GSM

J'ai déjà évoqué le management par la peur, parmi les systèmes actuels de management en entreprise...
 
Ce n'est pas l'objet de ce texte. Je me contenterai d’aborder l'utilisation de ce système managérial dans le monde politique...
 
C'est en montant en épingle des faits divers, que certains chefs d'états, dont le nôtre (suivez mon regard), mettent en place des nouvelles lois restrictives, profitant de l'adhésion provisoire d'un peuple sous le coup d'une émotion, privé momentanément de son libre arbitre...
 
Je suis complètement opposé à tous ces managements, qui utilisent la peur, la haine, la délation...
 
Pour avoir connu et mis en place un management participatif (en entreprise) et en avoir constaté les effets fédérateurs, pour avoir été "porté" par des salariés enthousiastes, pour avoir eu des équipes motivées et enjouées, des résultats financiers surprenants, je ne peux vraiment pas adhérer à des systèmes moyenâgeux, qui participent à la régression générale de la société...
 
Revenons à la politique…
 
En 1940, Churchill a fait appel à toutes les bonnes volontés, il a rassuré les Britannique qui se sont mobilisés autour de lui, motivés par cet esprit d'équipe et ce sentiment d'appartenir à une collectivité dans un destin commun et dont toutes les forces devaient s'unir...
 
Et ce peuple a renversé le cours de l'histoire, de la seule force de sa volonté et de son courage...
 
Nos "démocraties" actuelles et surtout celle qui est apparue en France depuis le funeste mois de Mai 2007, sont dirigées sans aucun assentiment des foules, en montant les uns contre les autres, en faisant appel aux instincts les plus vils de l'être humain : Peur, lâcheté, jalousie, haine...
 
Alors qui a ma préférence ? Le Vieux Lion de 1940, ou bien le petit roquet de 2008 ?  La réponse est évidente...
 
Que l'on n'oppose pas droite et gauche, dans ce choix de dictature. Qui oserait prétendre que Churchill fut de gauche ?
 D'ailleurs, Ségolène et Hollande ont les mêmes schémas de fonctionnement mentaux... Ils feraient les mêmes choix de managements populistes...
 
D'où vient cette propension au fascisme de nos élites politiques ? Tout simplement à leurs origines et  leur cursus.

 

Nés dans cette bourgeoisie "bobo" (Ségo, Hollande), ou bien ayant  une admiration pour le fric et un complexe d'infériorité refoulé à rattraper (Sarko), ils ont en commun, ces études et cette formation loin des gens qu'ils veulent asservir et dont ils n'ont qu'une vague idée faussée par leur éloignement du quotidien de la majorité, cette soif de pouvoir et de richesse, qui les rapproche davantage du système libéral et individualiste, que de la collectivité sociale, cette mauvaise foi, cette haine de mauvais perdant (Sarko, Ségo, Bayrou)...
 
Alors qu'il nous faudrait plutôt des personnes équilibrées et équitables...
 
Nous n'avons plus qu'à nous en remettre à une providence improbable, car je vois mal la société occidentale fomenter une révolte contre ces nouveaux seigneurs élus, mais non désirés.