GSM

Ce 3 août 2015, tu n’étais plus là, mais tu étais là pourtant, dans l'église d'Ambazac. Ton absence se ressentait et ta présence était partout.
Comment expliquer ce qui est étrange avec ce que l’on sait du langage ?
 
Que le monde rationnel était filiforme et superficiel. Les mots inutiles et sans saveur ne servaient qu’à échapper au monde du sensible que ta présence faisait flotter dans l’air.
 
Tu étais bien là, nous voyant nous débattre avec ce dilemme de totale incompréhension. L’abstraction absorbait tout cartésianisme, toute normalité habituelle, les rendant marginaux, abscons.
 
Dans ce monde irréel, la réalité n’avait plus cours. Tout un chacun tentait vainement de planter ses pieds sur le sol, de bouger, de parler, de se prouver son existence, de se maintenir dans ce monde du soi-disant « vrai », refusant de se laisser absorber par ce drôle de sentiment éprouvé.
 
Il fallait à tout prix que nous fussions dans l’excès d’un rire, ou d’une pensée que l’on croyait concrète. Et pourtant tu étais là, il suffisait de ressentir les choses, plutôt que de les fuir…
 
Que nous ayons reçu ou non reçu ton message, ne changerait pas la face de la terre. Bien sûr que nous nous reverrons, tu l’as fait comprendre. Toi-même en aurait rigolé une semaine avant, préoccupé que tu étais par les gens que tu aimes.
 
Ces mots écrits que j’ai crus imbéciles, d’où venaient-ils ? Ils sont sages, ils venaient de toi !
 
En fait, c’est vrai, c’est si limpide : Il ne s’agissait que d’un au revoir et non pas d’un adieu…
 
A bientôt.