zalandeau

23 octobre 2019

Réponse à Guillaume Faye sur une théorie du complot contre les peuples européens

GSMLe 21 03 2016

Je crois ce que vous dites, concernant l'appel à une main d'oeuvre au black mettant en concurrence nos salariés et l'espoir de futurs éventuels électeurs, qui nous coûtent fort cher d'ailleurs, contrairement à ce que veut nous faire croire l'état, sauf une chose : Le complot ! Il n'y a pas de complot, à mon avis. Mais simplement un endoctrinement du pouvoir LRPSV (les républicains, parti socialo, verts), à des dogmes imbéciles que personne d'entre ces responsables ne veut remettre en cause, afin de ne pas être diabolisé. L'irénisme rêvé par nos dirigeants, au lieu de la perception de la réalité de conquête islamiste politique qui se déroule sous nos yeux...
Il y a aussi des intérêts plus au ras du sol . Comme par chez moi, l'exode des autochtones, compensée par un appel aux immigrés pour "compenser", afin d'avoir un maintien du nombre de classes, des subventions, et éventuellement acquérir un électorat favorable...
Ce qui est complètement idiot, car ces nouveaux arrivants n'ont de cesse d'avoir leurs élus à eux, à savoir leurs représentants confessionnels, car notre système laïc, il se le foutent au c.. , cherchant à rester une communauté, un état dans l'état, un cancer dans une région, un nid de coucou dans un village, etc...
Oui nos dirigeants font un bien mauvais calcul, mais simplement parce qu'ils ne pensent qu'à des retombées immédiates dans le sens de leurs intérêts présomptifs...
 
Ils deviennent ainsi des collabos, comme l'étaient les fonctionnaires français sous Vichy... Sauf, que nos dirigeants au départ, choisissent cet état de fait, non par complot, mais par manque cruel de clairvoyance, leur esprit étant entièrement préoccupé par leurs intérêts immédiats... Il faut dire que depuis de Gaulle, ce ne sont pas des flèches... Des bons à rien, des nuls en tout, même pas dignes de nous représenter, ni de prendre des décisions en notre nom... et il faudra bien qu'on se débarrasse de ces parasites...
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


22 octobre 2019

Je n’ai révélé mes Vacances au Katanga...


 

GSM

Écrit début avril 2007
 
Je n’ai révélé mes « Vacances au Katanga » à ma compagne et à mes enfants, que depuis mi-février 2007, en leur donnant à lire mes 3 premiers chapitres.
 
Réactions :
-          Mes enfants ont trouvé que j’écrivais à peu près bien, quoique avec un style original et depuis, ils ne veulent plus lire la suite, ça ne les intéresse pas. Dommage, parce que l’action la plus dure se situait surtout dans tous les autres chapitres qui suivirent !
-          Ma concubine m’a dit « beau roman », tu aurais du choisir un thème plus pacifique.
Elle m’a dit que si j’avais vécu ça, je lui en aurais parlé avant. J'ai laissé dire...
 
Tout ça, ça m’a rappelé, toutes proportion gardées, les reportages sur les survivants des camps de concentration, à qui l’on reprochait ne pas avoir raconté, et qui disaient : « Soit, les gens étaient gênés, soit, ils trouvaient les faits exagérés, en tout cas ils ne voulaient pas écouter ! ».
 
Je n’ai pas de véritable traumatisme. Mais il fallait que je raconte ce que j’ai retenu en moi si longtemps.
Après tout, cette opération a empêché le massacre de toute la population de Kolwezi.
Si la France avait fait la même chose au Rwanda, pour empêcher le massacre des Tutsis au lieu de laisser faire !!!
 
Moi, j’ai écouté mon Père, le jour où, cinquante ans après, il m’a raconté sa vie d’orphelin et surtout sa guerre. Il ne l'avait jamais raconté avant et ne le racontera plus jamais après...
Parce que moi aussi j’avais un non-dit à garder pour moi, j’étais à même de le comprendre.
Mon Papa ne l’a raconté qu’à moi, même pas au reste de la famille. Il a commencé ce jour là à 16h00 et a fini son récit à 04h00 du matin. Il racontait bien, avec des détails drôles ou émouvants. Mon frère m'a rabroué le jour où j'ai tenté de raconter la vie de notre Papa... "C'est n'importe quoi, je le saurais"... Alors j'ai fermé ma gueule !
J’ai regretté de ne pas avoir un magnétophone sous la table le jour où Papa s'est confié. Je lui ai demandé plus tard de l’enregistrer, mais il n’a jamais voulu le faire.
 
