GSM

Écrit le dimanche 28 juin 2009... et depuis ça a largement empiré :
 
« Tu as toujours fait passer ton travail et maintenant ton blog avant nous ! »
 
Pan, dans les dents ! Il y a des propos assénés, qui font réfléchir… C’est surement vrai quelque part…
 
Il est vrai que je me suis plongé dans mon travail toute ma vie, comme dans un combat dont on gagne ou on perd un round chaque jour. C’était mon but sachant que je pensais mes résultats non seulement important à mes propres yeux, mais aussi utile pour ramener le pain quotidien nécessaire… Je me suis pris toute ma vie à cette performance du quotidien, ne cherchant à me mesurer qu’à moi-même, sauf à empêcher la nuisance de quelques médisants, jaloux et autres injustes dont je ne supportais pas qu’ils fassent trébucher le monde et en particulier mon monde…
 
Oui, ça m’a beaucoup plu, de m’endormir, serein, satisfait du « devoir » accompli. Le temps a passé très vite…
 
Et à présent ? Le blog, pourquoi faire ? C’est une activité qui ne nourrit pas la famille, somme toute, inutile !
Je m’y implique certainement trop ! Je crois que c’est un substitut d’activité pour remplacer ma vie de labeur et qui utilise une partie des mêmes ressources : la réflexion et l’expression, à défaut de ne plus y ajouter action et résultats…
Je recherche l’info avec les moteurs de recherche, je trie, j’essaye de comprendre où est l’info, où est l’intox… J’attends d’avoir les preuves… Je laisse reposer… Et un jour j’ai l’envie d’écrire pour faire une synthèse… J’ai actuellement une idée de chronique impliquant trois nouvelles tyrannies de l’actuel pouvoir… Mais je sais qu’il ne sert à rien de les dénoncer, alors je vais peut-être renoncer. Je sais que dénoncer la tyrannie n’est utile que pour se libérer d’elle, or personne ne le veut vraiment…
Donc, je sais que le blog ne sert à rien, sauf à avoir une activité, et à avoir un univers virtuel ou l’on croit vivre une vie parallèle. Il est vrai que le temps y passe vite et c’est cela l’essentiel…
 
Tous les jours, je m’impose de laisser l’écran seul, allumé, sans n’y exercer aucune activité, en attente d’une inspiration que je puisse immédiatement écrire… Alors je fais de la couture, par exemple, en écoutant France Inter ou RTL (Les grosses têtes)… Ou je vais voir Yves Calvi, ou « Echappées belles », ou piquer une sieste…
 
Alors, oui ! Je continue à me faire ma petite vie, car je ne peux plus être derrière mes fils : Un petit peu, ça va, mais pas plus, je les ferais chier !
 
Quand à ma concubine, puisque c’est elle qui a lancé cette phrase… a balancé cette apostrophe à mon égard...
Suis-je insuffisamment disponible pour les tâches ménagères ? Si je touche à quelque chose, elle hurle et me fait des scènes qui font monter ma tension à des niveaux inacceptables… Et surtout qui risquent de me faire déraper…
 
Je m’applique chaque semaine, hors de sa présence, afin d’éviter ses cris, à subtiliser 10 cm de pubs et de programmes télé anciens, que je fais disparaître grâce à la tournée hebdomadaire de ramassage des poubelles… J’ai calculé qu’il me faut 6 ans pour tout faire disparaître…
Cet hiver j’ai taillé la haie… Je me suis bloqué le dos et suis allé deux fois chez le kiné…
 
Si je suis en un même lieu avec elle, c’est pour subir, soit son agressivité et sa hargne, soit ses histoires sans queue ni tête, auxquelles je ne comprends rien, qui ne m’intéressent pas, durent une éternité, avec des retours en arrières, des circonvolutions circonstancielles soûlantes, des réflexions débiles sur des sujets banaux qui me font chier…
Alors là… Non !
 
Que puis-je faire de plus ?…