GSM

Pour terminer le ‘Mémoires et radotages précédent, la catastrophe mondialiste est économique, comme je l'ai signalée, mais elle est aussi un problème de communautarisme. Et pour conclure, l’immigration musulmane a atteint le fameux seuil d’intolérance, dont parlaient certains politiciens dans les années 80, du temps où il restait encore des Gaullistes réalistes dans notre pays, c’est dire comme cela remonte loin !
 
Nos politiciens ne se privent d’ailleurs pas de détourner l’attention des peuples, sur l’enchainement diabolique dont ils sont l’objet et les priver d’espoir en l’avenir et des rêves de plus en plus difficiles à imaginer. Il faut pourtant rêver, pour se retrouver dans un monde meilleur, un monde avec un avenir, une jubilation, un espoir, une envie de vivre…
 
Pour ma part je trouve préférable de parler du passé pour éviter la triste réalité du présent, qui ne nous donne que colère et indignation.
Je vais tâcher de retrouver ces sensations fortes vécues, pourrait-on croire, dans une autre vie…
 
Ces rêves, heureux ou cauchemardesques, sont composés de ceux que l'on fait tout éveillé et aussi de ceux que nous vivons dans notre sommeil...
Je reviens d'abord sur mes rêves endormis en relation avec mon passé…
……….
 
Ce passé de sommeil ne fut pas toujours aussi tranquille que cela.
 
Tout jeune, il y avait ces cauchemars sur ces types qui me couraient après, pour me tuer et que je n’arrivais pas à semer…
 
Ensuite plus grand, il y a eu ces rêves où tel un oiseau, je m’élançais dans le vide, mes bras s’appuyant sur l’air et je volais d’un bâtiment à l’autre, avec beaucoup d’efforts… Mais évidemment, je le faisais pour échapper à des salopards qui me tiraient dessus. Heureusement ils me rataient toujours…
 
Plus tard adulte, très souvent, je tombais dans un puits sans fond, ce qui me réveillait instantanément…
 
A partir de 78, J'ai eu ces cauchemars d'agressions au couteau, auxquelles je résistais avec la dernière énergie et aussi ces visions de visages de morts, les yeux vides, la bouche ouverte...
 
Puis, il y a eu de manière récurrente, les dépassements de camions que j’effectuais en voiture. Dès avoir déboité, Je me retrouvais instantanément face à face avec un gros semi-remorque surgi de nulle part. A l’instant du choc, bien évidemment je sursautais sur mon lit, essoufflé…
 
Tous ces cauchemars ont cessé, fort heureusement…
 
Maintenant, je ne me souviens plus de mes rêves actuels, sauf du dernier cauchemar que j’ai eu il y a plusieurs années… avant le début des attentats de Toulouse. Ce cauchemar n’était pas lié à l’actualité, mais il m'a profondément marqué.
 
Mes trois enfants étaient prisonniers d’une bande de barbus armés qui les retenaient en otages. Cela se passait dans ma rue. J’étais à 50 mètres, non armé et ma femme derrière moi. Je me proposais en échange de mes enfants. Leur chef ne voulait pas… Il me proposait de choisir moi-même, un de mes enfants qu’il abattrait, libérant ensuite les autres, sinon il les tuait tous les trois… Que devais-je faire malgré mes vaines supplications ? Donner l’un de mes fils, qu’ils exécuteraient ? Au risque qu’ils les abattent tous, quand-même ? Ne rien dire et voir tuer mes trois enfants ? Le délai raccourcissait et je ne pouvais pas me décider, je ne pouvais sacrifier aucun de mes fils. Le compte à rebours touchait à sa fin...
 
Au moment ultime, je me suis réveillé en sursaut ! Je crois que j’ai du crier… J’étais glacé, tout en étant en nage, mon cœur battait à tout rompre et je tremblais de tous mes membres, claquant même des dents… J’ai mis longtemps à me rétablir de ce rêve, parce qu’à chaque fois que j’y repensais le même effroi me reprenait… Je n’ai même pas osé le coucher sur le papier, tant j’avais peur que ce moment de malheur ne fut prémonitoire.
 
Je l'ai raconté aujourd’hui pour la première et probablement dernière fois, afin d’exorciser ce traumatisme… Je pense que ce fut ma plus grande peur nocturne et peut-être une des plus grandes peurs de ma vie toute entière…