire que dans cette région qui est microscopique (bien qu’il doive y en avoir d’autres en France), être UMP se conjugue d’une autre façon qu’ailleurs. Il y a un concentré d’orgueilleux, vaniteux, égotiques, méprisants, qui ont tous les droits et aucun devoir (tout cela à la fois), qui ne respectent rien qu’eux-mêmes…
On se croirait au 19ème siècle dans les colonies… Le riche, c’est le missié Toubab et le pauvre, c’est l’esclave méprisable que l’on éduque à la cravache… Ici, la noblesse, c'est l'UMP...
 
Putain, mais qu’est-ce que je suis venu foutre chez ces arriérés ?

Posté par zalandeau à 09:35 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


27 février 2017

On prend les mêmes et on recommence…

GSM

Mai 2014

 

Le « politiquement correct » est  à l’œuvre une nouvelle fois…
 
Un certain Mariani (Thierry pour les intimes) député UMP-iste  a déclaré un truc sur l’esclavage " L'afrique n'a pas attendu l'occident pour pratiquer l'esclavage ". Aussitôt la vindicte politique se déploie, invective et diabolise le susnommé pour cette déclaration qui choque à un point dépassant tout ce qui serait permis de supporter, soit-disant… 
 
Ce qu’a dit ce Mariani ne me choque pas, parce que ce qu’il a dit est entièrement vrai ! Il n’y a aucune abomination dans sa déclaration parcellaire sur le racisme. 
 
Le seul reproche à adresser à ce Mariani est simplement selon moi, que sa déclaration est totalement hors sujet. Son propos est complètement décalé et sans aucun rapport avec le sujet de l’enlèvement de 200 jeunes filles par des abrutis champions de l’obscurantisme. C’est un peu comme un dialogue de sourds.
 
Certes, je me doute bien que Mariani fait le 'Mariole' (son futur surnom sans doute) ; c’est le moyen facile qu'il a trouvé pour essayer d’exister sur la scène médiatique.
 
Mais il aurait suffit de lui dire : « Monsieur Mariani, vous êtes hors sujet, zéro sur vingt » !
 
Tout ce déchainement en forme d’exorcisme satanique est imbécile, car il lui permet d’exister, alors que personne ne connaissait l’existence d’une andouille pareille.
 
Les politiciens, à force de nous prendre pour témoins de leurs pantalonnades grand-guignolesques, vont-ils comprendre que nous sommes de plus en plus dubitatifs sur le sérieux de leur agitation politico-médiatique affligeante ?...
 
Mariani : 0/20.
Les diaboliseurs-exorciseurs : 0pointé/20.
 
Déplorable…
..........
Février 2017
 
Ce coup-ci c'est Macron... La phrase prononcée en Algérie est " la colonisation est un crime contre l'humanité "...
 
Je pose une question : Les barbaresques qui pillaient nos côtes et enlevaient les Français pour en faire des esclaves manuels ou sexuels... c'était quoi ?
C'est pour faire cesser ces pratiques, que nous avons débarqué en Algérie...
Alors que l'on puisse dire que par la suite, que la colonisation a donné lieu à des exactions de part et d'autres, à une guerre sanguinaire, à une exploitation éhontée, j'aurais admis, car c'est la vérité !
Mais faire des déclarations se référant à l'holocauste des Nazis, des Kmers rouges ou du Rwanda... Je n'admets pas !

Ce n'est pas parce que Macron veut faire le grand écart entre la droite et la gauche, qu'il doit lâcher des étrons verbaux ! Rien ne justifie de tels propos !
 
Macron : 0 pointé/20 !

Posté par zalandeau à 09:31 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

26 février 2017

L'auto satisfaction ( I can't get no, satisfaction )

GSM

Journal personnel du 2 mai 2008 :

 

J'en ai marre. Mon patron (ex-fils du patron) est un gros con ! Pourquoi ne s'aperçoit-il pas de la différence entre ces jeunes trouducs et les gens comme moi ? C'est vrai, ça merde !...Je me dis que mes problèmes de mémoire me causent un préjudice dans mon travail, au cours duquel j'exécute moins de tâches qu'avant. C'est vrai ! Mais il faut relativiser... Je vaux quand même un kilomètre de petits merdeux comme ces deux idiots qui n'arrêtent pas de se faire mousser... D'ailleurs, ils ne savent rien faire d'autre que se faire mousser... Mais dans le calbar, ils n'ont que dalle !

 
Quand je compare, je me dis que je n'ai plus rien à foutre avec ces loquedus...
 
Par exemple : Mes collègues ne font que des courriers du genre : "veuillez trouver ci-joint..."... Ok ! Ils en font plein, pour ça ils sont hyper-doués...
 
Perso, je suis (par mon chef et ami), chargé de la partie épistolaire polémiste ( lettres recommandées + AR, mises en demeures, contre-attaques argumentées lorsque nous sommes mis en cause, etc...), que bien entendu, les autres ne savent ni n'osent faire (incultes et couille molle, au singulier car je suppose qu'il n'en ont qu'une, voire pas du tout)...
 
Quant aux réunions avec  les "JACOBS's boys", au cours desquelles, mes collègues récitent  l'avancement du chantier comme on dit sa prière, aujourd'hui, quand arrive mon tour je dis :
 
" Je ne vous parlerai pas de l'avancement du chantier, puisque vous le recevrez prochainement par courriel. Je profite du temps de parole que vous m'accordez, pour aborder des sujets autrement plus importants, qu'il vous faut régler rapidement. Je veux parler de quatre points bloquants, qui actuellement obèrent les possibilité d'avancement des Corps d'état Architecturaux et à terme, mettent en péril la tenue du planning général du chantier et les intérêts essentiels du Maître de l'Ouvrage...". Ils en ont eu tous pour leur grade ! Nomdidiou ! J'te les ai matés ! On n'a pas à couvrir les entrepries défaillantes ! C'est nous-mêmes qui devons être clean. Avec la formalisation écrite que j'ai réalisée ensuite, je suis bordé et mon employeur est couvert... Ce n'est plus un parapluie que j'ai ouvert, mais un véritable chapiteau !
 
Ils viennent tous avec leurs questions ineptes et sans saveur, je viens avec mes injonctions importantes, même si cela les dérange...
 
Alors, même si je ne suis pas reconnu dans mes capacités, j'ai quand même toujours les compétences de mon expérience... Je me demande aussi si mon "chef et ami" parle de mon action auprès de ce con de patron... C'est pas certain... J'ai des doutes...
Je n'ai plus qu'à être content de moi, à défaut d'autre chose. Et puis merde, je fais mon taf et je les emmerde, ces trous du cul !
 
Allez, va !... L'auto satisfaction, c'est mieux que rien...
I can't get no satisfaction,
I can't get no satisfaction.
'Cause I try and I try and I try and I try.
I can't get no, I can't get no
When I'm drivin' in my car
and that man comes on the radio
and he's tellin' me more and more
about some useless information
supposed to fire my imagination.
I can't get no, oh no no no.
Hey hey hey, that's what I say
I can't get no satisfaction,
I can't get no satisfaction.
'Cause I try and I try and I try and I try.
I can't get no, I can't get no.
When I'm watchin' my TV
and that man comes on to tell me
how white my shirts can be.
Well he can't be a man 'cause he doesn't smoke
the same cigarrettes as me.
I can't get no, oh no no no.
Hey hey hey, that's what I say.
I can't get no satisfaction,
I can't get no girl with action.
'Cause I try and I try and I try and I try.
I can't get no, I can't get no
When I'm ridin' round the world
and I'm doin' this and I'm signing that
and I'm tryin' to make some girl
who tells me baby better come back later next week
'cause you see I'm on losing streak.
I can't get no, oh no no no.
Hey hey hey, that's what I say

I can't get no, I can't get no,
I can't get no satisfaction,
no satisfaction, no satisfaction, no satisfaction.

Posté par zalandeau à 09:11 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

25 février 2017

Charme

GSM

Comment ne pas tomber amoureux de l’esprit, du sourire, de la gaité ?...
Il est des pièges dans lesquels on aimerait tomber, sous l’emprise de la séduction.
Le charme est indéfinissable. Il est fait de ces pétillances de l’humour, de ces clins d’œil complices, de ces sourires entrevus, de cette envie de vivre que bientôt nous ressentons…
Est-il question d’inclination, ou le trouble naissant n’est-il qu’une illusion ?
La beauté, c’est un visage qui rayonne, chaleureux et ouvert, des mots apaisants, des idées généreuses, de la culture sans orgueil…
Et de cette beauté, on s’éprend et l’on goûte chaque jour un peu plus, jusqu’à ne plus pouvoir s’en passer…
Alors, la déception est au bout du chemin, car l’être que l’on aime, ne fait que traverser un moment votre vie, sans savoir qu’il brise votre cœur, pour très longtemps…

Posté par zalandeau à 09:27 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

24 février 2017

Mémoires et radotages (90) – Courage ou solidarité

GSM

Le courage… C’est bien de cela que je parlais à propos de ce jeune… C’est un vaste sujet… Je ne sais plus si j’en ai déjà parlé…
Le courage ce n’est pas une constante de l’être humain… Souvent la lâcheté est la plus forte…
NDLA : GRRR ce qui m’énerve c’est que la touche du « p » fonctionne mal… Il va manquer des « p » dans mon texte…
Nous sommes tous partagé entre courage et lâcheté… Et souvent c’est la peur qui l’emporte ! Cela varie avec les individus, tout le monde n’a pas forcément assez de force de caractère ou de force physique. Cela varie avec la santé ou même la fatigue, qui modifient ces mêmes forces. Et donc, cela varie aussi avec l’âge…
 
Si aujourd’hui je me trouvais seul dans un RER avec une bande de jeunes agressant un (ou une) passager (gère)… que ferais-je ? D’abord aurais-je la force de maîtriser ma peur ? Ensuite, considérant mon bras gauche défaillant et que mes forces ont décliné (mon Nono m’a ouvert une bouteille d’eau il y a peu de temps avec une facilité déconcertante alors que je n’y parvenais pas et que je maudissais les producteurs d’eau de leur vissage plus serré qu’avant)… Que pourrais-je faire, seul ? Je tirerais la sonnette d’alarme, mais c’est tout…
 
S’il y avait foule, est-ce que j’alerterais les autres ? Probablement ! Mais est-ce que cela ferait réagir les gens ? Je n’en suis pas certain…
 
Dans ma vie, finalement je n’ai jamais été mis devant un cas de secours à personne agressée… Alors, il est facile de dire « j’aurais fait ceci, j’aurais fait cela »… On ne sait jamais ce qu’on aurait fait !
 
Ma participation personnelle envers autrui a été somme toute bien modeste car il n'y avait pas d'agresseur. Pas de quoi fouetter un chat…
 
Sinon, je n’ai eu d'occasions, que celles assez fréquentes de porter secours à moi-même, dans des circonstances très difficiles et des lieux infréquentables, mais ce sont d’autres histoires totalement hors sujet…
 
Mais comment réagit-on devant une agression d’autrui dans laquelle on n'est pas impliqué ? Comment, actuellement, une foule entière, paralysée par la peur, peut-elle faire semblant d’ignorer un viol ou une agression ?
 
Il y a un phénomène qui se produit dans la tête des gens. Outre ceux qui tremblent ou ceux qui pensent « Ce n’est pas mon problème », il y a ceux qui se disent « J’y vais si quelqu’un d’autre y va en premier »… Or comme tout le monde pense cela, et bien, personne n’y va…
 
J’ai été gamin (C’est difficile à croire, mais c’est vrai) ! Je me souviens avoir plusieurs fois assisté à des débuts de bagarres. Immanquablement de nombreux hommes adultes venaient séparer les protagonistes !
Les gens parfois couraient après les pickpockets, lorsque la victime demandait de l’aide…
 
Ce n’est plus le cas aujourd’hui…
Alors pourquoi cette différence ?
 
Les hommes faisaient presque tous leur service militaire et souvent avaient fait la guerre, peu importe laquelle ! C’est dans cette occasion que la solidarité virile s’apprend ! Et il suffisait que quelqu’un dise « On y va, les gars ! », pour qu’un vieux réflexe d’équipe, un "esprit de corps", se réveille et précipite les gens dans l’action commune, pour sauver quelqu’un… Enfin pas à tous les coups, bien sur, mais très souvent !
 
Cela n’apprend pas le courage, mais la solidarité et je crois que rien que pour cela, il faudrait rétablir le service militaire…

Posté par zalandeau à 09:17 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,


23 février 2017

La TVA sociale par un pionnier

GSM

J'aime bien la TVA sociale expliquée par des nuls en maths et par des idéologues : C'est n'importe quoi !
 
La TVA sociale sera ce qu'en fera le législateur.
 
Ce concept existe depuis bien avant la naissance des couches-culottes qui en parlent sans savoir...
 
On supprime les charges patronales sur les salaires.
On ajoute une TVA sociale, calculée comme une TVA, sur le prix HT du produit, (ce produit étant moins cher hors taxes, puisque le prix global de la main d’œuvre a baissé).
Ensuite, sur le prix obtenu on rajoute la TVA normale comme avant.
 
En moyenne, les prix obtenus sont identiques.
 
Je dis bien en moyenne. Car les produits à fort pourcentage de main d’œuvre, comme le bâtiment, les services, vont baisser.
 
Les produits comportant peu de Main d’œuvre (produits importés), vont augmenter sensiblement...
 
L'assiette, normalement est celle de la TVA normale + les produits exportés. Donc, tous ce qu'on importe + tout ce qu'on produit (que l'on consomme sur le marché intérieur ou non). Mais certains voudraient exonérer les exportations de cette "cotisation", ce qui ferait que les Français cotiseraient pour les salariés qui travaillent à l'export, ceux-ci ne cotisant pas pour eux-mêmes... Expliqué autrement, les Français subventionneraient de leur poche les exportations... Cela fait une sacré différence d'idéologie avec le concept de base !!!
 
Voilà le concept qui avait été créé dans les années 80.
Il est possible de se reporter au Monde Diplomatique de l'époque.
 
Les avantages :
- c'est qu'un patron considère sa main d’œuvre comme moins chère et donc moins pénalisante.
- c'est qu'un produit importé soit plus cher et donc nos produits à nous moins chers sur le marché intérieur, d'où l'amorce d'une possibilité d'enrayer le chômage et la délocalisation...
 
Alors ceux qui tapent sur la TVA sociale n'ont qu'à se renseigner avant...
 
Que les gens de gauche, qui actuellement sont contre la TVA sociale, se rappellent que, lorsque la gauche a perdu le pouvoir après la mort de Mitterrand, elle a chanté les "mérites" de ladite TVA sociale par la bouche même de leur très idolâtré "Dominique Strauss Kahnn", seulement parce qu'ils savaient Chirac opposé à ladite mesure...
 
La gauche est contre quand la droite est pour, la droite est contre quand la gauche est pour. Il faut toujours empêcher le parti au pouvoir de prendre les bonnes mesures. Il serait trop beau d'améliorer la situation...
 
Si vous pouviez arrêter votre Dogmatisme de mauvaise foi à géométrie variable !
 
Si on la fait comme j'ai dit, la TVA sociale est une bonne chose. Notre baguette de pain et notre Renault seront moins chers. La Toyota et l'écran plat seront plus chers.
 
Alors évidemment, si on fait autrement, par exemple, ne pas supprimer les charges sociales patronales ou faire une TVA sociale exorbitante, évidemment, le consommateur se fera rouler dans la farine... Et le but ne sera pas le même, mais seulement de ponctionner nos portefeuilles...

Posté par zalandeau à 09:27 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 février 2017

Quelle est la différence entre un homme politique et un être humain normal lambda ?

GSM

Quelle est la différence entre un homme politique et un être humain normal lambda ?
 
Je vais me prendre pour exemple de citoyen lambda. Je ne sais pas si je suis représentatif, mais au moins je connais bien l'exemple en question...
 
Si je dis je vais faire telle chose et bien, je la fais.
 
L'homme politique (homo politicus machiavelus escrocus vulgaris) dit "Je vais faire telle chose". Il ne la fait pas forcément.
 