Depuis ce jour, mon admiration pour mon Père a décuplé, sachant les épreuves qu’il a traversées, toujours la tête haute. Et je suis heureux d’avoir eu un homme tel que lui, comme père.
 
Quant à moi... On finit par mettre son mouchoir dans sa poche, par dessus ce qu'on refoule...
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

21 octobre 2019

La parité… Ha, ha, ha…



GSM

Quand j’étais plus jeune, je me disais qu’il était insensé que les femmes soient totalement absentes des élus politiques et que c’était contraire au simple bon sens : Plus de cerveaux = plus d’intelligence, plus de savoir faire, davantage de ‘variété’ politique… Et surtout je pensais que par leurs sensibilités différentes elles apporteraient beaucoup au bénéfice de notre société…
 
Et puis l’eau est passée sous les ponts… La théorie, finalement, ne s’avère être que chimère, comme c’est le cas très souvent…
 
En effet, depuis, quelques femmes ont ‘percé’ en politique, sous la pression de l’opinion et au nom de ces bons sentiments républicains…
 
Mais il faut bien comprendre le processus : Les femmes ne se sont fait une place, uniquement parce que les hommes leur en ont concédé une toute petite.
 
Dans leur machisme et leur connerie, les politiciens hommes n’allaient pas laisser passer toutes les femmes, mais uniquement celles qui ne risquaient pas trop de leur piquer leur boulot ni surtout de leur porter ombrage…
 
Certes on a eu des femmes comme Simone Weill, mais on a hélas eu Edith Cresson, Nadine Morano, Christine Boutin, j’en passe et des pires…
 
Alors finalement, on peut dire que le panel ‘hommes et femmes’ politiques, étant donné les ‘qualités’ nécessaires que sont l’avidité, le pouvoir, le cynisme, le mensonge, la perversité, ne donne que deux fois plus de chance d’avoir des cons (connes), des salopards (salopardes, tant pis pour les néologismes), des voyous (est-ce qu’on dit voyoutes ? En tous cas il y en a)… Il faut bien se rendre à l'évidence : Dans ce domaine, il n'y a pas une façon de faire masculine et une autre féminine. En matière de pouvoir, les agissements sont les mêmes...
 
On a aussi une double micro-chance d’avoir un jour l’homme ou la femme politique qui sera honnête, sincère, capable, au service des citoyens…
 
On peut toujours rêver…
 
Ecrit le 25 avril 2015
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

20 octobre 2019

Suite du déballage - Arnaque à la TVA



GSM

Il s’agissait d’un Maitre d’Ouvrage, groupe Helvétique très connu et fortement implanté dans notre pays, dont le domaine d’activité est la banque et plus particulièrement la discrétion bancaire (et dont je dirai qu’elle participe très activement au pompage financier), dont le nom commence par un U et finit par un S… Il faisait construire un ensemble de bureaux en banlieue Parisienne et fit appel à des entreprises dont l’une était italienne.
Mon employeur assurait la maitrise d’œuvre, dont j’avais mis en place le planning d’exécution, dont j’assurais la maitrise économique ainsi que la maitrise des documents d’exécution. J’étais donc au cœur de beaucoup de réunion, de beaucoup de décisions et au courant de bien des choses, y compris certaines (pas toutes) dont je n’aurais rien dû savoir. Les autres choses (secrètes) étaient faciles à deviner…
 
Dès 2005, à cause de l’existence de cette entreprise Italienne, je pris contact avec le service des impôts des entreprises étrangères (SIE) qui se déplacera par la suite à Noisy le Grand.
J’expliquais donc les faits et les coordonnées et on me confirma que l’entreprise devait se déclarer elle-même auprès de leurs services, ce que j’enjoignis à l’entreprise de faire (avec information au Maitre d’ouvrage).
 
Pendant deux ans je demandais donc expressément à l’entreprise la preuve de ses déclarations auprès du SIE, j’avertissais le client vous savez U....S, qui passa à chaque fois outre mon véto pour payer chaque situation de travaux à ladite entreprise italienne…
 
Parvenu à la fin du chantier, ma mission fut terminée non sans que je m’informe de la situation non déclarée de l’entrepreneur italien auprès du SIE et que le Maitre de l’ouvrage me dise que ce n’était plus mon problème…
 
Il faut savoir que :
 
Toute entreprise travaillant en France est assujettie à la TVA en France.
 
Tout produit importé arrive en France hors taxes et la TVA est réglée en France par l’acquéreur, sur le sol Français, du produit.
 
S’agissant de murs rideaux préfabriqués en Italie par une entreprise Italienne qui vient poser les produits qu’elle fabrique en France, la TVA est donc redevable auprès de l’état Français sur ladite fourniture ainsi que la valeur ajoutée par la pose, c'est-à-dire sur l’ensemble de la prestation. Elle ne pourra déduire que les TVA payées sur des articles achetés en France pour des accessoires complémentaires divers et variés ou sur du Gasoil…
 
En 2006 sur le chantier qui faillit être le plus gros chantier Français d’immeubles de Bureaux (la deuxième tranche de travaux ayant été annulée), l’Entreprise Italienne Tosoni s’est débrouillée pour encaisser la TVA et pour ne rien payer.
 
Bien qu’à compter du 1er septembre 2006, la loi permît au Maitre de l’ouvrage d’acquitter lui-même la TVA à la place de l’entreprise et de ne régler à cette dernière que la partie Hors taxes, rien ne fut fait.
 
La TVA (incluse dans les situations de travaux) réglée par U....S à Tosoni fut débitée sur un compte Suisse et créditée sur le compte bancaire non Français de Tosoni, sans autre forme de procès au nez et à la barbe du fisc Français… Pourquoi le fisc Français a-t-il ignoré la non-déclaration et la fraude ?
 
Arnaque du Maitre d’Ouvrage et de l’entreprise, laxisme du fisc Français… Dégoût de l’économiste de Maitrise d’œuvre (moi)… 
 
En 2014, je balance. Mais je cache un nom, pour des raisons évidentes. N'ayant gardé aucune preuve, il est facile d'être condamné pour une soi-disant calomnie… Manque à gagner pour le fisc : 870.604,21 €… 
 
Extrait du décompte général définitif
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

19 octobre 2019

L’ardoise fiscale de Johnny Hallyday avoisine les 30 millions d’euros

GSM

Ecrit par autrui.

 

L’ardoise fiscale de Johnny Hallyday avoisine les 30 millions d’euros. Les différentes parties cherchent à négocier un accord.

 
L’ardoise fiscale de Johnny Hallyday avoisine les 30 millions d’euros, selon une source proche du dossier à BFMTV. Pour cette raison, les différentes parties concernées par la bataille judiciaire autour de son héritage cherchent à négocier un accord, qui éviterait de régler au fisc une partie des dettes du chanteur. 
 
Les ennuis du Taulier avec le fisc commencent en 2007. Résident fiscal suisse puis américain à partir de 2013, Johnny doit continuer à payer des impôts sur ses revenus générés en France. Pour que ces dividendes ne soient plus imposés en France, il met en place dès 2007 un montage d'optimisation fiscale, mais il est rattrapé par le fisc qui le notifie de plusieurs redressements.
 

"Un mode de vie tout à la fois itinérant et bohème"

 
Fin mai, un jugement du tribunal de grande instance de Nanterre avait infligé un sérieux revers à Laeticia Hallyday, la veuve du chanteur, en concluant que Johnny était résident français au moment de sa mort en décembre 2017, malgré ses nombreux séjours aux Etats-Unis.
 
Les juges de Nanterre avaient estimé que la rockstar avait conservé "jusqu'au bout un mode de vie tout à la fois itinérant et bohème, mais surtout très français, qui l'amenait à vivre de façon (...) habituelle, en France". Sa veuve avait fait appel et une audience devait se tenir le 6 novembre. Mais elle y a renoncé.
 
Sarah-Lou Cohen avec Jérôme Lachasse et AFP
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,


18 octobre 2019

Les voix du seigneur sont impénétrables


GSMEcrit le 17 juillet 2007

Je suis allé voir Sainte Thérèse. Elle était accompagnée de Jésus, Dieu, le Saint esprit et mon Papa...
 
Ils m'ont dit : " Laisse pas aller la part ténébreuse qui est en toi. Tu sais bien que c'est le mal, contre lequel tu luttes depuis si longtemps ".
 
Je leur ai répondu : " Hé, comme vous y allez, vous croyez que je peux encore supporter longtemps ce que je supporte ? Je suis au bout du rouleau, je n'en peux plus. C'est pour ça que je suis venu vers vous quémander du secours ! "
 
Il me fut répondu : " Le secours viendra de toi. Mais comme nous sentons ton profond désarroi, Jésus suggère que nous te donnions une indication: Maigris, perds 10 kg, redeviens un homme séduisant ".
 
- Pourquoi faire Seigneur, Jésus, Papa, Sainte Thérèse ? Pourquoi faiiiiiire ?
 
Puis ce fut le silence dans la basilique. Je me signais et m'en allais désemparé, après avoir été rançonné par trois clodos. " Merci, très bonne journée! ". Je m'entendis répondre " Y'a pas d'quoi... ".
 
Puis je me tapais le chemin du retour, pensant que les voix du Seigneur étaient impénétrables.
 
J'ai pris des bonnes décisions pour mettre en œuvre cette suggestion divine. Demain je me réinscris à la piscine. Où est-ce que j'ai foutu ma carte de piscine ? J'irai à pied à la piscine. Je vais refaire des abdos... Puis on verra...
Note de l'Auteur : Au matin, mes bonnes résolutions se sont évanouies... Cétait un rêve !
 
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

17 octobre 2019

Mémoires et radotages (240) – Radicalisation ou pas ?


GSM

Écrit le 16 octobre 2019
 
Pas facile de repérer la radicalisation… Barbe ou pas barbe, poignées de mains aux femmes ou pas… Tout cela ne veut pas dire grand-chose… De plus inciter les gens à signaler des cas suspects… Disons que ceux qui le font déjà n’ont pas attendu cette invitation pour le faire.
Pour les femmes, le port du foulard, ou plus encore, du voile islamique est aussi un cas particulier qu’il ne faut pas sous-estimer…
 
Dans tous les cas, ces signes peuvent ou non être le signe extérieur d’une radicalisation.
 
Dans le cas du voile islamique, il y a, outre le soi-disant respect d’appartenance à une religion que tout le monde connaît, une revendication de montrer à tous, cette religion, comme on brandit un étendard.
Pourquoi ne pas retirer cet accoutrement, dans les lieux publics et le remettre seulement dans les lieux de prière ou toute autre sphère privée ? Parce qu’il peut y avoir, possiblement, une volonté d’imposer ostensiblement sa propre foi, comme un signal précurseur de prosélytisme…
Il ne me viendrait pas à l’esprit une seconde d’arborer une croix ou tout autre signe de foi, ailleurs que dans une église… La foi est personnelle… Sauf dans le cas d’une religion qui prétend dominer le monde…
 
Mais enfin, ceci ne constitue pas de preuve absolue de terrorisme ou de radicalisation extrême, mais juste une foi irraisonnée, ou une domination, ou encore une présomption de provocation…
 
Par contre, sont à retenir comme des signes totalement clairs, les propos totalement disproportionnés de souffrance et de victimisation de musulmans soi-disant stigmatisés à cause des provocations qu’ils ont commises. Ceux-ci sont à coup sur, dans une autre orbite que celle purement d’adepte d’une foi apaisée. Ils montrent ainsi leur volonté d’imposer politiquement l’islam (puisqu’il s’agit de cela), sur les us, coutumes et lois de la république.
 
Lorsqu’en plus, il y a dénigrement de la république, lorsque l’on exprime du mépris pour la France, ou qu’on en brûle le drapeau, ou même encore que l’on caillasse pompiers, ambulances ou médecins… Il faut clairement considérer qu’on est en présence de gens totalement anti-Français, anti-laïcs, anti-occidentaux… Et qu’ils sont un danger potentiel permanent pour notre Pays, notre culture, nos valeurs et surtout nos vies ! Ils sont des munitions prêtes à exploser au moindre passage au stade ultime d’un endoctrinement radical.
 
Il y a plus de chance, dans ce type de comportement, de trouver le terreau des ennemis de la France et des Français, que dans la vieille ménagère avec son foulard, faisant ses courses paisiblement et respectueusement…
 
Ceci dit, je trouve qu’il serait souhaitable, pour calmer les esprits, que les musulmans paisibles abandonnent cet attribut vestimentaire dans l’espace public.
On me rétorquera que cela les dissimulera à nos soupçons… Mais je viens de répondre à cette question : Preuve insuffisante !
 
Et en corollaire, il faudra bien évidemment, si le voile était interdit dans l’espace public, interdire également les Kippas, les croix, etc, etc, etc… Laïcité et égalité obligent !
 

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

16 octobre 2019

L'endoctrinement (2)


GSM

Par Jacqueline Costa-Lascoux, directrice de recherche au CNRS, associée au CEVIPOF, Sc po Paris. 3 février 2018
 
Le terreau fertile de la radicalisation
 
La radicalisation est donc un processus de rupture qui a pour but la transformation de soi et la transformation du monde, quels que soient les moyens pour y parvenir, y compris la violence jusqu’au terrorisme. Pour se développer, elle a besoin d’un terreau fertile qui réunit un ensemble d’éléments : la victimisation, le complotisme, le rejet des valeurs républicaines et de la laïcité.
 
1. La victimisation chez ceux qui se sentent peu reconnus, discriminés ou humiliés par la société, par l’école, favorise l’endoctrinement. Mais l’attitude victimaire est ambivalente : certains revendiquent d’être « stigmatisés » pour exister en renvoyant en miroir la culpabilité à « l’homme dominant », la responsabilité à la « société occidentale » ; d’autres, à l’inverse, cherchent le chemin initiatique du héros combattant. Les jeunes radicalisés rejettent la première attitude et la condescendance de ceux qui les assignent à une identité de « victimes de la société », ils veulent devenir des acteurs de leur vie. La question est alors posée du comportement des professionnels et des associatifs, qui, avec de bonnes intentions, entretiennent les images conjointes de l’exclusion et de la compassion. Le regard condescendant est jugé insupportable par les jeunes entrés dans un processus de radicalisation. Entre la bienveillance et le paternalisme, il n’y a qu’un pas. Celui qui possède le savoir, qui exerce le pouvoir, qui est bien « assis » et arbore son paternalisme, est honni - les « idiots utiles » n’ont pas compris que leur crainte de stigmatiser les jeunes des « quartiers » est ridiculisée et rejetée par ces mêmes jeunes. Et c’est là où se noue le lien avec la théorie du complot : « On vous ment », « Les choses ne sont pas telles qu’elles apparaissent » : les radicalisés se veulent des « chercheurs de vérité » pas des assistés.
 
2. Le recours fréquent à la « théorie du complot » est utilisé pour justifier la recherche d’une vérité qui serait « ailleurs », et révèlerait « les mensonges » des médias et des puissants. Le « complotisme » entretient une paranoïa qui favorise le projet d’actions destructrices et mortifères contre « une société du mensonge ». La violence devient alors une catharsis. Mais il permet aussi de se sentir distingué, « d’être dans le secret ». Le complotisme est fréquemment alimenté par un antisémitisme qui s’exprime avec virulence, mêlé à la dénonciation des illuminati, des banquiers, des francs-maçons, de la CIA…La récurrence des images archétypales du complot est étonnante. Elle rassure ceux qui ont été traités de « nuls » à l’école et qui se croient au dessus des lois. Désormais, ce sont eux qui sont dans le vrai ! Avec la théorie du complot, ils se distinguent des autres, arborent le savoir occulte et prédisent « l’avenir sombre d’un monde dépravé », « l’apocalypse ». « Ils savent, les autres sont ignorants ».
 
3. Le rejet du pluralisme des convictions, considéré comme de l’impiété, et de la laïcité, entendue comme une série d’interdits « islamophobes » font le lit de l’embrigadement. Celui-ci se veut la réponse à une série d’interrogations qui n’ont pas été entendues, à une quête de vérité qui n’a pas été satisfaite, à une initiation aux valeurs qui n’a pas été engagée. Cela s’accompagne fréquemment d’un discours sur la dégradation des mœurs, la corruption des politiques, la vanité de la société de consommation. Et les intellectuels, les élus, les éducateurs, qui se croient obligés de dénigrer systématiquement les valeurs de la République, pour prouver leur liberté de pensée et leur compassion à l’égard des « damnés de la terre », développent en fait le tapis rouge sous les pas des nouveaux dictateurs, à l’instar de la fin de la République de Weimar. Certains discouraient pendant qu’Hitler utilisait la propagande par l’image et le son, le symbolisme et les fantasmes.
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

15 octobre 2019

L'endoctrinement (1)



GSM

Par Jacqueline Costa-Lascoux, directrice de recherche au CNRS, associée au CEVIPOF, Sc po Paris. 3 février 2018
 
L’emprise mentale prospère sur la victimisation de ceux qui se sentent humiliés, atteints dans leur dignité et leur identité. La religion surgit souvent au cœur de cette blessure.
 
En vérité, les facteurs de la radicalisation sont multiples et le processus est intimement lié à des archétypes et aux ressorts psychologiques des idéologies totalitaires, confessionnelles ou non. La réponse ne peut être que citoyenne et républicaine.
 
Le cyber-endoctrinement a quelques années d’avance sur nos méthodes pédagogiques ; il joue sur l’émotionnel, le symbolique et les fantasmes !
 
Les étapes de l’embrigadement
 
L’endoctrinement se présente comme un chemin initiatique, marqué par des épreuves, qui sont autant d’étapes vers la naissance d’un « homme nouveau ».
 
1. La première étape est celle de la séduction. Le repérage se fait par le moyen d’algorithmes permettant de cibler progressivement un noyau de personnes à la recherche d’un « ailleurs », d’une autre vie. C’est la métaphore du pêcheur qui jette son filet pour attraper quelques poissons. Le ciblage prend en compte une batterie de critères qui vont de caractéristiques psychologiques et familiales à des différences culturelles, linguistiques, de genre, des trajectoires migratoires…il utilise des langages différents et certains sites visent plus particulièrement les filles, les convertis, les étudiants. Cette première phase de la séduction joue sur l’isolement, sur des failles narcissiques, l’ennui de soi et du monde, les addictions. Elle reste le plus souvent invisible, car elle a besoin du secret pour manipuler la personne dans son intimité.
 
2. La deuxième étape de l’embrigadement requiert l’implication du manipulé, qui va devenir à son tour manipulateur. Elle est celle du prosélytisme visible qui recourt à des attitudes, des gestes, des paroles, une apparence, destinés à être remarqués. Des applications sur les smartphones servent d’aide-mémoire pour indiquer la liste de ce qu’il est permis ou interdit de faire, ce qui rapporte des points pour aller au paradis et ce qui en fait perdre. L’endoctrinement demande alors à l’internaute de devenir à son tour manipulateur en l’alimentant de slogans et de réponses-types, en indiquant les lieux où se montrer et où tester la résistance des impies. Le manipulé/manipulateur se sent choisi, « élu ».
 
Les signes visibles de l’implication sont récurrents : changements d’apparence physique (maigreur, barbe), de vêtement (djellaba, niquab, pantalons au dessus des chevilles et qui « ne montrent pas l’entrecuisse »), de modes de vie (enfermement dans sa chambre) ; respect formel de prescriptions et de rituels (nourriture, prières, jeûne). Ces changements visibles s’accompagnent de comportements en rupture : décrochage scolaire, abandon d’activités de loisirs ou sportives (sauf les sports de combat) ; éloignement de l’entourage, des anciens copains et copines ; refus de serrer la main d’une personne d’un autre sexe ou d’un mécréant (geste qualifié de « symptôme de schizophrénie » par une psychiatre tunisienne) ; refus de la mixité ; rupture avec la famille ; transformation de la personnalité tel le renoncement à la séduction, l’absence de coquetterie (« on s’enlaidit sciemment ») ; la perte du sens de l’humour, de l’esprit critique et l’interdiction du rire. Si certains de ces signes rappellent des provocations adolescentes, les changements opérés par un processus de radicalisation participent d’une transformation profonde de la personnalité.
 
3. La troisième phase est celle de la dissimulation, l’effacement de toute manifestation extérieure. La personne, déterminée dans son engagement, se « fond » dans l’environnement pour mieux agir. C’est l’étape de la taqiya (dissimulation) où il s’agit de « tromper l’ennemi de la foi ». S’arrêter à qualifier la radicalisation à travers quelques signes visibles est donc en partie un leurre, alors que le moment le plus irréversible et dangereux ne se voit pas : « Il était gentil, il tenait toujours la porte et il sortait avec des filles, je ne comprends pas » disent les voisins. La crainte de se signaler conduit, aujourd’hui, à entrer plus rapidement dans cette troisième phase. Le cyber-endoctrinement peut favoriser des passages à l’acte en quelques jours. La rapidité de l’élément déclencheur rend le phénomène particulièrement difficile à détecter. Lors de la troisième phase, les recrutés sont aux ordres. Ils peuvent commettre des actes graves ou former le « deuxième cercle » de ceux qui fournissent un appui logistique aux auteurs d’agressions. Ils n’ont plus besoin de partir dans un pays éloigné, ils peuvent agir sur le territoire national et, de plus en plus, « infiltrer » les institutions ou les organismes en contact avec des jeunes.
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

14 octobre 2019

Le mondialisme de la finance


GSM

Écrit le 15 mai 2007
 
Cette mondialisation et le libéralisme qui va avec, affectent bien entendu le monde de la finance… D’ailleurs je dirais, que c’est la sphère financière qui s’est emparée en premier de ce libéralisme mondialiste…
En effet, il est plus simple de transférer des capitaux, de faire des opérations spéculatives, une seule saisie informatique le permet, alors que pour échanger des produits manufacturés ou non, le transport et les formalités sont beaucoup plus contraignants et difficultueux…
 
Mais par delà cet aspect, il faut quand même se poser une question :
Pourquoi la finance échappe-t-elle de plus en plus à la fameuse « loi du marché », que tous les néolibéraux vantent tellement que c’en est indécent ?
En effet, la finance, devrait être la partie « capital », d’un système de création de richesse… Or on voit des spéculations, qui échappent totalement à cette logique de création de richesse
On voit s’organiser la rareté de ressources, afin d’en faire monter le prix spéculatif et d’en tirer davantage de profit. Ce n’est vraiment pas ce qui s’appelle « créer de la richesse », sauf pour les spéculateurs, bien entendu…
 
Donc que l’économie aille bien ou mal, la spéculation financière s’engraisse…
 
De plus, on voit actuellement des spéculations s’opérer sur des objets qui ne sont même plus concrets… J’appellerais cela « spéculer sur des produits virtuels »… Des produits financiers, des produits d’assurances… Que sais-je ?
 
Il y a quelques années, il y a eu la « bulle » spéculative sur les « startup »…
 
C'est-à-dire que l’on spéculait, sur l’espérance quasi certaine de la réussite de toute entreprise vouée aux nouvelles technologies… Totalement absurde… Une entreprise réussit ou échoue… On l’a bien vu quand la « bulle » a éclaté…
 
Mais les carnassiers affamés de la finance ont la mémoire bien courte… Ils ne s’en souviennent même plus.
Et l’on assiste maintenant à une spéculation tous azimuts, qui a pour effet de faire grimper tous les prix en flèche…
Tout le monde se met de la partie, espérant croquer une part du gâteau, les pauvres s’endettant, croyant investir…
 
Les prix sont si chers et les salaires n’augmentant pas, nous allons arriver bientôt en haut de cette inflation… Tous ceux à qui j’en parle me rient au nez, même ceux qui ont du vécu. Tout le monde est amnésique, ma parole !
Car viendra la période de déflation. Quand ? Je ne sais pas. Mais elle arrivera, avec son cortège de récession, de chômage et de misère…
 
Enfin, on n’est pas pressés…
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :