GSMEcrit le 23 avril 2015

J’évoque bien évidemment l’attentat avorté du terroriste le plus maladroit, qui par chance pour nous, s’est tiré dans les pattes (info du 22 avril 2015). Il a hélas visé juste pour massacrer Aurélie Châtelain...
 
Heureux hasard que celui qui veut nuire s’en prenne à lui-même ! Il aurait du viser mieux : Sa tête ou son cœur auraient mieux fait l’affaire ! Alors que là, nous conserverons un serpent supplémentaire dans notre sein !
 
Je suis estomaqué par cette navrante constatation : Nos services régaliens sont bien loin de maîtriser la situation. Il n’y a aucune solution démocratique et humaine de temps de paix, dans la lutte contre ces fanatiques. A une force brutale, il faut opposer une force ciblée infiniment supérieure.
 
Faute de quoi nous serons condamnés à des interventions curatives, comme cela aura été le cas jusqu’à présent, après l’exécution des massacres. Ces méthodes n’empêcheront pas l’activisme terroriste de se développer, la terreur de s’installer et nos services de sécurité de se faire déborder petit à petit.
 
Il y a urgence, depuis Mérah ! Il serait temps, non seulement d’augmenter les moyens préventifs d’investigations humains et techniques, les mesures juridiques d’exception, mais aussi les moyens humains, pour une défense passive efficace. Ce type de guerre nécessite une sorte de maillage omniprésent capable d’intercepter un maximum d’actions extrémistes, d’en diminuer les chances et de réduire peu à peu le nombre de terroristes par neutralisation.
 
L’objectif des djihadistes, en plus de la terreur, est clairement de provoquer une déchirure dans la société en fomentant une guerre de civilisation, voire même de religion. Ils ont deux objectifs différents : La colère aveugle adverse qui augmentera leurs adhérents et la terreur qui affaiblira leurs adversaires. Le tout pour asservir le monde.
 
Si l’état veut éviter que cela ne se produise, il faut bien évidemment qu’il mette en œuvre de manière massive, les moyens anti-terroristes, sinon la situation lui échappera, d’un coté, comme de l’autre !
 
Il y a tant de scénarii pour semer la terreur de manière extrême, par des actions assez simples ! Je n’en évoquerai aucun par esprit citoyen et patriote. Les actes auxquels je pense provoqueraient une déstabilisation immédiate de notre économie et de la société Française toute entière.
J’espère que nos responsables du ministère de la défense et de l’intérieur ont fait cette démarche imaginative afin d’établir les plans préventifs adéquats (j’espère, mais je n’en suis absolument pas certain).
 
Une démocratie a le ventre mou en temps de paix. Il faut faire bloc pour réagir contre ces monstres, car, malgré nous, nous sommes en guerre.