Entre le discours et la pensée de ce personnage, il y a une distorsion énorme...
La politique est l'art de faire croire. C'est la parole au service du mensonge.
 
Parfois, les hommes politiques font ce qu'ils disent...
 
Alors, comment savoir, puisqu'on ne peut pas encore lire dans les pensées, si les choses dites seront faites ?
 
Bien entendu, seule l'action de l'homme politique permet de savoir quels sont les idées qu'il mettra en pratique et celles qu'il trahira. Mais on ne le sait qu'à postériori.A moins de l'avoir déjà vu à l’œuvre.
 
Il y a des hommes politiques qui ont toujours promis et jamais rien fait. Pour ceux-là, il faut être bien idiot de les croire.
 
Pour les autres, il faut avoir le catalogue des promesses et des actions déjà menées, comparer, et l'on peut ainsi savoir quels types de promesses ils tiendront.
 
Quand on n'a pas de données d'actions disponibles, il faut regarder le comportement de l'homo politicus. Souvent, des petits riens trahissent des traits de caractère que le bonhomme tient à cacher. Des attitudes, des fréquentations, des inclinations permettent de voir vers où son coeur va et partant pour qui sera destiné son intérêt et ses actions.
 
J'avais appliqué cette méthode à Nicolaï 1er, roi élu des Français, pendant la campagne.
C'est pour cela que je n'avais pas craqué aux chants des sirènes que distillait sa voix.
Concernant Flamby 1er, je savais, bien qu'il eut éludé la question pendant sa campagne, qu'il tenterait de réduire la dette statiquement, parce qu'il avait tout du petit comptable domestique. Je savais aussi qu'il était plutôt mou et indécis, javais eu le temps de le connaitre sur ce plan. Mais c'est dans son action du type "inaction", que j'ai découvert qu'il n'avait aucune vision dynamique de ce problème ni d'aucun autre d'ailleurs...

Posté par zalandeau à 09:35 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

21 février 2017

Les Roquets Européens feraient bien de s’occuper de l’Europe

GSM

Ecrit en Mars 2014.
 
Poutine accapare la Crimée, Poutine lorgne sur l'est de l'Ukraine. Poutine ceci, Poutine cela…
 
Monsieur Poutine rêve de reconstruire la grande URSS… C'est vrai que tomber de 280 millions d'habitants à 120 Millions après la chute de l'empire communiste de 1989, ça l'a vraiment marqué profondément ! Et je crois que cela a forgé sa motivation pour devenir le Nabuchodonosor de la Sainte Russie…
En grand joueur d'échec, il a très habilement profité de la situation…
 
Mais que vois-je ? Tous ces roquets Européens, (dont Flamby), qui jappent à la dictature et à l'arbitraire.
Mais de quoi je me mêle ? Parce qu'en plus, l'EU va donner 12 milliards d'euros aux Ukrainiens. C'est-à-dire qu'on serre la ceinture des Français pour tenter d'essayer de commencer à diminuer la dette et qu'on va nous prendre plusieurs milliards de plus ? Ou du moins on va se porter caution pour un prêt que les cosaques ne rembourseront jamais ?
 
Et si ça ne plaisait pas à Monsieur Poutine qu'on fasse main basse sur l'Ukraine en la subventionnant ? Et s'il en avait marre de voir s'installer l'OTAN à ses portes année après année ? parce qu'il est inutile de dire, que le grand frère amerloque nous dicte l'attitude à avoir... Les pays Baltes ne lui suffisent pas !
 
Des menaces de la part des Européens ?
 
« Mais », pourrait dire Vladimir : « L'Union Européenne ? Combien de divisions ? », paraphrasant ainsi son illustre prédécesseur, Joseph Staline, à propos du Vatican…
C'est vrai, quoi ! Quand on fait partie de ces bons à rien qui n'ont  su faire qu'une Union Européenne d'opérette, sans armée, sans solidarité, sans politique, sans diplomatie, sans stratégie et dont les budgets militaires fondent comme neige au soleil… N'est-il pas complétement inconscient de se prendre pour David, alors que le Goliath Russe se réarme à une vitesse exponentielle et qu'il tient de plus en dépendance l'Europe avec son gaz Sibérien dont il peut à tout moment fermer le robinet ?...
 
