zalandeau

17 juin 2019

Mémoires et radotages (9) - Le monde prend feu

GSMPublié le 3 janvier 2016

 

Le monde, ce monde… que l’on croyait se mettre en ordre de bataille contre l’obscurantisme... est en train de s’opacifier de plus en plus…
 
La Russie combat les résistants à la dictature de Bachir… Poutine rêve de la grandeur Russe et de gloire… Et maintenant la Turquie combat les Kurdes, prouvant ainsi son inféodation aux idées de Daesh… Et cet attentat à Ankara, non revendiqué… serait-il fomenté par le président Turc pour discréditer ceux à qui il veut faire la guerre, histoire de se reforger une légitimité populaire ? Mais quelles en seront les résultats ? Qui va trinquer ? Daesh ? L’opposition de gauche ? Le PKK ?... Bien malin qui peut le dire…
 
En tout état de cause, nous voyons que ce sont les pays oligarchiques qui font la guerre aux résistants démocrates… Qu’est-ce que nous croyions, nous autres pauvres occidentaux ? Que la Turquie et la Syrie éradiqueraient l’état islamique ? Les loups ne se mangent pas entre eux, c’est bien connu !
 
Et nos « alliés » genre monarchie Saoudienne… Quels démocrates ! Condamner un opposant à la décapitation + crucifixion… Quelle différence avec Daesh ? Quand Daesh aura conquis la péninsule Arabique, ce sera exactement pareil !
 
Et cela pourrait arriver bien plus vite que prévu ! Dans ce monde multipolaire qui vient de voir le jour : Occident, Chine, ex empire soviétique, Dictatures régionales et leur opposants et l’état islamique… Je suppose que cette multiplicité va profiter à l’extrémisme islamique…
 
Et nous, pendant ce temps-là, emprisonnés dans une Europe impuissante, irresponsable, incapable de prendre la moindre décision, ne serons-nous pas victimes de notre inexistence en temps que nation, en tant que puissance régionale, en temps que pays… Car l’Europe est tout sauf un pays ni une union de pays, ni une fédération de pays…
 
Tous les ingrédients sont réunis pour le début d’une troisième guerre mondiale…
Et comme pour la précédente, nous ne sommes pas préparés, nous n’avons aucune ressource, aucune stratégie… Rien !

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


16 juin 2019

Je leur pisse à la raie !


J'ai plein le cul de ces feignasses qui font du fric en dormant !
J'ai plein le cul de ces autres feignasses qui font grève pour gagner plus sans travailler !
C'est la même engeance ! C'est à celui qui foutra rien ! Une toute petite différence : Les deuxièmes sont jaloux des premiers et les premiers méprisent les seconds...
Mais sinon, tout ça, c'est feignasses et compagnie...
J'ai passé ma vie à travailler et cela m'a permis de gagner ma vie, comme l'homo-érectus qui ramenait du gibier, ou celui qui fabriquait les vêtements en peaux pour la tribu...
Ah, bien sur, j'ai parfois contesté la valeur du vêtement ou du gibier, car il n'était pas question que je me laisse berner... Mais lâcher mon silex, ou ma massue et manifester ma jalousie du chef de clan qui thésaurise les peaux de bêtes, non !
Le chef est juste ou il n'est pas ! Et s'il n'est pas, on le déboulonne ! On lui dit "T'es plus chef parce que t'es devenu un sale con, qui sert à rien !".
Seule la valeur du travail rend l'homme noble et utile. Le chef assume une fonction charismatique qui fédère, organise et protège. C'est lui qui pérennise la tribu.
Les chasseurs, les cueilleurs, ceux qui produisent, qui transforment, qui instruisent, qui soignent, qui rendent des services nécessaires ou qui règlent les conflits sont les moteurs de l'humanité organisée en tribu sociale.
Alors les dormeurs, les jaloux, les envieux, les ceusses qui veulent rien foutre, les profiteurs par au-dessus ou par dessous, les tondeurs de laine sur le dos, les suceurs de sang, les presseurs de mamelles, les voleurs, les ceusses qui qualifient le travail d'imposture... JE leur dis d'aller se faire foutre. Ils sont vénéneux et toxiques pour la société.
Je leur pisse à la raie !

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

15 juin 2019

Qu'est-ce que c'était marrant !!!

GSM

Ecrit le 26 janvier 2015
 
Hier, quand j'ai éteint le PC (L'ordi, cette fois, pas le Parti Communiste qui n'a pas besoin de moi pour s'éteindre), deux fulgurances m'ont traversé l'esprit... Ou du moins la cervelle, car il n'est pas prouvé que j'aie de l'esprit...
 
C'était deux idées de Posts, trés drôles... Je me suis dis "Je ne vais pas rallumer, c'est si drôle que je m'en souviendrai demain, qu'est-ce qu'on va se gondoler"!!!
 
Ben... On est demain depuis un bon bout de temps, Mais ça ne revient pas...
 
C'était pourtant si marrant !!! Ouahhh, poilant, mais alors à un tel point... Que j'en ris quand même...
 
Au moins, il y a quelqu'un qui rit : Moi...
 
Mais c'est bête de ne pas savoir ce qui me fait rire...
 
C'est pathétique ?
C'est pathologique ?
 
Bof ! Sûrement les deux...
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

14 juin 2019

Laïcité et foi républicaine (3) Dérive identitaire

GSM


Écrit par Cynthia Fleury, philosophe et psychanalyste, publié dans « Pathologies de la démocratie » en 2005, réédité en 2009.
 
Si jadis, comme l’a souligné Célestin Bouglé, bourgeois et nobles ont coexisté difficilement (mais pacifiquement) et travaillé à l’élaboration d’une «  unification nationale », si jadis encore, les villes ont été ces lieux de « démultiplication du lien social », grâce aux contacts sociaux, qu’elles favorisaient, force est de constater qu’il n’en est plus de même à l’heure actuelle.
De nouveau, les sociétés démocratiques adultes se fragmentent et l’antique phénomène de tribalisation fait retour sous une forme actualisée de « communautarisme » (susceptible de se décliner en corporatisme et sécessionnisme de toutes sortes).
 
Sans regretter que le principe de diversité régisse les sociétés modernes, car la promotion des communautés est un des piliers de la démocratie, il s’agit de dénoncer, la tentation qu’ont ces communautés de se transformer en mouvements communautaristes et identitaires.
Pour preuve, le symptôme de cette altération : l’invasion du sanctuaire de la république par le port des signes de propagande religieuses, politique et commerciale
 
« Les sectes », écrit Régis Debray, « ont remplacé les ligues, mais les passions religieuses ne sont pas si différentes des passions politiques. La répression de l’agitation politique parmi les élèves, n’avait en tout cas d’autre principe que celle de l’agitation identitaire actuelle.
Le port du voile peut être tenu pour un acte militant, avec une dimension de propagande missionnaire, doublée de discrimination sexuelle, par nature sexuelle, par nature susceptible de provoquer des manifestations et réactions de signe contraire.
La Kippa, peut appeler le keffieh, le croissant peut provoquer la croix, comme le point tendu appelait hier la main tendue ».
 
A regarder de près une cour ou une classe d’école, on a vite fait de comprendre que les velléités d’unification sociale, si typiques des démocraties modernes, ont volé en éclats.
 
« Il y avait », poursuit Régis Debray, « en un certain sens plus de laïcité dans les collèges jésuites d’antan, avec leurs obligations disciplinaires et la mises en veilleuse du dehors, qu’il n’y en a dans nos collèges en forme de terrains vagues où le brouhaha empêche toute concentration des esprits.
Il y a plus de laïcités dans les maigrichonnes écoles d’Amérique Latine, où l’uniforme est de rigueur (chacun le sien), que dans nos opulents établissements, où s’arborent des T-shirts en cartes d’identité.
Les stéréotypes de la communication sont aujourd’hui bien plus menaçants pour la liberté de conscience, que les dogmes des clergés… L’école est ainsi devenue le haut lieu des tribus, qu’elles soient religieuses, ethniques, économiques… »
 
Si l’on s’attarde ici à évoquer la laïcité (et notamment la laïcité scolaire), c’est parce qu’elle est précisément, l’un des plus surs remparts contre les phénomènes de communautarisme et de tribalisation.
 
NDLR : Les philosophes (dont Régis Debray qui était quand même marqué à gauche), se sont aperçus de cette dérive identitaire de notre société… Mais ils ne proposent pas de mode d’emploi, pour rétablir une vraie laïcité dans notre pays. Constater, c’est une chose, porter remède, en est une autre. C’est donc aux hommes politiques de mettre en place des règles contraignantes, afin de stopper ce cancer qui ronge la démocratie.
 
De timides tentatives de législation (interdiction du port du voile) ont été tentées, mais elles ne sont pas appliquées. Aucune sanction, aucune autorité pour faire appliquer la loi. La peur et le laxisme laissent la gangrène s’étendre dans un climat de permissivité coupable !
 

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

13 juin 2019

Soutien au référendum Aéroports de Paris

Déposer un soutien à la proposition de loi visant à affirmer le caractère de service public national de l’exploitation des aéroports de Paris

GSM

Munissez-vous au préalable de votre carte d'identité ou bien de votre passeport. Le soutien en vue d'obtenir une loi référendaire, débute ce 13 juin 2019.

https://www.referendum.interieur.gouv.fr/

 

Pour moi, c'est fait !

 

Posté par zalandeau à 11:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


Hollande et le conseil constipationnel, ça va chier !


 
J'ai rien dit depuis mai 2012...
 
Mais là, la coupe risque de déborder...
 
Le conseil des cons-stipés se lache ! Anticonstitutionnel le taux marginal de 75% ? Soit-disant confiscatoire ? Mes cojones !
 
100 % seraient confiscatoires, cela est certain ! 75, non !
 
Dans certains cas les riches paieraient plus de 100 % de leurs revenus ?
 
Ce n'est vrai que :
 
-Si c'est l'ISF qui fait monter la sauce au delà de 75%. L'ISF est immoral et donc injuste. Il est vraiment confiscatoire, puisqu'il ne touche pas le revenu, mais l'avoir. Il faut le supprimer !
 
-Si les riches considèrent comme revenus seulement ceux du travail, comme il ne foutent rien, c'est certains qu'ils vont payer plus que leurs revenus du travail. Mais les revenus, ce sont aussi les revenus du patrimoine, (boursicotage, plus-value à la revente).
On ne devrait pas imposer un patrimoine dont il n'y a pas réalisation de la valeur, sauf en cas de transmission (dons, héritage...), au niveau d'un revenu. Le bénéficiaire serait alors taxé sur le patrimoine reçu, hors investissements en entreprises...
 
Alors ça suffit, vous : Les Giscard, les Sarkozy et consorts ! On vous a sortis ! Et vous venez encore nous faire ch... ?
 
Quant à Hollande : Si tu te laisses embobiner par ces sales constipés, si tu reviens en arrière, autant qu'on soit restés avec un mec de droite, parce que tu vas devoir taxer les pauvres couillons comme faisait l'autre naze de nabot !
 
Hollande, tu nous a déjà fait le coup de la baisse des salaires du gouvernement bloquée par ces constipés. Quel jeu tu joues ? Tu présentes mal les idées de gauche, pour qu'elles ne soient pas adoptées ? ou quoi ?
 
Hollande, de deux choses l'une :
 
- Trouve-nous un moyen d'invalider ce conseil d’empaffés, qui selon moi, sort de plus en plus de sa surface de réparation, la balle à la main ! Ils n'avaient pas un champ aussi large. Eux aussi, doivent rester dans leurs attributions !!!
- Ou bien ton projet de loi est mal fagoté sur la forme, alors retoque-le de manière équitable ! Ce n'est pas une taxe qu'il faut, mais une tranche marginale à 75% ! Il faut que cette mesure passe !
 
Y'en a marre de faire des lois, avec l'espoir qu'elles ne soient pas adoptées !!! Stop à l'hypocrisie !
 
Sinon, ça va ch... !
...........
@ 2019-06-07. Retour en 2019 : Depuis l'ISF a été supprimée sur le patrimoine non immobilier, par Macron. Mais pour la tranche de revenu la plus haute, le taux d’imposition, compris CSG et taxe exceptionnelle de 3 à 4 % sur les très hauts revenus adoptée sous Hollande et inchangée depuis, n'est "que" de 60%... Cette diminution Macronienne d'impôt sur le patrimoine des richards, non compensée par une augmentation des impôts sur leurs revenus, a été perçue comme un très mauvais signal envoyé aux gens du peuple qui eux, sont écrasés d'impôts...
 
Macron, c'est Sarko (bouclier fiscal) et Hollande en pire...
 
Et dire que je piquais ma colère contre le culbuto...
Mais maintenant, contre le Macron, ce n'est plus de la colère, mais la haine la plus conséquente que les Français aient jamais éprouvée...
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

12 juin 2019

Que reviennent les joies

GSM


Que reviennent les joies,
Enfuies dans le passé,
Souvenirs sans mémoire,
Du bonheur dépassé.
L’amour qu’on disait beau,
Aux matins des sourires,
Accélérait la vie
Et magnifiait les mots.
Le temps répand sa moire,
Sur ces instants de soie,
Où tout n’était que rire,
Que charme et volupté.
Mais l’amour lasse un jour,
L’âme n’est plus ravie
Un moment de toujours,
Jouissance délectée,
Suivi d’un long chagrin,
Aux regrets éternels,
Laisse le goût amer,
Des charmes disparus.
La douleur des matins,
Quand la vie n’est plus belle,
Renvoie à l’éphémère,
Sans goût pour le vécu.
© zalandeau alias henridelatour alias nénesse, le vendredi 6 mars 2009

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

11 juin 2019

Préambule et déclaration universelle des droits de l'homme

GSM

Ci-dessous, copié-collé intégral :

·         

 Le 10 décembre 1948, les 58 Etats Membres qui constituaient alors l'Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l'homme à Paris au Palais de Chaillot.
Pour commémorer son adoption, la Journée des droits de l'homme est célébrée chaque année le 10 décembre.

Préambule :
Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.
Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l'homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l'humanité et que l'avènement d'un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l'homme.
Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression.
Considérant qu'il est essentiel d'encourager le développement de relations amicales entre nations.
Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l'homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l'égalité des droits des hommes et des femmes, et qu'ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.
Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l'Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l'homme et des libertés fondamentales.
Considérant qu'une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.
L'Assemblée Générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l'homme comme l'idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l'esprit, s'efforcent, par l'enseignement et l'éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d'en assurer, par des mesures progressives d'ordre national et international, la reconnaissance et l'application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

Article premier :
Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Article 2 :
1.Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
2.De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

Article 3 :
Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. 

Article 4 :
Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

Article 5 :
Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Article 6 :
Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.

Article 7 :
Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.

Article 8 :
Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

Article 9 :
Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.

Article 10 :
Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

Article 11:
1. Toute personne accusée d'un acte délictueux est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d'un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées.
2. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d'après le droit national ou international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l'acte délictueux a été commis.

Article 12 :
Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

Article 13 :
1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat.
2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

Article 14 :
1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l'asile en d'autres pays.
2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 15 :
1. Tout individu a droit à une nationalité.
2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité.

Article 16 :
1. A partir de l'âge nubile, l'homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution.
2. Le mariage ne peut être conclu qu'avec le libre et plein consentement des futurs époux.
3. La famille est l'élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l'Etat. 

Article 17 :
1. Toute personne, aussi bien seule qu'en collectivité, a droit à la propriété.
2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété. 

Article 18 :
Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites.

Article 19 :
Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

Article 20 :
1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d'association pacifiques.
2. Nul ne peut être obligé de faire partie d'une association. 

Article 21:
1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l'intermédiaire de représentants librement choisis.
2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d'égalité, aux fonctions publiques de son pays.
3. La volonté du peuple est le fondement de l'autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s'exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.

Article 22 :
Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l'effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l'organisation et des ressources de chaque pays.

Article 23 :
1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.
2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.
3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu'à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s'il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.
4. Toute personne a le droit de fonder avec d'autres des syndicats et de s'affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

Article 24 :
Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques.

Article 25 :
1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l'alimentation, l'habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d'invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.
2. La maternité et l'enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu'ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.

Article 26 :
1. Toute personne a droit à l'éducation. L'éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l'enseignement élémentaire et fondamental. L'enseignement élémentaire est obligatoire. L'enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l'accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.
2. L'éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l'amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.
3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à donner à leurs enfants. 

Article 27 :
1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent.
2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l'auteur.

Article 28 :
Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.

Article 29 :
1. L'individu a des devoirs envers la communauté dans laquelle seule le libre et plein développement de sa personnalité est possible.
2. Dans l'exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n'est soumis qu'aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d'assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d'autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l'ordre public et du bien-être général dans une société démocratique.
3. Ces droits et libertés ne pourront, en aucun cas, s'exercer contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 30 :
Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un Etat, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d'accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.

Depuis, ces textes ont été... modifiés.

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

10 juin 2019

Laïcité et foi républicaine (4) De la majorité aux minorités


GSM

Écrit par Cynthia Fleury, philosophe et psychanalyste, publié dans « Pathologies de la démocratie » en 2005, réédité en 2009.
 
Si le concept majeur des démocraties naissantes était celui de « majorité »,  celui des démocraties adulte, semble être celui des « minorités » ; et si Alexis de Tocqueville a bien vu les dérives de la majorité démocratique, il a manqué ce que peuvent receler les minorités démocratiques.
 
La particularité des démocraties adultes réside plutôt dans la tyrannie des minorités.
Que la hiérarchie entre majorité et minorités ait disparu marque sans nul doute un progrès en matière de droit.
Il était temps en effet, que les minorités ne subissent plus l’autoritarisme de la majorité.
Mais les choses deviennent plus problématiques quand ces minorités cherchent à imposer au reste du peuple le fait d’avoir des droits spécifiques.
Sous couvert de démocratie, de droit à la différence et de défense de l’identité culturelle, elles commettent, en effet, un acte anti-démocratique en contournant habilement l’égalité des droits et des conditions. On assiste à un phénomène de captation du droit.
 
En France, avec la montée en puissance des communautarismes -qu’ils soient corporatistes, religieux, ethniques ou culturels-, on a pu observer ces nouveaux réflexes, posés comme la marque même d’individus libres et égaux, car les minorités ne prétendent  jamais remettre en cause l’idéal démocratique. Au contraire, elles présentent toujours leur opération de captation du droit, comme la preuve même de leur attachement à la démocratie et tentent de modifier de l’intérieur, la conception démocratique du droit.
Cette « tyrannie des minorités » s’inscrit dans le cadre de la désincorporation de la pensée dont Claude Lefort nous a parlé.
Et si cela a de l’impact, c’est précisément parce que la majorité a perdu de sa légitimité.
De nos jours, minorités et majorité sont tout autant légitimes. L’idée d’une légitimité souveraine a laissé place à l’équivalence des légitimités.
 
Pourtant ces réflexes n’ont rien de démocratiques et renvoient, au contraire, à un usage perverti du droit.
 
