01 septembre 2016

Le harceleur égotique manipulateur (et pervers)

GSM

Malgré le peu d'envie que j'ai de me remémorer les pourris que j'ai pu croiser dans ma vie, je crois que le temps vient à ce que je décrive quelques pervers, traitres, manipulateurs, afin d'exorciser en quelque sorte les ondes négatives dont ils m'ont irradié. De temps à autre je raconterai l'un d'eux, en espérant toutefois ne pas susciter de vocation...
 
Le harcèlement peut prendre diverses formes, le génie de la perversion humaine étant infini...
 
Il s'agit cette fois d'un type qui vous balance des trucs, dont la démonstration est tendancieuse, des affirmations remplies de sophismes (c'est-à-dire qu’il part d’éléments vrais pour démontrer des idées fausses, que j'appellerai technique Jean-François Copé), sur un ton péremptoire.
 
Si vous lui répondez en démontant ses faux arguments, cela va vous prendre beaucoup de temps et d’énergie. Il est particulièrement difficile de démontrer que quelque chose est faux. Pour 10 lignes d’affirmations mensongères, il faudrait 10 pages de démonstrations… Et quand vous y parvenez, il pratique la rediffusion des mêmes propos en changeant légèrement la forme… Donc, il parvient à vous saouler avec ses démonstrations à la con, complètement stériles et qui ne vous intéressent pas, parce que sans intérêt.
 
A un moment, vous vous dites, que le meilleur moyen, c’est soit de faire comme lui, contre-attaquer sur autre chose, ou soit de choisir de ne pas lui répondre... Dans ces deux cas, il vous dit que vous esquivez les réponses et tâche de vous déstabiliser en vous faisant passer pour un pleutre ou un imbécile, tout en se donnant le beau rôle de la victime offensée (alors que, léger détail, c’est lui qui pénètre dans votre intimité et qui vous agresse)…
Ah oui ! J’oubliais de dire qu’il faut un auditoire au harceleur de type égotique, pour faire briller son esprit de mille feux (enfin du moins le croit-il)…
 
On ne peut faire comprendre à un harceleur que l’on ne veut pas discuter avec lui, parce qu’on discuterait dans le vide. On ne peut davantage lui faire comprendre que les donneurs de leçons ne sont pas les bienvenus.
 
Pourquoi ?
Parce que la seule raison de vivre du harceleur est de harceler, donc de ne pas respecter les gens. Et lorsqu’il invoque sa « liberté » de parler ou d’écrire, il oublie carrément notre liberté de ne pas l’écouter, de ne pas le lire ou de ne pas lui écrire. Voilà le grand sophisme de son raisonnement. Il se donne toutes les libertés dans l’espace des autres en leur refusant leur propre liberté.
Car le harceleur ne se contente pas de son espace privé, il n’y trouve personne à harceler, car chacun respecte ce qu’il dit.
Et si encore, il tenait des propos réservés et bienséants, il serait admis à toutes les tables, car toutes les opinions sont les bienvenues lorsqu’elles sont sincères… Mais ce n’est pas cela qu’il recherche… Ce qu’il recherche, c’est le conflit, faire le beau devant l’auditoire et donner l’illusion de gagner. Le harceleur est un individu à l’esprit pervers, retors, vaniteux et rapace…
 
Ce type de personnage est un des fléaux les plus importants de l’espèce humaine. Mais l’on n’a pas encore réussi à le neutraliser, tant que ses actions demeurent psychologiques et n’ont pas d’impact criminel…

Posté par zalandeau à 11:22 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :