zalandeau

24 septembre 2019

Arabie Séoudite : 100.000 ans de retard mental...

 

GSMEcrit le 11 mars 2016

Note de Zalandeau : Je me suis trompé... seulement 99.999 ans d’arriération... Peuvent mieux faire...

 

Arabie saoudite: Des scientifiques admettent que la femme est un mammifère, mais pas un « humain »

 

Riyad Dans un jugement sans précédent, un panel composé de scientifiques saoudiens vient de conclure que les femmes sont en fait des mammifères et qu’ils auraient en fait les mêmes droits que d’autres espèces telles que les chameaux, les dromadaires et même les chèvres.
 
Le verdict, qui est tombé seulement quelques heures avant la Journée internationale de la femme, est considéré comme « historique » selon certains experts et groupes de défense des droits de la femme.
 
« C’est un grand pas en avant pour toutes les femmes de l’Arabie saoudite », conclut Colette Turcotte, porte-parole de Femme Libération-Action. « Ça peut sembler trop peu, trop tard, mais on est parti de très loin » explique-t-elle, visiblement enthousiaste. « À partir de maintenant, les femmes seront considérées à part entière comme appartenant à la classe des mammifères, alors qu’avant on leur concédait le statut juridique d’un objet ou d’un mobilier de maison » admet-elle.
 
Julie Cousteau, porte-parole chez Amnistie international, se dit très optimiste quant à l’avenir alors que les femmes ne seront plus jugées comme des objets « sans âmes », mais plutôt comme des mammifères
 
Des objets « sans âmes »
 
Le récent verdict viendrait complètement chamboulé les lois présentement en vigueur en Arabie saoudite croit Julie Cousteau, porte-parole chez Amnistie internationale.
 
« C’est le plus beau jour de ma vie! », a-t-elle admis en conférence de presse ce matin. « Enfin, les femmes ne seront plus considérées comme des objets sans âmes, mais plutôt comme des mammifères, avec les mêmes droits que d’autres animaux de leur espèce tels que les dromadaires et les chèvres » lance-t-elle, visiblement ému. « Elles sont encore loin d’être considéré à 100% comme des humains, mais leurs conditions s’amélioreront drastiquement suite à cette décision », croit-elle dur comme fer.
 
Un verdict sans précédent
 
Le verdict qui est tombé comme une tonne de brique sur l’État saoudien,  n’a clairement pas fait l’unanimité des autorités religieuses et de l’élite politique, constatent les experts.
 
« Ça risque de créer d’importants remous du côté de l’aspect légal et juridique des choses », commente l’analyste politique spécialisé au Moyen-Orient, Julien Poireau. « Si avant les femmes avaient les mêmes droits qu’une chaise ou une table et étaient considérées comme une propriété individuelle, elles ont maintenant un statut équivalent à certaines espèces animales, ont doit donc, au grand minimum, les nourrir, les abreuver et leur conférer un minium d’attention et de respect, ce qui n’était pas le cas au préalable » note-t-il.
 
Selon le panel d’experts qui a tranché sur la question, la femme serait dépourvue d’une âme, mais aurait toutefois des qualités communes aux mammifères, ce qui expliquerait leur capacité à procréer et à allaiter, et quelles soient dotés d’une colonne vertébrale, ont conclu les experts lors de cette décision historique.
 

Note de Zalandeau : J'étais persuadé que nous étions au XXIème siècle...  Quelle désillusion depuis un certain temps !!!

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


23 septembre 2019

"Monsieur, ils l'ont bien cherché..."

GSM

Note de zalandeau : Tiré de MARIANNE n°926 du 16 au 22 janvier 2015. Le texte se suffit à lui-même. Je ne lui apporterai donc aucun commentaire.
 
Écrit par Mohamed Kacimi
Note de Marianne : Ecrivain et dramaturge. Auteur de la Confession d'Abraham, la Table d'éternité, Holy Land...
Ecrivain et dramaturge, Mohamed Kacimi devait parler théâtre dans un lycée professionnel de Bondy. La discussion a dérivé sur les attentats. Il en est ressorti estomaqué. Juste de la "provoc" ou plus grave ? Témoignage de Mohamed Kacimi...

Je suis parti tôt de chez moi. Comme tous les auteurs dramatiques, je n’ai pas de permis, j’ai donc pris un RER puis deux bus pour rejoindre un lycée professionnel dans le Val-de-Marne où je dois rencontrer deux classes de terminale pour leur parler de théâtre. J’ai fini par trouver l’établissement en question, planté dans une zone pavillonnaire plutôt jolie. J’ai poireauté un moment devant le portail cadenassé en raison du plan Vigipirate, avant d’être reçu par le proviseur. L’ambiance est tendue mais mon hôte est affable.

« Vous savez, c’est un peu tendu en ce moment, mais moi, je m’en suis bien sorti. On a fait la minute de silence, j’ai baissé la tête, certains ont rigolé, mais tout le monde a applaudi. Je respire. A Bondy, il y a des profs qui ont refusé d’observer la minute de silence… Vous allez rencontrer nos classes, ils sont très gentils, vous verrez, je crois qu’ils vont parler de ce qui s’est passé, des… événements. Il faut juste faire attention aux mots, il faut bien choisir les mots. Ils sont gentils, les élèves, mais il faut faire attention.
– C’est-à-dire ?
– N’utilisez pas le mot “terroristes”. “Terrorisme”, ils ne comprennent pas.
– Pourquoi ?
– C’est des ados. Pour eux, “terroriste”, c’est positif, c’est guerrier ; dites plutôt “attaquants”…
– Je vois…
– Oui, il y a un autre mot qu’il ne faut pas utiliser, c’est “attentat”.
– Ah bon ?
– Oui, c’est la même chose. C’est quelque chose d’héroïque, vaut mieux dire “opération”.
– Je comprends.
– Une dernière chose, monsieur Kacimi, j’ai lu ce que vous écrivez, ne parlez pas d’islam, d’islamistes, ils trouvent ça stigmatisant.
– Qu’est-ce que je dois dire ?
– “Religieux, fondamentalistes”, et si vous parlez d’islam, n’oubliez pas de citer les deux autres religions, c’est ce que je fais à chaque fois. Quand je parle de l’islam, je cite obligatoirement les deux autres religions, le christianisme et le judaïsme. »


Je m’installe au CDI où je suis reçu par la prof de français qui ressemble à toutes les profs de français du public, car elle a des cernes qui tombent jusqu’aux chevilles.

 Entre la première classe de terminale qui ressemble à toutes les classes de terminale des lycées professionnels, dans la mesure où elle compte 22 Blacks et deux Blancs que l’on dirait égarés. Les 22 Blacks sont habillés comme tous les Blacks, Nike, jeans et doudoune avec capuche. Et les deux Blancs égarés sont habillés comme les Blacks sauf qu’ils portent de lourdes chaînes en argent.

Entre la deuxième classe des filles, pareille à toutes les classes de lycée professionnel de France, car elle compte 16 Blacks et 6 Arabes, toutes habillées en Gap. La prof se lance dans de grandes questions sur Beckett, le théâtre de l’absurde et l’incarnation. Les garçons regardent leurs baskets et les filles, leurs ongles. Comme dans tous les lycées de ce genre, il n’y a aucun contact entre les deux sexes et les deux « races ». Les filles d’un côté, les garçons de l’autre ; les Arabes d’un côté, les Blacks de l’autre. Il y a une thèse à rédiger sur ce phénomène : « Ce que cachent aux adultes les ongles des jeunes filles ». Il faudrait que je revende ce titre à Yasmina Khadra.

Sentant mon auditoire peu passionné par la dramaturgie, j’ai décidé de mettre les pieds dans le plat.

« Bon, je vois que le théâtre ne vous passionne pas beaucoup. Pouvez-vous me dire comment vous avez vécu les… événements du journal… satirique ? »

Un frisson parcourt les deux classes.

« Vous parlez de Charlie ? – Oui, c’est ça.
– Vous l’avez vécu comment, vous, monsieur ?
– Je dois vous avouer que j’ai eu beaucoup de peine.
– Ah, s’esclaffent certains, pas nous.
– Pourquoi ?
– Ils l’ont bien cherché.
– Ils l’ont voulu.
– Ils ont eu ce qu’ils voulaient.
– On n’insulte pas les gens comme ça.
– Surtout notre Prophète. Personne ne l’a vu, personne ne lui a serré la main, comment peuvent-ils le dessiner ? »


J’essaye de calmer le jeu.

« Croyez-vous que l’assassinat soit la meilleure réponse ? Ne vaut-il pas mieux répondre à la critique par la critique ?
– Vous rigolez. Si on critique, ils risquent de recommencer.
– Comme ça, on n’en parle plus. »


Je calme un peu le brouhaha.

« Vous vous rendez compte que vous vivez dans un pays démocratique et qui a une longue tradition anticléricale qu’il faut connaître et respecter. »

Le propos, loin d’apaiser les élèves, jette de l’huile sur le feu.

« Oui, démocratique pour les uns, pas pour les autres. – Tu fais une quenelle, tu te retrouves en garde à vue.
– Tu dis “Allah akbar”, tu te reçois une balle dans la tête.
– Et Dieudonné, lui n’a pas le droit de déconner, comme vous dites.
– Y a que les juifs qui ont droit à l’humour ?
– Oui, nous, comme on n’a pas le droit de rigoler, on tire dans le tas.
– On se marre comme on peut. »


Au fond de la salle, un grand Black lève la main.

« Monsieur, faut que je vous dise une chose, c’est la guerre. Ça va être la guerre, nous les musulmans et les autres, les juifs et les chrétiens, la guerre à mort.
– Tu es musulman ?
– Non, je suis chrétien.
– Pourquoi tu dis que tu es musulman ?
– Je dis ça parce que j’aime Anelka, il est musulman, tout le monde le déteste, lui déteste tout le monde, et nous on l’aime… Je vais me convertir juste pour Anelka, monsieur. Ce sera la guerre, monsieur, comme avec Anelka. »


http://www.marianne.net/agora-monsieur-ils-ont-bien-cherche-1421429745.html

 

 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 septembre 2019

Entre cynisme et hypocrisie

GSM

Sur le tableau de la vie, il y a ceux qui affichent des principes et des pratiques immoraux avec impudence et morgue. A l'autre bout du tableau Il y a les extrémistes de la courtisanerie, qui affichent de trouver tout parfait et d'applaudir aux principes contraires aux leurs.
 
Ce sont ces personnages extrêmes qui détraquent l'harmonie sociale, surtout lorsqu'ils sont connus du grand public.
Ils sont aidés en cela par la connivence des institutions qui laissent au nom de la liberté, libre cours aux plus pervers quitte à en devenir les complices.
 
Souvent d'ailleurs, ce sont les moins hypocrites et les moins cyniques, ceux qui s'expriment au nom de la vérité et de la morale, qui sont victimes de la vindicte et désignés à la foule comme des boucs émissaires.
Évidemment, ils sont un danger pour l'ordre immoral des choses... Celui qui dit la vérité doit être tué. Cela a été valable de tous temps.
 
Notre société va d'un extrême à l'autre. Mais aucun extrême ne convient.
Moins d'arrogance et plus d'humilité pour les premiers, plus de sincérité pour les seconds et nous aurions une société plus vivable.
 
Le problème est que ces gens immoraux sont trop imbus d'eux-mêmes et qu'ils ne se rendent pas compte que le citoyen les observe et qu'une crise de rejet pourrait leur faire perdre un jour, leurs privilèges tout en rabattant leur arrogance...

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

21 septembre 2019

amour, bonheur, pardonner, conscience, inconséquence

GSM


@ 2012-06-12 – 09:40:02
Mes fils, vous m'avez donné tant de bonheur tant de raison de vivre, tant de joie.
Ma femme, tu m'as donné ces beaux enfants, si formidables, tu m'as fait confiance, même si tu m'as alpagué, même si tu me détestes maintenant.
 
Et moi, qu'ai-je fait ? Qu'ai-je été ? Un incapable, imprévoyant, absent, nul, aveugle à ce que j'aurais du comprendre et faire.
 
Si je pouvais recommencer ma vie, pour prendre cette fois les bonnes décisions, pour être ce que je n'ai pas été, pour faire ce que je n'ai pas fait.
 
Hélas, il n'est aucune seconde chance possible. Je vois la catastrophe s'annoncer et je ne sais que faire, toujours aussi incompétent et sans imagination.
 
Que Dieu me pardonne, que mes parents me pardonnent, que mes enfants me pardonnent...
 
Quant à ma femme, elle ne pourra pas me pardonner de la laisser dans la précarité et le dénuement, si toutefois je pars trop tôt.
 
A ma décharge, je sais que je n'ai pas fait exprès, que je ne savais pas, que j'ai été mal renseigné, que je n'avais pas du tout conscience de mes non-actes.
 
Mais comment puis-je me pardonner mon inconséquence ? J'étais censé être cultivé, intelligent, réfléchi...
Je me suis contenté de travailler comme une bête, au jour le jour, toujours le nez dans le guidon, sans réflexion, sans stratégie d'avenir, sans prévision, comme un véritable imbécile, avec pour seul but : Faire bouillir la marmite...
 
J'ai l'exemple sous les yeux de ma femme, qui en veut à son père décédé, pour ne pas avoir fait le nécessaire en terme de confort, alors qu'il aurait pu le faire...
 
Fort de ce mauvais exemple, je n'exprimerai jamais à aucun membre de ma famille, ces remords, ni ces demandes d'excuses... Ce n'est pas la peine de leur donner des idées qu'ils n'ont pas... Pour qu'ensuite, ils se mettent à me détester et à me rendre coupable de leur sort...
Ou si du moins cela arrive... que ce soit après ma mort...
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

20 septembre 2019

Mémoires et radotages (232) – Le Macron nouveau vient d'arriver


GSM

Ou « plus menteur que Macron : Macron lui-même »
 
Écrit le 18 septembre 2019
 
On voit que les élections municipales se rapprochent. Tout le monde part en campagne… de mensonges…
 
Voilà que le Macron nouveau est anti-immigration !!! C’est nouveau, ça vient de sortir… Et tous ses affidés, le petit doigt sur la couture du pantalon, comme un seul homme : « Chef, oui chef ! ». Et de renier provisoirement leurs idées sur la bienfaitrice invasion massive migratoire, en adoptant des airs « Marine-le-Peniens » !
 
Qu’est-ce qu’ils ne feraient pas pour garder leurs place !
 
Mais je me pose des questions :
-Combien de gens seront-ils dupes de cette mystification mensongère ? Car on sait que Macron sait faire des promesses, mais on sait également qu’il ne tient que celles favorables au libéralisme, jamais celles qui vont contre le libéralisme.
-A aborder ces sujets jusque-là totalement tabous, ne risque-t-il pas de faire prendre conscience aux électeurs de la justesse de ces thèmes précédemment enfouis sous le tapis ?
-Ne risque-t-il pas de faire monter son adversaire (de la finale de 2017) dans les sondages, plutôt que de l’affaiblir ?
 
De son coté, Marine devient écologiste… A savoir : « produire localement » (qui rejoint la fameuse « consommation carbone excessive » des produits importés, chère aux écolos)… Sauf que le « produire localement » n’est pas en contradiction avec le programme du rassemblement national, car il correspond aux relocalisations des productions en France… Avec Marine, l’écologie devient sociale et humaine et non doctrinale…
 
Résumé : Macron drague les électeurs RN et va perdre les électeurs verts, pendant que Marine drague les électeurs « verts clairs »…
 
Qui gagnera ?
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


19 septembre 2019

Mémoires et radotages (231) – Drones sur l’Arabie


GSM

Écrit le 18 septembre 2019
 
L'Arabie, c'est où, dites ? C'est là, mec !
 
Samedi 14 dernier, Deux installations pétrolières ont été touchées en Arabie Saoudite.
Les rebelles yéménites Houthis revendiquent ces attaques… L’Iran les nie… Les Américains jouent les innocents et menacent l'Iran de représailles…
 
Serait-on en train de nous rejouer le scénario des fausses armes de destructions massives, aux fins d'alibi pour des représailles ?
 
En effet, les Etats-Unis sont ceux qui ont le plus à gagner dans cette affaire :
-Mettre l’Iran au banc de la société internationale et justifier ainsi une intervention contre ce pays.
-Faire monter les cours de l’or noir, ce qui permet à leur pétrole de schiste de mieux s’apprécier et donc aux sociétés pétrolières américaines de se porter mieux.
 
Mais la revendication des attaques par les rebelles Houthis ? Elle peut très bien avoir été négociée avec les Etats-Unis. En effet une faction rebelle, avec si peu de moyens, peut être très contente de pouvoir s’attribuer un fait d’armes si glorieux et lui permet de tenir la dragée haute à ses ennemis Saoudiens.
 
L’Iran ? C’est vraiment le pays qui a le plus à perdre dans une attaque frontale contre les alliés des Etats-Unis.
Cependant, on pourrait quand même envisager que l’Iran ait effectué ces raids et ait négocié avec ses alliés Houthis afin que ces derniers en endossent la responsabilité…
 
L'Arabie ? Détruire quelques unes de ses  propres installations afin de jeter le discrédit sur son ennemi historique ? Ce serait bien la première fois... Mais sait-on jamais... Encouragée par les USA ?
 
Les forces américaines en présence dans le golfe sont importantes. Elles ont tous les moyens technologiques de détection d'une telle attaque. Pourtant, l'attaque a eu lieu.
Passoire ou stratégie ?
 
Nous sommes dans l'expectative. Mais en tous cas, les états-unis sont bien plus impliqués que nous ne saurions le penser.
Pour ma part, il me semble très possible que ces attaques soient de leur fait. Des missiles de croisières auraient parfaitement fait ces destructions...
 
Wait and see...
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

18 septembre 2019

Le mythe du progrès : Désillusion de ma génération

GSMpar zalandeau @ 2013-05-13 – 11:29:29

 

Je suis d'une génération à laquelle on a fait croire et qui a cru que le progrès profiterait à l'homme de manière directe.
C'était dans la fin des années 60 et au début des années 70. Nous avions atteint une sorte d'apogée dans la socialisation de la société française. L'état social veillait sur tous ou presque. La création de richesse était permanente et retombait en pluie sur tous.
Nous étions dans ce tournant technologique qui permettait de penser que dés lors, le progrès scientifique et technique apporterait du bien-être et du mieux-vivre à chacun.
 
En clair les machines devraient nous aider dans nos tâches de la vie courante comme dans notre vie professionnelle. Le robot travaillerait à notre place, créerait des richesses et nous nous acheminerions vers une sorte de paradis terrestre, le même paradis dont la bible nous disait que nous en avions été chassés par Dieu...
 
Dès lors, le progrès, aurait du être de donner le confort à tous les humains de la terre...
 
Mais c'était compter sans la rapacité de la RACE humaine...
 
Le progrès ou le robot, ne devait pas atterrir directement dans les mains du quidam de base. Non !
Cette manne technologique a rallumé les appétits féroces de ceux qui veulent depuis la nuit des temps, égoïstement, prélever la plus grosse part du gâteau. La socialisation de notre société policée en réaction aux dévastations des conflits mondiaux a volé en éclats. Les bienfaits de ce progrès ne profitèrent que par miettes aux citoyens de base qui petit à petit redeviennent les serfs des temps anciens.
 
Non, le robot ne devait pas être attribué à chacun d'entre nous. Les robots servirent des patrons qui les utilisèrent pour nous remplacer, nous faisant perdre notre gagne-pain, sans nous faire bénéficier des bienfaits des créations de richesses.
 
Il nous a fallu continuer de travailler alors que la machine nous volait notre travail au lieu de nous le simplifier.
 
La dernière trouvaille de la gent prédatrice (la finance libérale puisqu'il faut l'appeler par son nom), fut de mettre en concurrence les hommes de la planète sur l'exécution de ces créations de richesses. Alors que la technique aurait du profiter à tous au fur et à mesure de son progrès.
 
Nous nous retrouvons ainsi, avec un progrès qui a supprimé des emplois, asservi davantage les humains et enrichi une caste de prédateurs qui n'a jamais été aussi riche, mais jamais aussi inconsciente des conséquences néfastes de son action sur tout ce qui vit et même sur elle-même...
 
Un système mégalomane, avide et égoïste joue à l'apprenti-sorcier, tel un diable que l'on aurait jamais du laisser sortir de sa boite, dévorant tout sur son passage dans une fureur autodestructrice...
 
Le Progrès ?... C'est maintenant devenu un synonyme de récession dans un processus d'esclavage...

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

17 septembre 2019

La guerre dans l'association des anciens élèves avec des dirigeants oligarchiques (15)

GSM


INFOS ADIA N° 21
 
Association de défense des intérêts de l’Amicale
 
Informations de rentrée
 
Chères et chers ami(e)s Papés, chères et chers élèves en formation,
 
La période estivale se termine et les affaires reprennent ; aussi nous est il paru utile de faire un point sur la situation de notre amicale rebaptisée Mines Ales Alumni.
 
Que s’est il passé depuis notre dernière INFO ADIA n° 20 d’Avril 2019 ?
 
A vrai dire très peu de choses, les gestionnaire actuels n’ont pas organisé de nouveau conseil d’administration après celui du 15 Avril 2019.
Par contre le dernier quadrimestre va être capital pour l’avenir de notre association ; pourquoi ?
 
Parce que la cour d’appel après l’échec de la conciliation engagée au 1er trimestre 2019 et évoquée dans notre précédente lettre d’infos du 16 avril; a convoqué les parties en audience de plaidoirie le 24 septembre pour statuer sur la régularité des AG et des CA sous la gouvernance « Deveaux » depuis juillet 2014.
 
Sans attendre la décision de cette instance qu’ils ont eux même sollicitée, Deveaux et son équipe ont décidé d’organiser une nouvelle AG le 2 novembre pour tenter de se faire réélire en bafouant une nouvelle fois les dispositions du pacte statutaire de 2005. Ceci avant qu’il ne soit trop tard et que les conclusions de la cours d’appel dénoncent leurs pratiques irrégulières.
 
Vont ils une nouvelle fois :
1-Faire voter massivement les élèves en formation alors que S. Deveaux s’était engagé à ne pas le faire au conseil d’administration de septembre 2017.
2-Accepter dans le corps électoral les membres n’étant à jour que de leur cotisation de la seule année en cours ? Il vrai qu’un bon nombre des membres actuels du conseil d’administration ne sont eux même pas à jour de toutes leurs cotisations conformément aux dispositions des statuts (Quel mépris pour toutes et tous les anciens qui paient assidument leur cotisation depuis de très nombreuses années.)
3-Refuser les procurations apportées le jour du vote, alors que le pacte statutaire le permet.
 
Les deux postes à renouveler sont ceux du président « Deveaux » et du
secrétaire général « Moulin » déjà élus irrégulièrement en Janvier 2017.
 
La gouvernance de ces deux personnages a conduit depuis 2014 à un conflit larvé par suite de leur gestion obscure et despotique et leur refus systématique de prendre en compte les légitimes remarques de ceux qui défendent bénévolement les intérêts de notre l’amicale.
Elle a également conduit à des dépenses pharaoniques en frais de justice, d’avocat et d’huissier pour plus de 400 000 €.
Frais de défense qu’ils font illégalement supporter par le budget de l’association.
 
Aussi si comme nous vous souhaitez qu’une nouvelle équipe reprenne cette gestion calamiteuse pour redonner à l’amicale une gouvernance plus proche et plus respectueuse des élèves et des anciens élèves, contactez-nous pour nous faire part de vos réflexions ou de votre souhait de dépôt de votre candidature pour occuper un des deux postes d’administrateurs soumis au vote.
 
A l’ADIA, sont à votre disposition, :
Le Président
Les Vice présidents :
 
 
 
 
Fait à Alès le 11 septembre 2019                                                       Le bureau de l’ADIA
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

16 septembre 2019

Je perds la mémoire


GSMNDLA : Je viens de retrouver ce texte écrit à l'époque de mon accident de santé...

Ecrit par zalandeau @ 28 avril 2007 - 13:06:02
 
Je viens de me rendre compte, depuis une semaine, que j'oublie tout. Dans ma nouvelle mission, la personne que je dois remplacer me dit à tout propos : "je vous l'ai déjà dit". Je pensais qu'elle bluffait depuis 3 semaines.
 
Or cette semaine, j'ai eu la preuve par deux fois que cette personne dit bien la vérité : Je l'avais écrit sur mon cahier.
J'ai toujours écrit les choses, mais avant, le fait de les écrire me les faisait retenir.
Mais depuis le début de la mission, pour chaque chose dont cette personne me dit : "je vous l'ai déjà dit", je ne me souviens ni des réponses, ni d'avoir même abordé le sujet. Et quand elle tente de me remémorer ce qu'elle m'a dit, je n'en ai pas le moindre souvenir...
Pareil pour l'exécution de tâches simples : J'ai mis toute une après midi pour remplir 15 cases sur excel.
C’est donc depuis que j'ai repris le boulot après mon arrêt de travail, que j'ai ces pertes de mémoires. Mais je ne m'en suis pas rendu compte, parce que justement j'oublie tout.
Et donc je ne peux pas me souvenir de ce que j'ai oublié.
Il m'a fallu un effort d'intelligence et ces preuves formalisées par écrit de ma propre main, pour réaliser cet état de fait.
Je suis allé voir ma « belle-nièce », qui est médecin en Neurologie à la Pitié Salpêtrière et elle a commencé à envisager les nouveaux examens : sang, Rendez-vous IRM, etc...
Pistes recherchées :
- La forte tension pendant 2 semaines a t-elle endommagé mon cerveau ?
- Les effets secondaires du NISIS (contre la tension )sont mal connus, y a t-il des dégâts collatéraux ?
 
Ce qui me gène, serait que le client dise à mon patron : "vous nous avez envoyé un débile mental, un idiot, un abruti qui ne comprend rien..."
 
Alors j'en ai parlé à mon supérieur, qui m'a rassuré : "ce n'est rien, ça va passer". Qu'est-ce qu'il en sait le bougre ?
 
NDLA : C'était le début de la prise de conscience...
 

Posté par zalandeau à 10:10 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

15 septembre 2019

Mémoires et radotages (230) – Les anguilles Balkany


GSM

Écrit le 14 septembre 2019
 
Je ne vais pas raconter l’histoire du procès des Balkany.
 
Je veux simplement apporter quelques précisions… Ils ont été jugés le 13 septembre 2019 pour fraude fiscale. Mais ils sont poursuivis pour bien d’autres motifs.
 
Il faut savoir que Patrick avait déjà été condamné en 1999, pour avoir utilisé du personnel de la mairie à des fins personnelles.
 
Quand je les entends gloser avec leur avocat, sur le fait qu’aucun détournement d’argent public n’est en cause dans ce procès… Ils avaient déjà prouvé qu’ils savaient le faire… Et s’ils l’ont réédité, ce sera pour un autre procès.
Le prochain fixé au 18 octobre sera pour blanchiment… Toute la vie de ce couple n’est que blanchiment, en fait. Qui dit fraude dit blanchiment !
Ils ont tout fait : Prise illégale d’intérêts, entremise rémunérée et non déclarée, pots de vins perçus… Enfin bref, ils connaissent bien pour les avoir toutes pratiquées, les façons de percevoir du cash en toute discrétion et toute impunité…
 
Au milieu des années 80, par exemple, travaillant dans le BTP, je savais déjà que la fabuleuse expansion immobilière de Levallois Perret était basée sur une attribution de marchée sur pots de vins. La façon dont nous étions obligés de calculer les prix et dont les affaires étaient traitée le révélait à ceux qui comme moi gravitait dans ce milieu. Des valises de billets achetaient l’octroi des marchés de travaux et des autorisations de toutes sortes… Et on savait très bien qui palpait le pognon ! D’autres gens que moi le savent, mais combien osent en parler ?
 
Ce qui frappe, c’est l’assiduité de l’électorat Levalloisien. Les Balkany ont été réélus en 2014 avec 51%, preuve qu’une majorité des habitants se fiche bien de l’immoralité de leur maire.
En effet, lorsque l’on achète un appartement à Levallois Perret, même si le prix est cher, on ne considère pas qu’une partie de ce prix va à la corruption, mais on considère que l’on va habiter avec les gens de sa caste, dans un endroit où la racaille n’a que peu accès, et où l’espace est sécurisé au maximum… Ils y vivent heureux, sans se soucier des prix… Personne ne leur a mis le couteau sur la gorge !
Et tant pis si cette commune est la plus endettée de France par tête de pipe !
 
Un détail : S’agissant de l’affaire Cahuzac… J’ai souvenir d’un Patrick Balkany lançant l’anathème contre le Chirurgien-Ministre… « Quel culot », pensais-je à l’époque, connaissant les casseroles que Balkany traînait ! Les malversations de Cahusac ? C’est du pipi de chat à coté de celles des Balkany…
 
Alors quoi, 4 ans de prison ? Tout le monde trouve ça excessif… Mais personnellement, je serais heureux de faire 4 ans de taule, pour pouvoir retrouver à la sortie tout ce magot et ce patrimoine fantastique dont je n’aurais été privé que 4 années !
 
Mais il ne faut pas rêver. L’appel étant suspensif, sur toute la sentence, y compris sur l’inéligibilité, le couple d’escrocs se représentera aux prochaines municipales… et pourra continuer ses détournements et ses fraudes…
D’ailleurs, la fausse tentative de suicide d’Isabelle a quand même abouti à son maintien en liberté… Qui aurait réceptionné les valises, si tous deux avaient été en taule, hein ?…
Quant à Patrick, il sera bientôt libéré, par ces astuces de suspension de la loi Française, qu’appel et cassation vont prolonger quasi indéfiniment…
 
Les quelques temps que le brave escroc aura passé en taule VIP 4 étoiles… on sait très bien qu’à part la privation partielle de liberté… tout le confort y sera optimal, les petits plats dans les grands, peut-être même du homard géant et des bouteilles de grands crus, vas savoir ?
 
Connaissant la lenteur de la justice, il y a gros à parier que le couple continuera à jouir de ses méfaits, en toute liberté, jusqu’à la mort.
 
Je ne partage pas toutes ces opinions exprimées sur la sévérité du verdict.
Ce jugement, c’est de la poudre aux yeux, pour tenter de juguler une future réapparition de gilets jaunes, ou autre jacquerie, qui pourrait surgir en réaction au comportement impuni de nos politiciens corrompus…
 
Quand je jauge la désinvolture et l’arrogance des coupables, (ces élus de la république qui auraient du être irréprochables), face à leurs juges, je ne peux que déplorer ce jugement bien trop clément et pas assez exemplaire, ni dissuasif !
 

Posté par zalandeau à 09:24 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,