La perversion, tel est décidemment le maître mot de la démocratie qui n’arrive pas à dépasser le stade infantile, ou encore l’étalon comportemental des individus et des communautés (quelles que soient leurs formes) qui tentent de transformer le droit en « privilège ». En effet, qu’est-ce qu’un individu pervers, sinon celui « qui veut jouir sans entrave, jouir à tout prix », qui est toujours prêt à obtenir de l’autre ce qu’il ne veut pas ?
Il ne s’agit pas d’un individu « hors la loi » ; bien au contraire, il se sert de la loi, l’instrumentalise…
… Et c’est la loi qui, précisément, va lui procurer la « sécurité » dont il a besoin pour ses jouissances privées.
 
… Les minorités tyranniques ainsi que l’individu pervers « captent » le droit et font en sorte que le processus démocratique travaille à l’entérinement de leur désir.
…Et si les minorités tyranniques sont dangereuses… c’est parce qu’elles ont parfaitement compris le fonctionnement du droit et la meilleure façon de s’y prendre pour pervertir son système : On est ici dans le registre de la domination politique.
 
NDLR du 05/06/2019 : Nous subissons de puis des décennies et de façon de plus en plus pressante, cette tyrannie des minorités qui imposent leur loi à la majorité et ceci de multiples façons :
-Avec un système d’élection aboutissant à une démocratie représentative qui ne l’est pas et permet à une minorité d’imposer sa loi à la majorité.
-Avec un lobbying de petits groupes très marginaux, ou de grands groupes qui font voter des lois que la majorité des citoyens réprouve.
-Avec des consignes de tolérance extrême et de suppression volontaire de moyens afin de permettre dans les faits, ce qui est théoriquement interdit par la loi.
-Avec la sévérité à laquelle s’exposerait tout représentant de l’ordre, de la justice ou le simple citoyen, s’il venait à réagir contre un manquement à la loi d’un contrevenant, c'est-à-dire en inversant les concepts de culpabilité et d’innocence.
-En supprimant le concept de légitime défense, paralysant ainsi toute réaction à l’agression et vouant la société au laxisme et à l’inaction.
-En ignorant la puissance financière qui broie les petits.
 
Merci de nous éclairer madame Fleury, mais vous conviendrez que la tâche est ardue pour tenter de faire passer cette « démocratie adulte » au stade de « démocratie véritable », qui ferait respecter le droit à tous, qui respecterait les minorités sans leur laisser dicter leur loi à la majorité.
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

09 juin 2019

Le changement, c'est pour quand ?

GSMPublié le 31 janvier 2016

50 ans, à peine, se sont écoulés... Qu'est-ce que ce sera dans 50 ans au rythme où ça va?

NOS ENFANTS VONT AVOIR LE MÊME PROBLÈME QUE DANS TOUS LES PAYS
DONT ON PARLE PLUS BAS…
 
Si une image vaut mille mots que valent toutes ces photos ?
J'ai peur de la xénophobie, mais j'ai encore plus peur des fanatiques...
C’est un peu long mais ça vaut la peine d’en prendre connaissance.
Les photos ci-dessous montrent comment le monde a changé en 50 ans :
IRAN 1970
> > > > > > 
 IRAN 2012
>>>>>>>>>>>>>>
 AFGHANISTAN
 
ÉGYPTE (Université du Caire) 1959
> > > > > > 
ÉGYPTE (Université du Caire) 2012
> > > > > >
 
PAYS-BAS (Amsterdam) 1980
> > > > > >  
PAYS-BAS (Amsterdam) 2012
> > > > > >   
... et des personnes ne voient pas de raison de s'inquiéter pour l'avenir.
 
Il n'y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir !!!
> > > > > >

> > > > > > 
> > > > > >
Ceci se nomme « amputation croisée » : main droite et pied gauche.
C'est l'application de la loi coranique : la charia.

C’est monstrueusement inhumain !
Mais grâce à nos politicards «progressistes», ce sera demain, par effets du laxisme de la démocratie, en application en France et en Belgique !
Les prisons seront-elles enfin moins peuplées ?

> > > > > >
> > > > > > 

Nous irons comme cela jusqu'à la fin de notre civilisation, ou bien ?

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,