Ecrit le 07 novembre 2015
Mais en revGSManche, je crains que mon Kiki, soit un peu écrasé par la personnalité de sa chérie… Et qu’à terme, cela sème la discorde, une fois que son cœur aura retrouvé la vue…
 
Car il est fragile, sous son air détaché… Je me souviens son ‘premier amour’… comme il avait été très abattu, lorsque que la fille l’a largué, parce qu’elle voulait continuer et réussir ses études et faire un beau mariage avec un friqué de sa condition et ne pas rester avec un garçon sans diplôme et sans métier, qui de plus ‘faisait’ l’ouvrier à la chaine…
Qu’est-ce qu’il avait souffert mon Kiki ! Il avait, quoi… Vingt, vingt et un ans à peu près…
 
Et la fois où il a fini ses ‘études’ dans l’école privée de dessin et qu’il est le seul à être sorti sans ‘diplôme’… Enfin, disons que diplôme est un bien grand mot s’agissant d’une école privée non habilitée à délivrer un vrai diplôme… Mais disons qu’il a été le seul à chercher un travail sans pouvoir exhiber un bout de papier devant d’éventuels employeurs…
 
Là aussi, il était resté abattu pendant longtemps et a eu du mal à s’en remettre !
 
Monsieur Pivaut patron de l’école Pivaut de Nantes, avec ses tarifs à 4000 euros l’année à l’époque… cet enculé qui avait pris mon fils comme souffre-douleur… Ne lui avait même pas donné une attestation d’études… Et pourtant mon fils avait d’honnêtes résultats en arts graphiques…
Total, ses camarades de classe ont réussi à intégrer des emplois, certes mal rémunérés, mais en CDI ou à des rémunérations sécurisées.
 
Kiki rame depuis sa sortie de l’école, bouffant des nouilles ou du riz, ayant du mal à renouveler ses outils de travail informatiques… Nous lui payons son électricité et parfois, il ne peut rembourser son loyer à sa mère qui le lui avance sur son indemnit de licenciement…
 
Cette année (2015) il a du rembourser 5 loyers sur les premiers dix mois… Ma femme n’a plus de sous… Et lui, le voilà, tout feu tout flammes, prêt à jouer le matamore avec de l’argent qu’il n’a pas, tout simplement parce que les contingences matérielles ne sont pas dans son acquis personnel…
 
J’ai peur, j’ai si peur… On n’a plus les moyens… On ne peut plus ! Il dit qu’il se débrouillera avec sa copine… Je suis très dubitatif !
Sait-il qu’il est le seul de mes enfants à qui j’ai donné une double chance ? Aucun de ses frères n’aura cette possibilité. Il n’a jamais su qu’il m’a coûté dix fois plus cher que son cadet et que… ben y’a presque plus d’sous !
 
Pourvu qu’il ne se retrouve pas dans la merde si un jour, ils se séparent !
Et quant à l’avenir de mon aîné… Quelle retraite, avec un RSA et un petit boulot à 1 euro de l’heure ?... En fait, à trente deux ans, il n’a qu’un an de vraies cotisations dans une usine…
 
Putain de stress !