Nous comptons comme toujours sur le grand frère, mais il commence à être un peu las ...
« Barack, le méchant ours il veut nous dévorer ! »
« Calme-toi, my petit Flamby, we have déjà donné deux fois en 17 et en 44. Il faut te démerder avec tes petits copains de l'yourope, maintenant ! »...

Posté par zalandeau à 08:37 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

20 février 2017

Souvenirs d'enfance

GSM

Quand j’étais petit, à Saïgon, où nous étions partis, Sur les vingt mois de présence dans cette Indochine envoûtante, j’ai bien dû passer trois ou quatre mois à l’hosto. J'avais quatre ou cinq ans...
 
J’y suis allé pour une dysenterie puis retourné pour le ver solitaire (je ne sais plus dans quel ordre).
Je ne me souviens plus du mauvais coté des choses.
Je me souviens des tuyaux qui étaient branchés sur un bras ou une jambe, certainement pour me nourrir.
A l’époque on connaissait la pénicilline, mais pas plus. Et donc les maladies étaient longues à guérir.
Ce que je garde en mémoire, c’est que chaque jour, mon Papa et ma Maman qui travaillaient, venaient chacun deux fois par jour me voir à l’hôpital.
Il paraît que j’étais maigre et qu’ils avaient très peur pour moi, mais ne l’ont jamais laissé paraître… Ils me faisaient pleins de bisous…
En repensant à l’amour de mes parents, mon émotion est encore intense.
1954 001 Saigon.jpg

Posté par zalandeau à 09:17 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

19 février 2017

(4) Casser l’ambiance

GSM

Hier matin, comme un jeune amant, il a pensé à elle, il l’a appelé vers 9h00. Il l’a réveillée. Elle lui a avouée être très fatiguée de leurs ébats, mais très contente.
Ça a fait plaisir à son égo de "mâle"...
Hier dans la journée, comme un jeune amant, il a pensé à elle, il a compté les heures qui le séparaient d'elle (Comme s’il était nécessaire qu'il commettres un adultère pour être heureux !).
 
Hier soir, ils se sont retrouvés dans une petite pizzeria, pour un dîner qu’il voulait amoureux et romantique... Car il pensait que le sexe, ce n'est pas tout dans la vie et qu'il fallait absolument qu’il établisse, si possible ce courant de tendresse, qu’il désire tant.
 
Elle a 36 ans en fait. Le reste il le garde pour lui (notamment qu’il en a 58).
 
Il l’a testée. Il a fait une plaisanterie. La "mère de ses enfants", il y a fort longtemps, aurait eue honte et lui aurait dit "je ne sors plus avec toi !, Tout le monde nous regarde !". Elle, non, elle a rigolé. Au moins elle n'est pas coincée comme l'autre...
 
Comme deux jeunes amants, ils sont revenus enlacés chez elle. Il avait une grande envie d'elle...
 
Ils discutaient en marchant... Elle lui révéla que si elle était sortie avec lui, c'était parce qu'elle avait pariée avec ses copines, qu'elle sortirait avant elles, fut-ce avec n'importe qui...
Il apprit aussi, tout de go, le nombre de leurs nuits ensemble, de ses orgasmes à elle et de ses jouissances à lui... Cela devait être le sujet de ses discussions entre copines…
 
Il s’avoue que soudain, il a trouvé l'ambiance beaucoup moins "sentimentique" ou "romantale", enfin, il ne sait plus...
 
Ils ont fait l'amour, cette nuit, mais, il n’a pas joui. Il n’avait pas le "cœur" à l’ouvrage, ni le reste non plus d’ailleurs. Non, mais, il ne va pas lui faire le plaisir d'augmenter ses statistiques !!! Et puis surtout, elle lui a coupé la chique, avec ses conneries...
 
Enfin... L'ego, en prend un coup... Il ne sait pas s’il va l'appeler ce matin... Il verra cet après-midi...

Posté par zalandeau à 09:29 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :