zalandeau

29 mars 2017

Mes enfants, je vous aime

GSM

Mes enfants, je vous aime, je veux vous protéger,
De la vie, de la mort et du mal à venir.
Si je le pouvais, je serai bouclier,
Pour vous, sang de mon sang, j'arrêterais les balles.
Quel sera votre destin, vers quel avenir ?
Je frémis à l'idée que l'on vous fasse du mal.
 
Ô Seigneur, je vous prie, protégez mes enfants
Et toi mon père, du ciel, apporte ton appui
Tu les aimes, tu es très fier d'eux et très content,
Tu me l'as dit un jour, avant que de partir.
Pour eux, fut-ce à Satan, je donnerais ma vie,
Satisfait pour mes fils, même s’il me faut périr.
 
A quoi sert la vie, si l’on ne peut la donner ?
Dernier gage d’amour, à ceux qu’on sait aimer.
Mais hélas la vie ne permet tel compromis.

Ma peur pour vous, sera compagne de mes nuits.

Posté par zalandeau à 09:46 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


28 mars 2017

Démocratie selon Ségolène Royal

 

Démocratie selon Ségolène Royal

Posté par zalandeau à 09:20 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

27 mars 2017

Mémoires et radotages (96) – Commentaires et politiques

GSM

Note de l’auteur : Manquant beaucoup d’inspiration pour créer mes textes, je diffuse des commentaires que j’ai écrits sur des blogs (le mien ou d’autres)… Je pense que ces commentaires expriment ce que je pense, au moins aussi bien que ce que je pourrais dire de manière impromptue. Bien sur, je profite de cette réédition pour corriger et compléter mes propos… 
 
Le libéralisme a besoin du terrorisme... ne serait-ce que pour les ventes d'armes, tous les profits qu'elles génèrent, les comptes dans les paradis fiscaux et les spéculations qu'elles engendrent... mais aussi comme moyen de contrôle du peuple qui se resserre autour de ses dirigeants par besoin de protection, même si ce peuple n'approuve pas le reste de la politique libérale. Alors, le libéralisme fait mine de faire une guerre au terrorisme, mais il le fait sans discernement, en tapant dans le tas... C'est si commode…les bombes que l’on fait pleuvoir... ça rapporte aussi... Donc, plus le terrorisme existera, plus le libéralisme a de beaux jours devant lui...
 
……….
 
Que m’a fait Sarko ? Il y a simplement que Sarko, j'avais dès avant son élection, complètement deviné le personnage en "observant" son comportement et ses dires et surtout les petits mots qui lui échappaient et qui en disaient beaucoup plus long que ceux qu'ils disait normalement... Pourtant, dès son élection, j'ai souhaité m'être trompé. Cependant je ne savais rien de ses supposées magouilles, puisque par définition c'est les seules choses qui ne se crient pas sur les toits... Et ce n'est qu'a partir d'octobre 2007 que "ma" coupe était pleine et que j'ai commencé à dénoncer tous ses excès et Dieu sait que ça faisait beaucoup, puisque chaque jour, on pouvait lui faire un nouveau reproche, voire plus... Il me foutait carrément la honte...
 
Hollande, lui, m'a également carrément foutu la honte, lui aussi, mais d'une autre façon que Sarko et surtout il a trahi ceux qui ont voté pour lui... Et même ceux qui comme moi, se disaient qu'il y avait peut-être une chance que ce soit mieux... Son bilan est mitigé, mais très loin de mes aspirations... Et lui aussi a fait alternativement une politique de la demande et une politique de l’offre, qui ne fonctionnent pas en France, à cause du contexte mondialisé, du manque de confiance (sans confiance du peuple, pas de résultat), de notre taux effarant d’importation et de notre taux d’évaporation financier…
 
Fillon a plus de tenue que Sarko et il a une sincérité sur son projet un peu plus importante que les deux précédents présidents... Quant à ses "indélicatesses, je n'en savais strictement rien non plus. Mais... j'écoute aussi le parler, je décortique. Il ne laisse pas passer des petits mots qui le trahisse comme Sarko, mais simplement je déduis sa politique de ce qu'il dit ou ne dit pas... Je n'approuve pas non plus sur certains points et j’approuve sur d'autres... Car il va refaire les mêmes conneries économiques que Sarko…
 
Alors, tu me dis qu'est-ce que t'a fait Sarko ? Il a fait des choses bien : La rupture conventionnelle, le RSA (bien mieux que ne l'était le RMI) et la négociation avec Poutine pour la Géorgie et le "supportage" du système bancaire par une caution de l’état (qui n’est pour pratiquement rien dans notre dette. Par contre, la catastrophe, cest la dette… il l’a plombée avec sa politique de l'offre, totalement inefficace (comme l'est tout autant une politique de la demande en France). Et puis son comportement était totalement inapproprié , comme l'était son débat sur l'identité nationale. Quant à sa lutte contre l'insécurité, elle était nulle. ...
 
Et je vais te dire... Macron, ce sera {Sarko + Hollande} à la puissance 2, je veux dire, dans le coté mauvais pour le peuple... Alors, Sarko, je me le fous au cul... Mais le problème, c’est celui qui va nous en foutre plein le nôtre... C'est Macron ! A moins que je ne me trompe... Et je souhaite beaucoup m'être trompé...
 
Malheureusement le peuple Français va encore se faire baiser une troisième fois de suite... Alors que, perso, je n'ai voulu d'aucun de ces trois-là...
 
Je suis réaliste... Macron est dores et déjà élu... Je ne vis pas dans mes rêves... Seul un accident, pourrait nous empêcher ce nouveau fléau qui est pour dans 40 jours... Je ne suis ni dans l'idéologie Sarkozyss, ni Socialiss, ni libérale Macroniss...

Posté par zalandeau à 09:14 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

26 mars 2017

Lutte ouvrière et l'extrémisme islamique

GSM

Les gens de la gauche ne sont pas si nombreux à dénoncer l'islamisme extrémiste. Il en est cependant qui dénoncent avec force cette engeance moderne. Il s'agit de "Lutte ouvrière"... A lire sur le blog suivant :

Le piège de l'islamophobie par Lutte Ouvrière.

La complaisance de l’extrême gauche

http://arcachon33120.canalblog.com/archives/2017/03/04/35006195.html

 

Posté par zalandeau à 12:22 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Merci à vous, mes équipes…

GSM

Finalement, on finit par se poser la question de savoir pourquoi on regrette tant le passé de la vie active.
 
Bien sûr, il y a toute une vie d’action aussi excitante que la drogue chez un camé, avec ses petites victoires et ses grosses défaites,
 
Bien sur, il y a le fait qu'avec la tête et les mains, on ait pu fonder une vie et adapter notre travail aux besoins de survie du nid familial que nous avons créé.
 
Mais il y a aussi et cela a été important, la constance d'avoir souvent réussi à créer une microsociété autour de soi, si l'on peut dire. Comment expliquer ? Comme un microclimat, comme un cercle fermé, comme un club privé, en quelque sorte.
 
Les malfaisants étaient en dehors du cercle. Ainsi ceux avec qui on travaillait, aimaient le faire et tiraient le chariot dans le même sens. Qualité, rendement, ambiance, tout était au vert. J’ai souvent eu l’impression, dans les cas ou cette symbiose était réussie, d’être non seulement aidé, mais véritablement porté. C’était comme être dans un véhicule où l’on aurait seulement à indiquer le lieu de destination, tout se faisant alors automatiquement… C’est aussi cela que l'on regrette : Ne plus pouvoir vivre la sensation de se sentir bien dans une équipe qui vous respecte, qui peut-être vous aime et qui en tous cas se mettrait en quatre pour vous. J’ai de la gratitude et tant de nostalgie pour ces gens que j’ai eu tant de chance de côtoyer…
 
Or, le corollaire, c’est qu’il est difficile de réussir à créer et à maintenir ce genre de micro-service. Tant de jalousie et tant de haine s’emploient à le détruire. Parfois, l’échec était rapide, parfois le système s’installait pour plusieurs années. Mais il est à noter que mon départ était toujours consécutif à l’écrasement par des tierces personnes de la synergie mise en place. C’est donc la raison pour laquelle j’ai eu tant d’employeurs (vingt).
Et… Si « les voyages forment la jeunesse », il n’en demeure pas moins que « pierre qui roule n’amasse pas mousse »…
 
Il reste les souvenirs…
 
Merci à : Rouland, Rondeau, Taillet, Delafosse, Guillard, Guillomard, Marchandises, Neves, Bailhache, Dos Santos, Coelho, Khaya, Ferreira, Barge, André, Ropagnol, Ben Slimane, Duvivier, Nigou, Fernandes, Fernandez, Marchais… Et tant d’autres dont j’ai hélas oublié le nom…

Posté par zalandeau à 09:11 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


25 mars 2017

Comment vas-tu, toi ?

GSM

Comment vas-tu,-toi ? J’ai pas de nouvelles.
 
Perso, j’me fais chier comme un rat mort. Et toi, qu’est-ce que tu deviens ?
 
Je sais qu’il ne me répondra pas. Je sais qu’il n’a pas changé d’email. Je sais qu’il reçoit les messages.
Mais c’est ainsi. Il n’y a plus d’intérêt à être dans mon sillage. Il n’y a plus d’intérêt à faire mine d’être ami. Preuve que l’amitié peut n’être que du cinéma, qu’une comédie grinçante, la comédie de la vie ; et moi comme un con, j’y ai crue, parce que je suis resté un gosse aux idées simples et naïves.
Les valeurs auxquelles j’ai crues n’existent pas. Révélation que je ressens comme cruelle au moment où je cherche à trouver un sens à la vie.
 
Finalement, heureusement que cette illusion a perduré pendant toute ma vie passée. Elle m’a aidé, sans que je le sache, à garder cette envie de foncer, cette foi en l’humain, cette abnégation et cette idée de sacrifice. Mais d’un autre coté, savoir que mes valeurs n’en étaient pas, m’aurait évité bien des ennuis, bien des échecs.
 
Si c’était à refaire, je saurais que la seule valeur, c’est me réaliser sans m’occuper des autres, c’est réussir ma vie en mettant des œillères pour ne pas voir ce qui ne me concerne pas.
Une vie passée dans l’illusion d’une réalité qui n’existe pas. Des mots utilisés, amitié, honneur, solidarité, justice, équité, que j’aurais du fouler aux pieds, comme tout le monde.
 
Amère illusion de victoire dans la vie, dont je comprends à présent qu’elle est une amère défaite.

Posté par zalandeau à 09:47 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

24 mars 2017

Trois durs chez les vikings, ou trois lopettes chez les bouseux ?

GSM

Ça se passait pas très loin de chez moi, dans la belle-famille de ma belle famille…
 
Le fils couche avec la femme d'un taulard (la cinquantaine) multirécidiviste.
Le taulard sort en « provisoire »… Il apprend la chose… Il ne dit rien… Mais un jour, le taulard décide d'aller rendre une visite au fils au domicile des parents...
 
Le père a 54 ans, mais il en paraît 70… (Tabac + alcool = 16 ans de plus !). Ce jour-là, il dort chez lui sur le canapé, bourré comme à l'habitude…
Le fils (dans les 25 ans) est chez ses parents ; pour une fois il n'est pas en train de limer chez la femme du Taulard : Normal, l'autre depuis qu'il est sorti, vide consciencieusement le trop-plein de sauce blanche de son poireau, accumulé au gnouf, dans le sac à foutre sans amour de la femme à tout le monde…
Quand soudain on frappe à la porte… La mère va ouvrir… Le fils apercevant le taulard dans l'encadrement de la porte d'entrée, prend son courage à deux mains, sort précipitamment par la porte arrière et va se réfugier dans la cabane de jardin qu'il barricade de l'intérieur…
 
Le taulard gueule comme un veau mal éduqué et comme la mère du cocufieur ose lui répondre, il lui donne un coup de poing sur le bras dont elle avait protégé in-extrémis son visage. Puis il se saisit d'un profil métallique trainant sur le perron et la frappe, plusieurs fois… Puis il se casse, sans autre forme de procès…
 
Le fils : Dans son réduit, il est devenu subitement sourd malgrès les appels de détresse...
 
Le père : « Qu'est-ce qui s'passe ? »
La mère : « C'est Untel qui m'a blessé, il est fou-furieux ! »
Le père : « C'est bien fait pour ta gueule ! T'avais qu'à pas ouvrir ! »… Puis il se rendort mécontent du dérangement, dans ses rêves alcoolisés…

 

Bilan pour la mère : Un gros bleu au bras, et des points de suture sur la tête…
 
Ca se passe au pays des fiers descendants de Vikings… Mais à mon avis, il y a trop longtemps qu'ils continuent à descendre, ces descendants... dégénérés…
 
Un type qui ne défend pas sa femme.
Un type qui ne défend pas sa mère.
Un taulard qui tape sur une femme (Je me doute du genre de délit qu'il a pu commettre)... En fait des délits et un crime...
 
Enfin, que des « choses » très « courageuses »… de la part de ces hominidés... (Homme est un mot dont ils sont indignes).
 
Donc, je dirais plutôt « Trois lopettes chez les bouseux ». Ca se passe comme ça chez les Vikings...

Posté par zalandeau à 09:46 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

23 mars 2017

Histoire de France - Sarko-caïne

GSM

Trois voyages de Sarkozy en jet privé dans le viseur de la justice

 

Publié le 04 septembre 2014 à 12h12. Sur Libération
Une juge d’instruction marseillaise a désigné, début juillet, un expert pour «décrypter et analyser» trois voyages en jet privé effectués par Nicolas Sarkozy entre décembre 2012 et février 2013 et facturés à Lov Group, la société de son ami Stéphane Courbit, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier.
La juge Christine Saunier-Ruellan a demandé cette expertise en marge de l’enquête sur un trafic de stupéfiants entre la République dominicaine et la France, mis au jour en mars 2013 avec la saisie de 700 kilos de cocaïne, à bord d’un avion en partance pour la France. 34 personnes avaient été interpellées dans le cadre de l’enquête sur ce trafic, baptisé «Air cocaïne», parmi lesquelles figure le dirigeant d’une société de transport (SNTHS) ayant affrété l’avion, Pierre-Marc Dreyfus ...
Lire la suite sur Libération
 
Note de ZALANDEAU : Heuuuuu... A défaut de Cocaïne, les Français se sont piqués au Sarkozy pendant cinq ans... On voit le résultat : De vrais zombies !

Posté par zalandeau à 09:35 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

22 mars 2017

Mémoires et radotages (95) – Le grand débat du 20 mars 2017

GSM

Je ne raconterai pas les propos échangés, ce n’est pas le but de mon écrit. Les cinq candidats ont rivalisé de talent, on peut le dire…
Dans un premier temps courtois, puisque les candidats ne parlaient que de leur propre projet, les attaques ne tardèrent pas à fuser… Tout le monde attaquant tout le monde…
 
Mais plus particulièrement, chacun attaquait celui qui lui semblait être son adversaire favori… A cet égard, Marine le Pen était une adversaire favorite de tous les autres candidats, dont on pouvait penser que leur but était de se montrer à l’électorat comme étant chacun le seul en mesure de se mesurer à Marine au deuxième tour…
 
Chacun a eu son moment de gloire en clouant le bec aux autres, mais chacun s’est pris des rebuffades…
 
Il y a le sérieux des idées et il y a la façon de les exprimer…
 
Sur la façon d’exprimer les idées, c’est incontestablement Fillon qui m'a le plus convaincu, suivi je pense, par Mélenchon dont le talent de tribun est incontestable et enfin, par Marine , qui a, malgré quelques maladresses et quelques récusations subies, parfois rivé leur clou à ses adversaires, notamment sur le référendum de 2005…
 
Macron n’arrivant pas à me convaincre et Hamon encore moins…
 
Sur les idées exprimées, quels candidats ont les meilleures ? Cela est très subjectif et bien entendu cela dépend de chacun des téléspectateurs, donc, de chacun des électeurs… On adhère à une vision du monde ou à une autre… La seule vérité est mathématique et comptable. Mais ce n'était pas l'objet du débat et c'était surtout, invérifiable.
 
En tous cas, dans le cas Macron, il est à noter que :
 
-Bien souvent, celui-ci faisait référence à Fillon pour s’approprier ses idées, tout en cherchant à rajouter un plus… Comme un caméléon qui voudrait se démarquer… Une sorte de ‘Monsieur Plus’ qui fait pareil, mais qui fait plus…
-Sur tous les sujets qui visiblement n’étaient pas dans l’ordre de ses préoccupations, son langage ne voulait vraiment rien dire, par absence totale de proposition concrète, se contentant d’adjectifs et d’adverbes redondants.
-Dans tous les cas, il a un débit verbal très important, mais ne comportant que des phrases creuses, des propositions vagues, des grand écarts gauche-droite dans une même phrase qui discréditent totalement son propos en le contredisant… Il donne pourtant le change à ceux qui se bercent de la seule musique de ses mots...
 
Est-ce que cela va changer les sondages ? Probablement Fillon va-t-il revenir un peu du diable Vauvert, Marine va se tasser et j’aimerais bien que Macron s’écroule, comme un illusionniste dont les tours viendraient d’être découverts… Mais combien de gens ont-ils découvert ses tours de magie ? Toute la question est là.
 
Nota : J’ai noté une certaine satisfaction de Mélenchon, lorsque Marine défendait avec brio certaines idées qui sont les mêmes que les siennes… C’est dommage qu’ils soient si différents sur d’autres points…

Posté par zalandeau à 09:03 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

21 mars 2017

Il était une fois en 2008

GSM

-Croyez-moi, la crise va nous venir des surprimes en Amérique et risque de nous affecter !
-Permettez-moi, Monsieur le Président directeur général, les subprimes et non surprimes, ne sont qu’un aspect secondaire de la crise. La bulle financière établie avec des spéculations sur des produits virtuels est bien plus porteuse d’une crise, qui, n’en doutez pas sera de l’ordre de celle de 29… Ce n’est pas un risque c’est une certitude ! Les subprimes ne sont qu’un détail de plus… Nous n’y échapperons pas… Je vous conseille de rapatrier tous vos placements à promesses de gains mirifiques… Excusez-moi… On m’appelle…
 
(Je sors dans le couloir)
 
-Allo ! Oui et toi ?... Un renseignement ?... Si je peux… Oui… OK… Bon je vois ce que c’est… Et bien tu as une solution fastoche… Tu vas dans format, puis style des barres, oui… Puis dans ligne… Il y a le chiffre 1… Et bien mets 2, 3 4, comme tu veux… Mais je te conseille de ne pas dépasser 3… Ben oui : Une barre basse, une moyenne et une haute… C’est tout ?... Mais non je ne te sauve pas la vie… Allez… Tchao ! A plus !
 
(J’arrive sur le chantier)
 
-Comment tu vas toi ?
-Salut ! Alors tu viens encore nous casser les couilles ?
-Comment ça ? Quand je t’ai donné le plan qui te manquais l’aut’jour, t’étais bien content que j’te casse les couilles !
-Nonnnn ! J’plaisante ! Y’a qu’à toi que je peux demander des renseignements… Tes collègues ?...
-Attends j’te laisse, on s’voit à 11 heures au burlingue. Et pense à nettoyer OK ?
-Ca boume, chef !
 
(Mais qu’est-ce qu’il fout l’aut’gland ?)
 
-Hé, toi… Tu travailles pour qui l’ami ?
-Kéça peut fout’ ?
-Ca peut me foutre que je vais te faire lourder du chantier. Toi et ton collègue.
-Pourquoi ? Ki té toi ?
-Ici, c’est moi qui commande ! Tu passes ton échafaudage dans une porte qui n’est pas assez large… T’es en train d’bouziller l’huisserie du menuisier. Regarde ce que tu as fait ! Ton patron va payer, je vais prendre des photos ! Sur ce chantier on respecte le boulot des autres, sinon c’est la porte et je te fais retirer ta carte d’accès !... J’attends !...
-J’vais Kasser ta gueule !
-Ah oui ? Et ben essaye ! Allez viens ! Toi et ton gugusse ! Allez ! J’vais t’apprendre le respect !...
Et vous-autres, c’est pas salle de spectacle ici… Au boulot !
 
(Merde qui c’est celui-là ?)
 
-Bonjour qui êtes-vous ?
-Pas parle…
-Toi pas parler Français ?... Toi travailler pour qui ?... Toi faire quoi travail ?...(Je désigne le plafond, les murs, le sol, pas de réponse)…
Toi papiers ? (Il me sort un bordereau d’intérim)… Ah, bon tu travailles pour Augagneur ?
-Pas parle…
-Bon ! Toi aller là bas, tourner droite, voir homme grand et gros avec lunettes… Lui Chef à toi ! (Moi avoir fait tellement gestes, avoir impression parler sourd muet ou avec sioux… Hugh !)…
 
C’était le bon temps… Où je m’éclatais, où les jours duraient des minutes, où les minutes n’étaient que des instants… Où le bonheur était dans l’action… Je crois…

Posté par zalandeau à 09:21 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :