19 octobre 2016

Nationalisme, socialisme, oriflammes non-représentatifs

GSM

Beaucoup de gens et non des moindres, ont la fâcheuse tendance d’analyser des mots isolés afin d’en tirer des enseignements politiques ou sociétaux.
 
Combien de fois ai-je lu des personnes soi-disant intellectuelles, décortiquer par exemple les sigles ou les acronymes ou les noms des partis politiques.
 
Ainsi l’expression « national-socialiste » est-elle le synonyme absolu du mal !
 
S’il est absolument vrai que le parti Hitlérien NSDAP (National-Sozialiste Deutsche Arbeiter Partei), c'est-à-dire le parti national socialiste des travailleurs allemands, a laissé une empreinte diabolique dans l’histoire, ce n’est pas pour autant que les mots qui constituaient ce sigle doivent être diabolisés à jamais.
Socialiste, est-ce mal ? Non bien sur !
Nationaliste, est-ce diabolique ? Non plus !
 
Le national-socialisme de Hitler n’était ni socialiste, ni nationaliste ! Il était tyrannique, raciste, cruel, manipulateur, doctrinaire, liberticide, assassin… Et j’en passe.
 
Mais bien évidemment, ce parti ne pouvait pas prendre la description ci-dessus comme nom, sous peine d’un échec total (ce qui ne nous aurait pas déplu)…
 
D’ailleurs la CCCP (Союз Советских Социалистических Республик), Union des Républiques Socialistes Soviétiques portait-elle bien son nom ? Etait-elle socialiste ? A mon avis, pas du tout !
 
Le parti socialiste Français est-il socialiste ? Oui, parce qu’il prétend l’être, mais non si l’on considère que faire du socialisme c’est faire du social, ce qui n’est largement pas le cas. Tout au plus, ce parti, fait-il comme tous les autres partis sans exception, de la démagogie, mais du socialisme, absolument pas !
 
Évidemment « Parti démagogique » cela ne déplacerait pas les foules vers l’isoloir… Et surtout, il y aurait confusion avec tous les autres partis qui pour se distinguer, se nommeraient : Parti démagogique n°1, Parti démagogique n°2, parti démagogique n°3, etc… 
 
Prenons l’UMP : Union pour un Mouvement Populaire… On s’étouffe de rire ! Pourquoi pas Union des Masses Populaires (si chères à Marchais), ou Union des Mauvais Perdants comme nous pouvons le constater chaque jour… Et maintenant, pour nous faire chier, ils s'appellent les Républicains, alors que d'une part, 95% de la société Française est républicaine et donc ne peut plus se définir comme telle sous peine d'être prise pour un suppôt de Sarkozy et que d'autre part, ce dernier, auteur de la duperie s'est comporté en véritable Monarque non-éclairé...
 
Le nom des partis, c’est l’art de travestir la réalité. C’est le début du mensonge (d’une longue série de mensonges) érigé en oriflamme !
 
En conclusion, arrêtons de juger un parti sur de simples mots et surtout sur les simples mots qui constituent son nom.
On ne peut juger d’un parti qu’à travers les actes de chacun de ses hommes politiques (y compris leur chef), de la conformité de leurs actes avec leurs déclarations…
 
Le problème pour chaque parti, c’est que ce jugement ne peut être émis que lorsqu’il est au pouvoir, car tant qu’il est dans l’opposition, on ne peut que jauger la vraisemblance et évaluer la rationalité présumée de promesses en l’air…

Posté par zalandeau à 09:25 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :