12 septembre 2016

Sarkozy l’homme par qui la haine est arrivée

GSM

Elections régionales de 2010.
 
Il perd l’élection. Il dit qu’il en tient compte… Et il continue comme avant, imperturbablement… Comme quelqu’un qui ne voudrait pas obéir aux Français, comme quelqu’un qui ne serait pas au service du peuple, comme quelqu’un qui n’aurait été élu que par les profiteurs dont il continue à servir les intérêts…
 
Que ceux qui croient encore à sa parole, le suivent… Mais les vrais chats échaudés éviteront de le faire. 70% des Français disent que Sarkozy n’a pas reçu le message… Si ! Il l’a bien reçu, mais il n’en tient aucun compte, comme d’habitude… Ceux qui croient qu’il fait ça pour « notre bien » se mettent le doigt dans l’œil jusqu’au coude…
 
Cela fait des années que je dis l’élection présidentielle est un chèque en blanc que nous signons… Cette fois-ci, l’escroc le larron (auto-censure), entend bien en profiter jusqu’au bout… Il s’agit-là d’un pur déni de démocratie…
 
L'histoire se répète ensuite avec Hollande, le vendu transfuge de la gauche la plus traître, comme l'était d'ailleurs sont illustre devancier Mitterrand, l'homme dont l’extrême droite n'a pas voulu et qui enfila un masque en peau de socialope...
 
La haine continue, encore et toujours contre une caste bourgeoise solidaire dans ses intérêts, pressurant le peuple qui n'en peut mais....
 
J’espère absolument que nous mettrons en place une 6ème république, avec une nouvelle constitution, permettant au peuple de dessaisir le Monarque de sa charge et de le juger le cas échéant pour haute trahison.
 
Tant que le chef de l’état a tous les pouvoirs (assemblée, sénat…), ce n’est actuellement pas possible… Il faudrait que ce soit le peuple qui puisse, auprès du conseil constitutionnel par exemple, faire saisine pour un référendum national de destitution… Alors qu'à présent il faut que ce soit ses complices qui le destituent...
 
L’élection du président serait faite sur un programme écrit et signé comportant les dates d’échéances. Des référendums aux dates d’échéances sanctionneraient ou valideraient l’action du président.
 
Les bulletins blancs devraient compter (car actuellement on les décompte mais on ne les compte pas). Cela devient impératif, afin de redonner la parole à ceux qui se taisent…
 
Enfin, depuis le temps que j’en parle, je sais que je prêche dans le désert

Posté par zalandeau à 09:57 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :